Bilans, Garde-robe, Minimalisme, Perte de poids

9 mois de challenge « Cagnotte garde-robe »

Voilà 9 mois commençait mon challenge « Cagnotte pour une nouvelle garde-robe ». Depuis le 1er juillet 2020, je mets de côté les sous que je récupère en ventes diverses et en cashback, bref, en petits revenus qui ne viennent pas de mon salaire ou de mes placements financiers (à l’exception des intérêts du livret où je loge ces ventes).

J’avais fait le point après 3 mois et après 6 mois.

Aujourd’hui, j’accouche des résultats suivants :

Perte de poids : rien, nada, que chi. Merci le couvre-feu.

Encore des babioles débarrassées qui vont garnir la cagnotte

Ventes Vinted : 162.50€ (des vestes, car franchement, je n’en mets jamais, des boîtes en plastique, une chemise, un portefeuille… les babioles habituelles). Il ne reste plus grand chose en vitrine.

Ventes Rakuten : 18.34€ (un livre et un gaufrier) Honnêtement, il n’y a plus grand chose à vendre dans les placards dans la boutique non plus (1 livre + 1 radio, je vais peut-être rajouter des livres, ceux que je n’ai toujours pas lus depuis 2 ans…).

Ventes autres: J’ai vendu le lit empilable qui m’encombrait et une étagère, sur Ebay pour 115€.

Autres rentrées d’argent non salariales ni commerciales (subventions du CSE pour mes vacances, cashback de ma banque pour avoir mis en place un virement automatique sur mon assurance vie): 0€

Total du trimestre: 295.84€ – soit un total de 2152.19€ depuis le début du challenge

Verdict: j’ai beaucoup vendu en 2020, et je n’ai pas acheté tant de choses que çà. Enfin si, quand même, car j’avais pris un abonnement Amazon Prime. J’ai eu la carte bleue facile pendant un temps, sauf que ce sont des choses que j’ai très majoritairement gardées et non pas revendues peu de temps après. Le niveau de ma garde-robe est à son plus bas depuis des années, voire des décennies. Il me reste une quinzaine de livres dans un tiroir, je fais tourner 5 sacs de ville (probablement trop), l’électronique a été optimisée (même si peut-être encore quelques efforts à faire), bref, plus grand chose à mettre en vitrine! Aurais-je atteint mon Graal minimaliste?

Pour le prochain trimestre, je m’attends à encore faire du vide et j’espère des ventes, dans l’optique de déménager léger! Ensuite, puisque je déménage dans plus grand, je risque de racheter des meubles, qui seront adaptés à mon nouvel espace. Le fruit de mes ventes ne sera pas consacré à ma garde-robe, car honnêtement, je n’ai pas besoin de plus. Je ferai à nouveau le bilan dans 3 mois!

Et vous, ça vous tente, ce challenge cagnotte pour financer un projet particulier?

A la maison, Alimentation, Bilans, Défis, Garde-robe, Minimalisme, Solo living

Spring cleaning 2021

Je suis une adepte du grand ménage de printemps ! Évidemment, depuis que je m’intéresse au minimalisme, ce rituel a pris une autre dimension : normalement, j’ai moins de boulot (puisque moins de bazar).

L’année dernière, comme la planète entière, j’ai fait face au confinement. J’ai eu l’impression de faire Ma guerre et que ce serait un évènement qui n’arriverait qu’une fois dans ma vie.

J’ai pris goût à la vie chez moi, surtout parce que j’y ai de la place et du confort.

2021 est quand même moins sévèrement confinée que 2020. Il n’y a plus de pénurie de masques et de gel hydroalcoolique. Je ne vois plus personne et je prends bien moins les transports en commun qu’avant. Pourquoi aller à Paris? zéro restaurant, zéro spectacle, zéro musées, peu de magasins d’ouverts. Et d’un point de vue logistique : où aller aux toilettes ?

Bref.

J’ai dû liquider mes congés et je me retrouve donc chez moi pour une semaine. Je n’avais pas fait de plans, n’ayant aucune idée des consignes sanitaires qui seraient en vigueur. J’ai bien fait de ne rien prévoir.

Me voilà donc, confinée pour une semaine, chez moi, à 2 mois d’un déménagement. Autant faire des choses utiles, comme le fameux ménage de printemps !

J’utilise pas mal de produits « maison » quand j’y pense !

A priori, je suis plutôt au point sur le tri de garde-robe, mais je dois ranger les affaires d’hiver et sortir mes affaires d’été, apporter mes deux manteaux au pressing (ils ont encore au moins un hiver à faire chacun), virer les vêtements trop abîmés, identifier quelques nouvelles pièces (article de mise à jour de garde-robe bientôt en ligne, c’est certain).

Côté cuisine, le vide a été fait pour les ustensiles et équipements. Je dois néanmoins poursuivre mes efforts dans le garde-manger : je veux déménager léger ! Sus à ces aliments trop exotiques pour ma routine ! Je mets de la noix de coco et de la poudre de caroube dans mon porridge tous les matins juste pour vider (et virer) 2 bocaux. Va falloir que je trouve quoi faire des feuilles de riz, algues kombu et autre crème de balsamique, qui n’ont pas trouvé leur place dans mon régime quotidien.

Côté cosmétiques et salle de bain, on est bien. Je pense que je vais m’attaquer au bureau : entre la paperasse et le matériel électronique, je vais avoir de quoi m’occuper…

Et après le tri, il y aura le nettoyage et ensuite je remettrai tout en place. 3 objectifs : déménager léger, préparer le rendu de mon appartement en location et avancer sur mon organisation personnelle ! Je vais me motiver pour faire les vitres. Boudiou, comme je déteste çà…

Et vous, êtes vous adepte du grand ménage de printemps ?

Garde-robe, Minimalisme, Santé

Les réseaux sociaux m’ont pompé trop d’énergie

Alors je suis en train de les remettre à leur place: secondaire. De vrais voleurs de temps. Oui, c’est pratique pour garder contact, enfin, avec ceux qui jouent le jeu. Vu le nombre de personnes qui se connectent juste pour épier autrui, sans jamais rien partager, soit un nombre non-négligeable de mes amis.

Finalement, qu’est ce que ça m’apporte ? Dans ce Ted Talk, un professeur américain (Cal Newport) explique très bien que nous n’avons pas besoin des réseaux sociaux dans notre vie. (après, c’est un homme marié, alors sa femme fait probablement une mission de lien social qu’il n’imagine pas forcément).

Je l’ai appris bien récemment à mes dépens. Je ne parle pas des confinements de 2020, qui m’ont bien isolée du reste de la planète, comme tout un chacun, mais d’un événement plus intime. J’ai subi une petite opération chirurgicale, et en conséquence, je l’ai partagée après sur Facebook. Je voulais juste un peu de « love » et j’ai finalement eu zéro réaction à mon post, même pas un like. Les gens n’aiment pas les mauvaises nouvelles, les gens n’aiment pas les maladies, même quand elles ne sont pas contagieuses. J’aurais dû le savoir. A la douleur physique s’est ajoutée la douleur mentale devant cette indifférence total de la part de ma centaine d’amis officiels. De quoi se remettre les esprits en place.

De plus, je supporte de moins en moins les publicités présentes entre deux posts (j’ai conscience que ce blog WordPress n’est pas exempt de publicités car j’utilise pour le moment une version gratuite, donc forcément financée par des annonceurs, que je ne choisis pas, en plus). Les pubs Youtube sont vraiment atroces. Pire que sur M6. Merci aux quelques chaînes non monétisées… Parce qu’il faudrait débourser 12€ par mois pour ne pas donner son espace de cerveau disponible à Google via Youtube.

J’ai trouvé d’excellents conseils dans cette vidéo plus longue avec le même intervenant: ne pas avoir d’applications de réseaux sociaux sur son téléphone portable par exemple. C’est décidé, ces voleuses de temps ont toutes été effacées du mien!

Pour autant, j’utilise encore les réseaux, mais de manière plus professionnelle, c’est à dire uniquement sur mon ordinateur portable, quane je suis assise à un bureau, avec un clavier. Pas dans le bus, pas en me couchant.

Petite revue des réseaux que j’ai utilisés:

Twitter: Membre depuis 2009 sur mon compte principal. Je me suis fait insulter un certain nombre de fois par des inconnus ne partageant pas mon opinion. Milieu toxique. Plus d’une fois j’ai désinstallé l’application. C’est dommage, j’y trouve des gens spirituels et drôles. Mais trop de trolls. Mon compte Peony est là: elodiepeony – mes nouveaux articles de blog s’y partagent automatiquement.

Facebook: Membre depuis 2007. Compte obligatoire pour débloquer d’autres services : WhatsApp Messenger, Instagram… Une période de quelques semaines sans ne me ferait pas de mal. Mes amis n’y postent rien ou presque. Mais c’est essentiel pour garder des contacts avec mes amis internationaux. Donc, à conserver et à utiliser avec modération.

Instagram:Membre depuis 2015. J’ai mis du temps à comprendre l’intérêt puis c’est devenu addictif. Moins de trolls que sur Twitter, puisque c’est surtout un medium d’images. Ma page Peony est là: Elodie Peony – pareil que Facebook: ne suivre que des comptes qui apportent de la valeur et ne pas lire les commentaires, surtout ne pas lire les commentaires.

Pinterest: c’était un concept intéressant au début, pour garder trace de mes achats sur Internet; désormais, c’est un ramassis d’articles pas intéressants entre deux pubs. Trop de perte de temps, pas de valeur. Pas impossible que je supprime complètement. Mon compte Peony est là: Elodie Peony.

LinkedIn: présente depuis 2006, assez incontournable pour la gestion de carrière. Idéal pour garder contact avec d’anciens collègues, pas en mode Facebook. Pour autant, c’est aussi devenu un puits sans fond d’articles, de commentaires, de trolls. Evidemment, je vais garder, car j’y ai une vraie communauté et j’en tire une réelle valeur. Passer moins de temps dessus ne me nuira pas, je pense. J’y suis suffisamment présente (plus de 2500 connexions) pour que l’investissement en temps soit rentable en visibilité et en potentiel de carrière.

Les presque réseaux sociaux, où je gaspille du temps à lire la vox populi: YouTube, The Guardian…

Résolutions pour 2021, au delà du no buy: ne plus lire les commentaires, c’est un puits sans fond

Si quelqu’un connait un réseau social sans pub, je suis preneuse !!

Bilans, Garde-robe, Perte de poids

Cagnotte « garde-robe », le point après 6 mois.

Depuis le 1er juillet 2020, je mets de côté les sous que je récupère en ventes diverses et en cashback, bref, en petits revenus qui ne viennent pas de mon salaire ou de mes placements financiers (à l’exception des intérêts du livret où je loge ces ventes).

Des babioles vendues sur Vinted

Il y a 3 mois, la cagnotte se montait à : 836.22€. J’étais déjà très satisfaite de ce résultat.

Ces 3 derniers mois, j’ai obtenu les résultats suivants :

Perte de poids : zéro. Je suis revenue au point de départ. Je ne me décourage pas pour autant. J’ai eu besoin d’ajuster mon rythme de vie à cause de quelques petits soucis de santé.

Ventes Vinted : 287.07€ (encore des sacs, des vêtements et autres objets non utilisés, surtout des pulls col V, que je ne porterai pas avant un sacré moment et aussi mes cachemires) – Je garde le compte ouvert et actif pour vendre à la fin de mon challenge les vêtements de bonne qualité qui ne m’iront plus à cause de ma robuste perte de poids (oui, je rêve encore un peu).

Ventes Rakuten : 626.90€ (j’ai vendu un Robot Kitchenaid Artisan qui m’encombrait et que je n’utilisais pas, 2 radios, 2 téléphones portables, 1 casque audio et 2 accessoires pour robot Magimix, reçus avec une offre promotionnelle et dont je ne me servais pas.

Au delà de ces ventes, j’ai aussi vendu, pour 494.70€, 2 ordinateurs portables dont je ne me servais plus afin de financer ma Microsoft Surface, trouvée en promo à 1000€ au lieu de 1700€ au moment du Black Friday. Des années que je louche sur une Surface. Je trouvais que ce n’était pas juste de financer une garde-robe avec des ventes qui finance un remplacement de matériel. J’ai encore un Surface Laptop à céder. Ce que je ferais le trimestre prochain, quand j’aurais trié mes données (documents, musique et photos) – ce qui financera le delta, a priori. Je voulais la Surface et non la Surface Laptop. Comme quoi, il vaut mieux prendre l’original que l’inspiration. Et je suis ravie de ma Surface!

Autres rentrées d’argent non salariales ni commerciales (subventions du CSE pour mes vacances, cashback de ma banque pour avoir mis en place un virement automatique sur mon assurance vie): 100€ de la part de Boursorama (vraiment une bonne banque selon moi!)

Cashback : pas d’encaissement ce trimestre sur igraal, car je n’ai pas atteint le plancher.

Intérêts du livret d’épargne sur lequel j’ai transféré mes ventes petit à petit pour les isoler du reste de mes revenus et économies (30€ étaient déjà sur ce compte sur livret à faible rendement de Boursorama): 0,13€ après prélèvements sociaux. Ça ne va pas chercher loin.

Soit un total trimestriel de 1020€ – pas mal du tout!

Total depuis le début du challenge: 1856,35

Verdict: J’ai pas mal vendu en 2020, alors que je pensais naïvement avoir bien vidé mes placards et ne pas m’être ré-encombrée depuis mon retour en France. J’ai eu tort, la nature a horreur du vide. Il me reste encore beaucoup de poids à perdre, donc le challenge va durer encore 2 trimestres minimum. Je vais souvent le tour de chez moi pour trouver des articles à débarrasser, mais je crois que je suis quand même pas loin du bout de ce que je peux faire! Mais on n’en finit jamais de désencombrer, non?

Et vous, avez-vous des résolutions de bonne année qui vont dans le même sens que les miennes?

Alimentation, Garde-robe, Perte de poids, Santé

Ajustements: garde-robe, régime

Mon challenge cagnotte garde-robe marche très bien, je pense même que j’ai vu trop grand ! J’en suis à plus de 1500€ de ventes, je ne vois même pas comment j’arriverai à dépenser tout ça. La perte de poids est en revanche au point mort, à cause d’un problème de santé, qui impacte aussi ma garde-robe.

Il y a quelques semaines, on m’a enlevé un kyste au niveau de la thyroïde. Résultat : la moitié de cette glande a dû être enlevée et je me retrouve avec une cicatrice à la base du cou et un traitement hormonal de longue durée.

Je dois protéger la cicatrice du soleil donc je crème tous les jours et je porte des vêtements suffisamment couvrants. Hélas, j’ai beaucoup de cols V et pas beaucoup de cols roulés. J’ai donc fait une dérogation à ma politique shopping, afin de compléter ma garde-robe. Pour faire bonne mesure, j’ai mis en vente des vêtements que je ne porterai durablement plus à cause de la cicatrice.

Si je la couvre, c’est surtout pour qu’elle évolue bien. C’est aussi pour couper court aux questions d’autrui. Le kyste était bénin, mais je n’ai pas envie de raconter le détail de mon opération aux curieux.

Pour être honnête, j’avais bon espoir de pouvoir vivre sans encombres avec une moitié de thyroïde. Un peu comme les personnes qui vivent avec un seul rein. Hélas, je dois passer par une phase médicamenteuse en support. Il n’est pas simple de trouver le bon dosage et actuellement, j’ai des symptômes d’hypothyroïdie. La question de la perte de poids est passée au second plan. Je dois d’abord stabiliser mes hormones.

Je suis une croyante fervente du régime alimentaire comme la première médecine, donc j’ai regardé ce que je pouvais faire pour aider ma fonction hormonale thyroïdienne. Il semblerait que réduire le gluten puisse avoir un effet bénéfique. Cela fait quelques années que je suspecte être sensible au gluten, notamment après avoir été bien dérangée gastriquement à mon retour de Mongolie (alimentation locale naturellement sans blé) et avoir les sinus encombrés constamment.

Donc, je vais adapter mon alimentation et espérer pouvoir prendre soin de ma santé sans la béquille du médicament, à terme. Honnêtement, en ce moment, je suis à plat, et j’ai du mal à me secouer. La saison automnale et la grisaille n’aident pas non plus à me redonner de l’énergie.

Et vous, avez-vous fait face à des problèmes de santé vous ayant fait changer de garde-robe et de régime ?

Garde-robe, Minimalisme

Le cachemire c’est fini

J’ai découvert le cachemire en 2015, sur recommandation d’une amie. Auparavant, je n’étais pas très fan de laine car j’ai toujours trouvé que ça grattait.

Je me suis donc retrouvée propriétaire de 2 pulls Éric Bompard : un rose « freesia » un peu épais et un vert « rameau » très fin. Je pense que j’ai pas mal rentabilisé ces pulls, jusqu’au jour où le pull rose n’a pas survécu à une erreur de machine (et en plus il a déteint sur de la laine mérinos… Sans compter les 2 autres pulls en cachemire de moins bonne qualité qui se sont désagrégés dans le tambour ce jour-là).

Vu que la marque Éric Bompard n’est pas spécialement bon marché (plusieurs centaines d’euros à prévoir pour un pull, fabriqué on ne sait pas vraiment où), j’ai complété ma collection avec des pulls en cachemire Uniqlo (entre 59 et 89€ pièce, de mémoire) et une série de pulls et de gilets en cachemire de la Redoute (payés entre 30 et 50€ pièce, toujours en soldes et de préférence l’été). J’ai adoré cette matière, qui tient chaud, qui supporte bien l’entretien pour peu qu’on utilise la bonne lessive et le bon programme. Certains cachemires ont mieux résisté que d’autres, mais un grand nombre s’est retrouvé avec des trous, plus ou moins importants. Dans l’ensemble, je trouvais que c’était joli et sophistiqué.

La laine est issue des animaux

Suite à un griffage de chat, j’ai dû apporter le pull vert « rameau » chez un retoucheur spécialisé. Cela m’a plutôt coûté cher en temps (2 déplacements dans Paris, sans compter la visite initiale en magasin) et en argent. Il va s’en dire que les cachemires troués sont partis au recyclage, car la réparation coûtait plus cher que le produit lui-même.

Suite à mes différents tris de garde-robe, à l’aube de l’hiver 2020-2021, il restait encore ces quelques articles en cachemire dans ma penderie:

  • le fameux pull vert « rameau » Éric Bompard
  • un pull très décolleté bleu ciel La Redoute
  • un gilet noir col rond La Redoute
  • un gilet bleu roi grand décolleté la Redoute

J’ai décidé de me séparer de tout çà. D’une part, je trouve que c’est trop d’entretien et j’ai été un peu traumatisée par mon accident de lessive vu l’argent fichu en l’air. Par principe, je veux les articles qui nécessitent le moins d’entretien possible et clairement le cachemire n’est pas la bonne option. D’autre part, je ne suis pas à l’aise avec l’idée de m’habiller avec des matières animales. Je me passe de produits animaux dans mon alimentation, alors pourquoi devrais-je en consommer pour me vêtir ?

J’ai donc mis ces articles en vente sur mon Vinted (pseudo verte_pale), et je rajoute également :

  • 1 marinière 100% laine de mérinos Armor Lux (là encore un vêtement que j’ai bien rentabilisé en 5 ans mais qui m’est trop juste)
  • 1 pull en laine mérinos rouge Banana Republic avec des froufrous (le décolleté est définitivement trop décolleté)

Me restera-t-il de la laine dans ma garde-robe ? La réponse est oui: j’ai un manteau en laine bleu marine Gérard Darel (made in Lithuania) et une marinière coton-laine Armor Lux (Made in France). Le reste de mes vêtements d’hiver est soit en coton, soit en synthétique. Il en va du cuir comme de la laine chez moi: j’ai encore quelques articles à user jusqu’à la moelle (1 ceinture, quelques paires de chaussures, 1 sac à main) et soit ils ne seront pas remplacés, soit ils le seront par d’autres matières.

Je n’ai pas prévu de remplacer les vêtements en laine, cachemire ou mérinos dont je me sépare. Je ne perds pas de vue mon challenge cagnotte garde-robe.

Et vous, achetez-vous des articles en laine ? Trouvez vous que ce soit ethnique ?

Garde-robe

Pourquoi j’aime les marinières ?

J’ai déjà dézingué plusieurs classiques de la garde-robe, dont la fameuse « petite robe noire » et la chemise blanche, il y en a néanmoins un que je valide à 100% et dont je suis carrément fan: la marinière.

Première raison : sa versatilité. On peut en porter en journée, au bureau, le week-end. On n’est jamais trop où pas assez « habillé » en marinière. Quel bon plan!

Deuxième raison : on peut en mettre à toutes les saisons. Elles existent en version été, hiver, demi-saison. Il y en a de toutes les couleurs: du bleu, du blanc, du rouge, mes couleurs fétiches!

Troisième raison : c’est chic, c’est français, c’est distinctif. Quand je vivais à l’étranger, j’étais particulièrement à l’aise en marinière. Cela me donnait une allure folle. Surtout que je portais des marques françaises, plutôt difficiles à trouver en Irlande, ou très chères.

Quatrième raison : on en trouve pour tous les goûts, toutes les matières, coton ou laine, toutes les couleurs. Bref. C’est démocratique, tout le monde peut en porter, hommes et femmes confondus! C’est donc pour moi un véritable classique de la garde-robe, qui a toute sa place dans mon armoire de minimaliste.

Ma boutique de marinières préférées, qui parfois fait du Made in France (environ 40% de sa production, ce qui est loin d’être ridicule ces temps-ci), c’est Armor Lux. Saint James fait aussi des produits de qualité.

Et vous, vous aimez les marinières autant que moi?

Garde-robe

Pourquoi je n’ai pas de chemise blanche

De la même manière que je n’ai pas de « petite robe noire », je n’ai pas de « chemise blanche ». Si l’on s’en réfère à l’abondante littérature sur le sujet, je suis vraiment une rebelle du look, et encore plus du look à la française… Mais je tiens bon, qu’importe ce que pensent les autres!

Pourquoi donc cette brave « chemise blanche » ne trouve pas grâce à mes yeux ? en fait, rien ne va pour elle.

Première raison: le blanc est salissant. Sans parler d’une tasse de café malencontreusement renversée sur le décolleté, les taches se voient très vite sur un tissu clair. Je ne vis pas sous cloche et une tache est vite arrivée. Je vis en plus avec deux félins, qui, naturellement, laissent des poils sur mes vêtements. Ils ne sont pas blancs, du coup, ils me laissent des souvenirs poilus, sur du linge propre ou sale, en fait…

Deuxième raison : l’entretien. Non seulement, le blanc se tache vite, mais il est parfois difficile de faire partir les taches incrustées, ou les traces de transpiration. Et le repassage, on en parle ? Je n’ai pas de temps à gaspiller à repasser une chemise. En plus, je ne suis pas douée pour çà et je laisse des plis. Le résultat est invariablement moche.

Troisième raison : elle ne correspond pas à mon style de vie. Je supporte de moins en moins de porter un soutien-gorge et je cherche à mettre des vêtements qui me permettent de m’en passer. C’est quasi impossible de se passer de dessous sous une chemise blanche. Même un caraco fait bizarre. C’est vraiment difficile à porter, je trouve.

Quatrième raison: les chemisiers ne me vont pas. Sur moi, ça fait vraiment mémère. Sans compter que ma poitrine un peu généreuse ne rentre pas dans une chemise standard et que c’est très inesthétique au niveau des boutons prêts à craquer.

Bref, je me demande bien pourquoi on nous met des chemises, et des chemises blanches, à toutes les sauces, dans les garde-robe capsules ou minimalistes idéales. Vraiment, pour moi, aucun intérêt !

Et vous, qu’en pensez vous : êtes vous #teamchemiseblanche ou #antichemise comme moi?

Garde-robe

Pourquoi je n’ai pas de chaussures à hauts talons

Dans le cadre de ma série sur la garde-robe minimaliste, je me penche sur les « basiques » décrits par les médias sur le sujet. Je me méfie énormément des magazines féminins, qui sont pour moi, toxiques et détestent les femmes, mais leur pensée a infusé notre façon de nous habiller et de prendre soin de nous, hélas. C’est ainsi que j’ai décidé de me passer de cet éternel accessoire féminin: les talons hauts. On notera que les hommes ne se torturent jamais les pieds avec des chaussures inconfortables, ils ont bien de la chance. Mais du coup, je fais comme eux: je choisis mes chaussures d’abord pour leur confort.

Photo de Thought Catalog sur Pexels.com

Quand je parle de talons, je ne parle pas de chaussures avec de petits talons, mais bien de tous ceux qui dépassent les 5 cm. Qu’ils soient aiguilles ou non. Les talons aiguilles sont encore plus instables, pour nous faire une démarche de créature en détresse, censée séduire les hommes qui auraient envie de nous protéger (on ne sait toujours pas de quoi, d’eux?)…

Première raison : c’est inconfortable. Les chaussures, c’est fait pour marcher. Cela semble évident. Pourquoi se torturer avec des échasses? J’ai eu par le passé une jolie paire d’escarpins pointus, elle n’a jamais vu de bitume: je l’enfilais de temps à autre dans ma chambre et je faisais 3 pas avec, histoire de me la jouer Cendrillon. Je l’ai gardée une dizaine d’années et elle est devenue plutôt démodée. Elle a fait partie d’une énième séance de tri et a été donnée. Depuis, je n’ai rien acheté qui ait dépassé les 5 centimètres, maximum.

Deuxième raison : cela ne va pas avec grand chose, c’est trop sophistiqué. Je trouve qu’on « s’habille » de moins en moins, ou alors c’est moi qui vieillis. De même que les cravates et les vestons ont déserté les open spaces, c’est la même chose pour les chaussures à talons. Les femmes travaillent et gagnent leur vie de nos jours, elles viennent au bureau en voiture, en métro ou à pied, bref, les talons ne sont pas faits pour çà. Et clairement, la lame de fond du télétravail limite encore plus les occasions de porter des vêtements de ville et donc des talons. Pour sortir, honnêtement, qui arrive à danser avec des talons hauts?

Photo de Ray Piedra sur Pexels.com

Troisième raison : le « male gaze », c’est un peu plus délicat à expliquer mais j’ai l’impression que ce sont surtout ces messieurs qui sont en demande de talons hauts. J’ai déjà eu des copains me réclamant des jupes et des talons. Pour moi, c’est juste une bonne raison pour être encore plus fidèle à moi-même. Je vis pour moi et pas pour les autres. Je n’existe pas pour le plaisir des hommes, même si je suis une femme. Si j’ai envie de porter des talons (en l’occurrence, non, je n’en ai pas envie), c’est pour moi que je le ferais, et c’est tout. Qu’un homme ait besoin de déguiser une femme pour son propre plaisir visuel me dérange profondément. C’est peut-être de l’attirance sexuelle, ce n’est pas de l’amour. Devoir changer son identité ou porter des talons, alors qu’on veut intrinsèquement mettre des baskets, pour être aimée, ce n’est pas de l’amour, c’est de la domination.

Quatrième raison : c’est fragile. les talons hauts ne sont pas faits pour durer. On fait comment quand on casse son talon dans la rue? C’est bien moins risqué de porter des derbies ou des baskets, impossible de se coincer le talon dans une grille de métro.

Et vous, êtes vous pour ou contre les chaussures à hauts talons ?

Garde-robe

Pourquoi je n’ai pas de jupes dans ma garde-robe

Parmi les vêtements que je ne possède pas, figure la jupe. Au travers des années, j’en ai eues de toutes sortes, des longues, des courtes, des colorées, des évasées, des mini… Et aujourd’hui, aucune n’a survécu à mes tris de garde-robe successifs, c’est dire que ce sont des vêtements dont je n’ai aucune utilité.

Première raison : ce n’est pas confortable. cela serre à la taille, ça a tendance à remonter de façon intempestive, certaines entravent carrément la marche. Le combo jupe crayon + talons aiguilles est vraiment le summum de l’inconfort (et du male gaze). Les robes sont tellement plus confortables!

Deuxième raison : c’est difficile à assortir. Non seulement il faut penser à assortir à son haut (pull, T-shirt, blouse…) mais en plus il faut avoir les collants et les chaussures qui vont avec. Sans compter que la matière de la jupe ne correspond pas toujours à celle du top. Les robes sont bien bien faciles à vivre, à mes yeux.

Photo de @thiszun (follow me on IG, FB) sur Pexels.com

Troisième raison : cela ne me va pas. Avec ma morphologie, je suis censée porter des jupes évasées. Et pourtant, je n’aime pas le rendu sur moi.

Quatrième raison : C’est difficile à stocker, il faut des cintres particuliers. Comme je n’ai plus de jupes, j’ai viré les cintres qui allaient avec et qui font maintenant le bonheur de ma ressourcerie locale.

Et vous, êtes vous plutôt #projupes ou #antijupes comme moi? Etes-vous plutôt jupes ou robes?

Garde-robe

Pourquoi je n’ai pas de trench coat

On poursuit cette série sur la garde-robe minimaliste en se penchant sur cet affreux pardessus qu’on nous vend comme un basique intemporel, j’ai nommé cette horreur: le trench coat.

Première raison: honnêtement, qui a envie de ressembler à l’Inspecteur Gadget? Moi, je veux avoir de l’allure, pas la dégaine d’un personnage de dessin animé. #choixpersonnel

Deuxième raison: trouver un trench de qualité et bien coupé n’est possible que si on a un bon budget. C’est donc un vêtement cher. Une finition un peu « cheap » et ça fait tout de suite très vulgaire.

Troisième raison: pour un vêtement qui est censé protéger de la pluie, il y a quand même rarement une capuche. Il faut donc se trimballer un parapluie en plus si on veut se protéger de la pluie un jour d’automne. Non seulement on a un vêtement plutôt encombrant et en plus, il n’offre pas d’imperméabilité complète? Quelle arnaque!

Quatrième raison: le trench est un vêtement de mi-saison, autant dire qu’il ne sert pas beaucoup sur l’année. Personnellement, je porte plutôt des vestes en mi-saison et je passe direct aux manteaux l’hiver.

Et vous, qu’en pensez-vous? Vous êtes pour ou contre le trench?

Garde-robe

Pourquoi je n’ai pas de « petite robe noire »

Dans les livres sur la garde-robe idéale ou dans les articles de blog sur les « capsule wardrobe » ou les garde-robe capsule, il y a très souvent des vêtements que je n’ai pas et dont je me passe allègrement. Un des exemples les plus criants: la fameuse « petite robe noire » ou « little black dress », qui est censée être un basique indispensable à toute garde-robe, le genre de pièces qu’on met quand on n’a d’idée de tenue.

Par le passé, j’ai bien eu des robes noires, courtes, avec ou sans fioritures. Je parle donc d’expérience : je les mettais très peu. Elles étaient souvent trop « habillées » pour le bureau, et ma principale raison de m’habiller reste ma vie professionnelle.

Avec mes tris successifs de garde-robe et la diminution très sensible de son volume, aucune robe noire n’a survécu. En clair, aucun modèle n’a justifié l’espace pris dans mon armoire.

Pourquoi ? Tout simplement, je trouve que le noir est une couleur triste et qu’il m’éteint complètement le teint. Donc cette couleur est très peu présente chez moi: j’ai une paire de bottes et une paire de Chelsea boots noires, car pour les chaussures c’est la couleur la plus facile à trouver, mais je n’ai pas de pull noir ni de pantalon noir. J’ai bien des sous-vêtements noirs, mais c’est bien tout.

Au delà de la couleur qui me pose problème, je n’ai pas envie d’avoir des accessoires assortis à une robe noire : mes manteaux et mes sacs sont dans une palette de « bleu-blanc-rouge » et surtout des bleus, qui ne vont pas avec du noir. À la rigueur, si je devais avoir une « petite robe » qui va avec tout, j’opterais pour du bleu marine, sans aucun doute. Je n’en ai pas trouvée et je vis très bien sans. J’ai vraiment autre chose à faire de mes journées et de mon temps libre que du shopping.

Photo de Iva Muu0161kiu0107 sur Pexels.com

J’ai pourtant dans mon armoire une robe un peu « magique » qui se porte aussi bien à la plage qu’au bureau qu’en soirée : une robe courte, sans manche, à col rond, dans un tissu synthétique noir et blanc zébré. C’est une de mes exceptions à mon aversion pour le noir. Je l’ai depuis 4 étés et elle a même vaillamment accepté les fluctuations de mon poids. Au final, je ne la mets pas très souvent car je galère pour trouver des chaussures qui vont avec (les chaussures blanches, c’est salissant) mais c’est le genre de pièces versatiles que je prends avec moi en vacances.

Et vous, êtes-vous adeptes de la « petite robe noire »? Ou avez-vous une « robe magique »?

A la maison, Garde-robe, Minimalisme

Revue de look, ce que j’ai, ce que je n’ai pas

De la même façon que j’ai commencé une série d’articles sur les régimes, je souhaite aujourd’hui lancer une série sur la garde-robe idéale, telle que je la conçois.

En la matière, j’ai évidemment conscience que chaque personne a des besoins différents et comme pour tous les articles de ce blog, loin de moi l’idée de donner des conseils à qui que ce soit. Je décris simplement ce que je fais, à un moment donné, à un sujet donné.

Photo de Craig Adderley sur Pexels.com

Je gravite autour du minimalisme depuis 2014 maintenant et ma garde-robe a donc été au centre de pas mal de préoccupations. Il fut un temps où j’avais une quarantaine de sacs à main, j’ai drastiquement réduit ce nombre, tout simplement parce que je ne peux pas utiliser 40 sacs à main en même temps. D’ailleurs personne ne le peut. De même, je stockais dans les 400 vêtements. Une centaine suffit amplement à parer à toutes les situations.

La série comprendra les articles suivants:

Garde-robe, Perte de poids

Suivi du challenge « Cagnotte pour la nouvelle garde-robe » – le point des 3 mois

Il y a 3 mois, je prenais l’engagement de mettre de côté tous mes petites rentrées d’argent, afin de financer la nouvelle garde-robe que je compte m’offrir après avoir atteint mon objectif de poids.

Où est-ce que j’en suis aujourd’hui ?

Voici le bilan :

Poids perdu: 2.8 kg (score tout à fait honorable, puisque je n’ai changé mon alimentation vers le WFPB (whole foods plant based) que fin août)

Nombre d’objets dégagés (40 ventes + 7 dons) soit: 47 objets en moins, donc 20 vêtements (so long mes affaires de sport confinées dans leur tiroir), 9 sacs (collection de plus en plus réduite, dieu merci) et autres babioles: livres, rice cooker etc.

Divers objets vendus sur Vinted

Ventes sur Vinted : 35 objets pour 265.80€ (vêtements, sacs, divers équipements de voyage et de randonnée)

Ventes sur Rakuten : 5 objets pour 260.42€ (du matériel high tech et de cuisine non utilisés comme ils auraient pu l’être)

Cashback sur igraal: 0€, je n’ai pas atteint les 20€ nécessaires pour le paiement, et finalement, je n’ai pas tant acheté que çà en ligne ces derniers temps. Logique, quand on y pense.

Autres rentrées d’argent non salariales ni commerciales (subventions du CSE pour mes vacances, cashback de ma banque pour avoir mis en place un virement automatique sur mon assurance vie): 310€

Total: 836.22€

Verdict: ça commence très fort! Très clairement, j’aurais du mal à faire mieux au prochain trimestre côté ventes. Côté perte de poids, j’ai bon espoir de faire mieux, surtout en suivant la bonne méthode de perte de poids (régime, c’est un gros mot!).

J’ai cependant de jolies ventes dans les tuyaux, j’atteindrai donc les 1000€ sans problème d’ici au prochain point d’étape en janvier!

Garde-robe

Vers l’automne, la garde robe transitionne

Les températures se sont rafraîchies d’un coup d’un seul cette semaine et je suis passée des sandales et débardeurs en début de semaine aux chaussures fermées et veste de pluie le vendredi. On a perdu une quinzaine de degrés très soudainement.

Du coup, j’ai estimé qu’il était temps de mettre de côté les vêtements d’été et de retrouver mes vêtements d’hiver. Il s’agit en fait de ressortir de mon placard ma housse de rangement contenant mes vêtements hors saison, de récupérer les habits d’hiver et de mettre à la place les vêtements trop marqués « été ». J’aurais certes assez de place dans mon placard pour « voir » tous mes vêtements de toutes les saisons, puisque j’en compte moins de 100 pour toute l’année, mais je préfère avoir à portée de main ce que je peux porter à l’instant donné. Je n’ai pas envie d’avoir le nez dans mes manteaux d’hiver quand il fait 35°C dehors, ni dans mes robes d’été quand il fait 0°C. De façon très pragmatique, mes 2 robes d’hiver ont ainsi remplacer sur leurs cintres 2 robes d’été.

C’est l’occasion parfaite de faire un point sur la garde-robe et de faire le bilan de la saison : qu’a-t-on vraiment porté ces six derniers mois ? Qu’est-ce qui ne convient plus ? Qu’est-ce qu’il faudrait renouveler ? Et en redécouvrant les vêtements de l’autre saison, me conviennent-ils encore? Sont-ils encore portables?

Pour cet automne 2020, où j’ai fait vœu de sobriété, j’ai décidé de sortir plus de choses que j’en rentre car honnêtement, je peux mieux faire que 100 vêtements. 80 me semble encore plus efficace. Néanmoins, je suis très loin de mon poids-cible, donc je n’investirais pas beaucoup avant de l’atteindre.

Mon challenge « nouvelle garde-robe » dépasse toutes mes attentes, je fais le point dessus la semaine prochaine. En attendant, je poursuis mes ventes sur Vinted et mes dons à la ressourcerie le cas échéant.

Photo de Daria Shevtsova sur Pexels.com

Petit point sur ce qui sort:

  • veste tailleur courte bleu marine: mise en vente Vinted – elle est trop juste pour moi. Je dois dire que je mets très peu de vestes, même si j’aime bien çà. Elles me donnent un air trop « habillé » à mon goût, quoi qu’en pense cette youtubeuse que j’aime bien.
  • sac cabas bleu ciel Guess, acheté l’hiver dernier, que j’ai mis quelques semaines avant le confinement. Un peu trop lourd et ornementé pour mon style, à l’usage. Je ne me suis beaucoup assagie sur les sacs à main. Aujourd’hui, j’en suis à 4. Je compte faire un point sur cette portion de ma garde-robe bientôt. Entretemps, ce sac est en vente sur Vinted.
  • débardeur Uniqlo à rayures. La coupe est un peu bizarre sur moi, ça baille sous les aisselles. Je vais voir si quelqu’un en veut sur Vinted.
  • pull marin Armor Lux qui a déteint: part au recyclage, cela me fait mal au cœur car je l’adorais, mais il n’est plus présentable.
  • pull manches courtes Marks and Spencer motifs à gris carreaux bleu marine : recyclage. La matière bouclette est trop cheap et je transpire trop. C’est ce style de vêtement qui ne fait guère de sens: en matière chaude et à manches courtes.
  • T-shirt Uniqlo Marimekko à motifs gros pois bleu marine. Je l’ai beaucoup mis et par conséquent beaucoup lavé. Les pois blancs n’étaient plus très blancs et je ne voyais pas trop comment le rattraper.

Cela fait donc 6 articles qui ne seront pas remplacés, la plupart du temps parce que je dispose déjà d’une alternative.

Je dispose de 3 foulards légers et je n’en ai porté aucun pendant la saison chaude, il faut dire que je n’ai pas pris l’avion une seule fois. Il y a quelques années, j’en portais tout le temps. Passer à 0 me semble un peu radical, parce que je finirai par reprendre l’avion, mais je vais peut-être m’en séparer d’un ou deux.

Et vous, avez-vous fait votre tri saisonnier?