Journal

Regarder les objets du passé

Depuis 2014 et mon déclic minimaliste, j’en ai viré des choses et des choses, que ce soit des vêtements, des livres et autres produits culturels ou encore des bidules de cuisine.

J’ai donné, vendu, recyclé ou jeté jusqu’au plus soif, bien aidée par non pas un mais deux déménagements internationaux vers une île puis vers le continent.

Photo de Edward Jenner sur Pexels.com

J’ai parfois gardé des clichés de ce qui a quitté ma vie et je suis fière de ce que j’ai accompli dans le domaine. La lutte contre le bazar est constante, comme celle contre la junk food. Après tous ces challenges minimalistes, est-ce que je regrette des objets dont je me suis séparée? Dans l’écrasante majorité des cas: non! et si j’ai eu un regret, j’ai toujours trouvé un objet similaire.

J’essaye de ne plus garder des choses pour des très hypothétiques « au cas où », mais les tentations sont présentes partout, tout le temps. Il est rare qu’un nouvel objet résolve un de mes « problèmes ». Généralement il en crée un immédiat: son stockage, puis sa maintenance et finalement, sa fin de vie.

Bref, mon album photos des objets du passé ne me rend jamais nostalgique. Je me fais plutôt des remarques sur le fait que je ne me rappelais plus que j’avais tel ou tel objet chez moi et que je vis sans depuis des années sans que mon confort de vie n’en ait pati.

On n’a vraiment pas besoin de grand chose pour vivre, c’est évident. L’accumulation d’objets me semble aujourd’hui pathologique, une idée du passé. A quoi bon vivre dans une armoire géante?

A la maison, Journal, Solo living

Finalement, j’achète !

J’ai cédé au dogme de la finance personnelle. J’ai vraiment hésité et j’ai bien failli abandonner le projet, mais j’ai finalement trouvé le bon compromis entre ménager mon compte en banque et avoir un toit sur la tête.

Entendons-nous bien : j’habite en région parisienne, où le prix de l’immobilier est proportionnel à la distance avec Paris. Vivre intra muros est un luxe dont je me passe. À 11000€ le mètre carré à l’achat et à 30€ mensuel le mètre carré à la location, je n’ai les moyens de vivre que dans un tout petit deux-pièces. J’ai dépassé les quarante ans, et même si j’ai des inclinations minimalistes, je souhaite vivre dans plus d’espace qu’un 35 mètres carrés au septième étage sans ascenseur.

J’ai pris mes aises dans mes cinquante mètres configurés en trois pièces. J’aime ma chambre séparée, j’aime mon bureau dont je ferme la porte le soir, bien à part de mon espace de détente, même si je ne suis pas fan de cuisine ouverte (les odeurs qui s’incrustent, le désordre apparent, le gras qui s’infiltre partout, pourquoi mes contemporains aiment-ils autant les cuisines ouvertes? Mystère).

Donc j’ai orienté ma recherche dans des communes desservies en transport en commun pratiques pour moi : en tram. J’abandonne le 92 et je migre dans le 95. Une page se tourne, une autre.

Finalement, il se passe quand même deux ou trois trucs dans ma vie

A la maison, Défis, Minimalisme

10 astuces à 0€ pour faire des économies

Toujours dans ma mouvance minimaliste et dans le cadre de mon plan d’économies, je vous présente des astuces qui ne coûtent rien et qui permettent de ne pas dépenser plus que nécessaire!

1- Je garde des emballages pour mes propres envois : je ne parle pas des enveloppes matelassées ou des colis que je reçois, ça je pense qu’on le fait tous. Je mets aussi de côté des emballages divers, tels que ceux de la pâtée des chats, qui sont en carton épais. Super pratique pour mes ventes sur Vinted, plutôt que de les mettre au bac de recyclage. Je garde aussi les emballages en papier des légumes et ceux de la boulangerie pour caler le contenu de mes colis.

2- Je reporte le week-end les vêtements de la semaine, s’ils sont encore propres. Laver trop souvent les vêtements les abîme, alors je préfère en tirer le meilleur parti et allonger leur durée de vie. Cela fait faire des économies de lessive et d’électricité.

3- Je n’achète pas ce qu’il est facile d’emprunter, par exemple des livres. Dans toutes les villes, il y a des bibliothèques gratuites, elles proposent en plus souvent des livres électroniques. Plus besoin de se déplacer pendant les horaires d’ouverture.

Photo de cottonbro sur Pexels.com

4- J’utilise une banque en ligne sans frais. Pas de frais bancaires mensuels etc. Ma carte Visa Premier me coûte 0€. Certes, Boursorama m’a demandé de laisser 5000€ chez eux, mais c’est très vite rentabilisé. Ils font aussi régulièrement des offres promotionnelles sur leurs différents produits. En 2020, j’ai récupéré 200€ de cashback en plaçant de l’argent sur différents produits que j’utilisais déjà (Assurance vie, Compte d’Épargne Financière Pilotée, Compte titres). Mon code parrainage est ici: Boursorama.

5- Je ne suis pas à découvert. Ça rejoint le point d’avant. Certes, j’ai droit à un découvert sans frais pendant 30 jours, mais je préfère ne pas dépenser de l’argent que je n’ai pas. Ce n’est pas facile pour tout le monde, je sais, mais les agios coûtent une fortune, en pure perte.

6- Je fais des listes: shopping listes + to do listes. J’ai une shopping list pour les courses du quotidien, que je complète dès que je manque de pois chiches ou de flocons d’avoine. J’ai aussi une shopping list pour les vêtements et accessoires. Ma garde-robe est plutôt minimaliste, mais je renouvelle parfois des pièces. Quand quelque chose est depuis trop longtemps sur la liste, je l’enlève : si j’ai vécu sans pendant longtemps, c’est que je peux vivre sans pour toujours.

7- Je prends une gourde d’eau du robinet dès que je pars de chez moi pour quelques heures. Certes, il y a le prix de la gourde, mais on peut aussi recycler un bocal ou une petite bouteille en verre. J’évite ainsi l’achat de boissons hors domicile, qui sont chères et qui laissent derrière des emballages plastiques pas très recyclés.

8- Je récupère les bocaux des produits que j’achète. Pas tous, et je ne les garde pas tous non plus. J’aime bien ceux de la confiture Follain que j’ai ramenée d’Irlande. Je teste différents formats pour voir ce qui convient à mes besoins réels et non à mon fantasy self.

9 – Je compare toujours les prix avant de faire un gros achat, type électronique ou électroménager. Amazon n’est pas systématiquement le plus avantageux : Darty, la Fnac et la Redoute ont aussi des bons deals avec les fabricants.

10- Je fais le tri dans mes amis : exit ceux qui ne tiennent pas compte de mes contraintes et souhaits budgétaires : c’est ainsi que j’ai refusé tous les enterrements de vie de jeune fille, systématiquement organisés à l’autre bout de la France… Transport, hôtels, nourriture, activités, part de la future mariée… Tout çà, ça chiffre. Sans compter le mariage lui-même et l’inévitable cadeau pour les mariés. Sans aller faire comme Carrie Bradshaw et me marier avec moi-même, juste que, pour une fois, on célèbre mes choix de vie et qu’on participe à mes frais de vie à moi, je dis non si cela me semble trop dispendieux.

Très clairement, je ne participerai plus aux « weekends entre filles », qui me coûtent, au delà de l’aspect pécuniaire, une bonne dose de stress et de frustration. Les amitiés vieillissent parfois mal.

Je dois dire que c’est pareil pour les restaurants à plusieurs, je souhaite que le budget associé me convienne. Quitte à se contenter d’un café ou d’un verre plutôt qu’une formule complète. Évidemment, en ce moment, la question ne se pose pas vraiment. Mon budget sorties est à 0€ depuis les confinements, comme pas mal de monde, j’imagine.

Et vous, quelles sont vos astuces à 0€ pour économiser pour ce qui compte vraiment pour vous ?

A la maison, Bilans, Journal, Minimalisme, Solo living, Voyages

« No buy challenge » des vacances

Au gré de mes aventures minimalistes, j’ai déjà bien réduit le contenu de mes placards: vêtements, cosmétiques, maquillage, affaires de sport, livres… J’ai encore du boulot dans ma cuisine (ustensiles/robots/garde-manger) mais je crois que je n’ai jamais eu aussi peu de choses chez moi, sauf peut-être quand j’étais étudiante, et encore, j’avais encore une chambre pleine d’affaires (ne me demandez pas quoi, je n’en ai plus aucune idée) chez mes parents.

Je me suis rendu compte que les vacances ont souvent été l’excuse d’une multitude d’achats: bagages, vêtements, équipements de sport, médicaments etc. S’il est plutôt positif de faire l’inventaire chaque année de ce qui traîne dans ses placards, je me désole de retrouver des choses que je n’utilise qu’en vacances. Je ne parle pas d’un adaptateur pour une norme différente de la France, mais par exemple, de pantalons de randonnée, de sandales pour aller dans l’eau etc.

Partir loin de chez soi et faire des activités non habituelles génèrent des dépenses, c’est certain. Mais avoir des choses qui ne me servent qu’une seule fois dans l’année au maximum m’agace. C’est pourquoi cette année, alors même que les stocks sont au plus bas, j’ai décidé de me lancer ce challenge : ne rien acheter pour les vacances à la montagne. Je ne prévois pas de trek ni de camping, je n’ai donc pas besoin de toute une palanquée d’objets qui ne me serviraient que pour çà.

Pour avoir passé pas mal de temps le nez dans mes placards, traquant le moindre article pouvant alimenter ma cagnotte « nouvelle garde-robe », j’ai confiance en mon intuition. J’avais 6 soutien-gorge de sport : 4 feront très bien l’affaire (et sans doute 2 d’ailleurs). J’avais beaucoup d’affaires que je ne peux plus mettre car j’ai trop grossi: pantalons de randonnée, T-shirts de sport. Ils sont partis sur Vinted, pour une bouchée de pain, mais j’ai moins mauvaise conscience puisqu’ils n’encombrent plus mes tiroirs. Je les avais acheté il y a 10 ans pour la plupart, donc ils ont été plus qu’amortis.

Je vais m’en remettre à ce qui me va aujourd’hui: des caleçons un peu extensibles, des hauts larges. Je ne compte pas conserver ma circonférence actuelle, donc pas d’investissement prévu en garde-robe avant un bon moment (je fais même un petit challenge sur le sujet en ce moment).

J’emmènerai ce que j’ai actuellement dans ma trousse de médicaments (je passe mes vacances en France, il y aura toujours une pharmacie pas loin en cas d’urgence), de toilette (j’ai encore du stock pour tout ce dont j’ai besoin) et autres. A priori, je ne vais pas emmener pléthore de paires de chaussures, ce sera pas mal de choses à usage multiple.

Voyager léger : le top!

J’avoue que mes chaussures de randonnée ne me servent qu’en vacances. Je les ai achetées il y a 3 ans, elles ont encore beaucoup de vie en elles. Je suis également largement équipée en sacs de randonnée et de voyage. Il fut un temps où j’en avais 2 de plus: un qui me faisait mal au dos et un de 38 litres, pour les treks de plusieurs jours. J’ai revendu les deux. Je ne me vois pas faire de trek à l’avenir et je ne conserve pas les choses qui ne me conviennent pas. J’ai donc un sac à dos de randonnée à la journée de chez Decathlon, qui fait une vingtaine de litres et qui m’a coûté une dizaine d’euros. Non seulement je l’embarque en randonnée pendant mes vacances, mais il me sert aussi quand je pars en weekend. Il est léger et pratique, je n’ai besoin de rien d’autre. Je l’ai rentabilisé et je compte l’utiliser le plus longtemps possible.

Et vous, dépensez-vous beaucoup pour ce que vous emmenez en vacances ?

A la maison, Journal, Solo living

Ce que la pandémie Covid19 va changer pour moi en 2020

J’avais débuté l’année 2020 pleine de bonnes résolutions et de rêves, notamment car je change de dizaine et que j’avais prévu de célébrer ma quarantaine ailleurs qu’en quarantaine!

Une pandémie mondiale met juste la pagaille dans ma vie, sans que j’en sois atteinte (heureusement pour moi, évidemment!)

Photo de cottonbro sur Pexels.com

D’un point de vue professionnel: Aucune envie de chercher un nouveau challenge. Alors quand on m’a proposé de convertir mon CDD en CDI, je ne me suis pas posé de question, j’ai accepté. Je suis plutôt heureuse de ce choix. J’aime ma boîte, mon chef et mon équipe… Mais il y a le syndrome de l’herbe plus verte ailleurs… Donc, bon, je suis raisonnable. Je sais que la situation économique va se dégrader, il faut saisir ce qu’on nous donne.

D’un point de vue amical et familial: le confinement a stoppé beaucoup de mes interactions verbales et téléphoniques, mais les réseaux sociaux m’ont bien soutenue. Finalement, j’ai identifié qui a eu envie de me contacter et m’a demandé de mes nouvelles. Et également à qui j’avais envie de demander de leurs nouvelles. On ne cultive pas une relation morte. C’était plutôt l’occasion de faire un peu de ménage (je n’ai pas la main verte).

D’un point de vue « sorties culturelles »: le calme plat. Je ne peux pas dire que j’ai vraiment pris l’opportunité de regarder des opéras, des ballets ou même simplement des films, comme je l’avais envisagé. Je n’ai jamais autant passé de temps chez moi (même quand j’étais au chômage) mais aussi je n’ai jamais autant travaillé. J’ai été sur le pont pendant des semaines sans jamais prendre de jour off. Honnêtement, je suis super fatiguée.

D’un point de vue « voyages »: évidemment, pas de déplacement de longue distance ces 3 derniers mois. Mon voyage anniversaire au Japon a été annulé et je n’aurais pas l’opportunité de le faire avant un petit moment. Je vais passer mes vacances en France, et j’espère faire quand même un aller-retour en Irlance, car ce pays me manque.

D’un point de vue « grand projet structurant »: tout ce temps passé chez moi m’a fait réalisé à quel point il est important de construire son chez-soi. Et me voilà à nouveau dans une recherche immobilière. Je maîtrise parfaitement l’art du déménagement et je commence déjà le vide… On verra si les banques me suivent dans mes envies d’accès à la propriété.

Et pour vous, qu’est-ce que cela a changé pour vous?

Photo de Paula Lavrador sur Pexels.com
A la maison, Journal, Minimalisme

Mes projets "confinement"

A l’heure où j’écris ces lignes, le « confinement » n’est acté que pour 15 jours. Je doute que nous enrayions la pandémie en si peu de temps, compte tenu du manque de civisme de beaucoup de Français et des Parisiens en particulier. Honnêtement, je pense que l’on va pouvoir revenir normalement au bureau pour début mai 2020, pas avant. Ce qui fera 6 semaines de confinement au total. C’est triste pour moi de voir le pays et le monde entier à l’arrêt, tous ces événements qui rythment le calendrier annulés ou reportés: l’Eurovision, Roland Garros etc. L’économie va souffrir mais l’humain va grandir! Je n’en doute pas. C’est la fin d’un Monde, pas la fin du monde. Quelque part, c’est un événement historique.

Photo de Elvis sur Pexels.com

Ma principale occupation? Et bien, mon télétravail! C’est la chance de faire un métier (la Gestion des Ressources Humaines) qui permet de travailler à distance. En temps normal, bien sûr, c’est plus facile d’être sur place, au bureau, pour rencontrer des salariés, des managers, faire des réunions de Comité d’Entreprise etc. Mais au bout d’une semaine, tout le monde s’est adapté, Skype for Business tourne à plein. Mon entreprise donnait déjà accès jusqu’à 2 jours de télétravail par semaine. Nous sommes tous équipés en ordinateurs portables, casques etc. Je ne suis pas encore éligible au dispositif car j’ai moins d’un an d’ancienneté, même si c’est moi (ironiquement) qui arbitre les demandes de télétravail. Oui, les cordonniers sont souvent les plus mal chaussés.

Très honnêtement, la première semaine de confinement a été très intense au niveau travail. Parce que la Terre entière (littéralement) est venue vers nous les RH pour avoir des consignes et des conseils. J’ai fait du 8H30-19H, non stop, de lundi à vendredi. Dans ces cas de crise, notre fonction jouit d’une certaine crédibilité et cela fait du bien au moral, cette reconnaissance. Comme j’étais à la maison, je n’ai pas été très dérangée, si ce n’est par mes 2 chats qui, parfois, ont eu besoin d’attention et de nourriture.

Photo de Gustavo Fring sur Pexels.com

Ménage et cuisine: vu que j’ai tout l’attirail à disposition, entre 2 « conference calls », je passe un coup d’aspirateur, de serpillière, ou de chiffon, je lance une machine ou un lave-vaisselle. J’ai changé les meubles de place afin d’optimiser mon installation télétravail. Cela n’a jamais été propre et rangé chez moi! Une vraie fée du logis sommeillait en moi qui n’attendait que d’avoir du temps devant elle. Il est vrai que l’absence de trajet domicile-travail me fait gagner plus d’une heure par jour. Ce n’est pas rien.

Faire ma popote est top! Mais j’ai encore bien trop de junk food dans les placards. Je pense donc qu’il va falloir que je fasse attention à moi: vu que je me dépense moins, je vais devoir diminuer le nombre de calories ingérées.

Blogging: ces derniers mois, j’ai moins trouvé le temps de remplir ces colonnes, alors que j’ai tout plein d’articles en brouillon. Ce serait un peu un fantasme pour moi d’en vivre (j’en suis trèèèèèèèèèèèèèèèèèèès loin, la concurrence est rude, la monétisation est compliquée) et de pouvoir changer de vie et m’installer où je le veux, si possible à un endroit agréable à un faible coût de la vie (la Normandie est aussi un fantasme). Bref. On n’y est pas, et on n’y sera peut-être jamais. Mon job en RH paye très bien mes factures et mes projets. En tout cas, je vais poursuivre la relecture de mes vieux articles, je vais mettre à jour les mots-clés, la mise en page, les photos et corriger les fautes. J’essaye d’en faire le moins possible, car je ne supporte pas les blogs avec une faute par phrase, comme j’en vois trop souvent. S’il y a trop de fautes (typiquement, certains écrivent comme ils parlent et cela donne de la phonétique), je n’arrive alors plus à me concentrer sur la lecture et je passe en mode « correction ».

Rangement numérique: j’ai beaucoup trop de matériel, même si une partie est en vente. A ce jour, j’ai 2 ordinateurs portables personnels ( et un pro), 1 tablette 10 pouces 4G, 1 Kindle 8 pouces HD, 1 smartphone Motorola principal et 1 smartphone Wiko de secours (et un iphone pro) sans compter mon lecteur MP3, mes 2 clés USB grande capacité et autres cartes microSD. J’ai accumulé beaucoup de « choses » au fil du temps: musique, photos, documents de la vie perso. Je jongle entre OneDrive, DropBox, GoogleDrive et autre Norton Backup. Je ne m’y retrouve plus. J’ai conservé beaucoup de choses inutiles. On est loin du minimalisme auquel j’aspire. Un grand ménage numérique s’impose!

Je suis aussi trop équipée en enceintes bluetooth et autre radioréveil et Alexa Echo. C’est bien trop d’électronique pour une seule personne! Je n’ai que 2 oreilles.

Culture: j’ai mis Netflix en pause pour une durée indéterminée. Je me suis rendu compte que je ne rentabilisais pas tant que çà mon abonnement, même si j’ai mes programmes chouchous: Crazy Ex Girlfriend, The Good Place… Je me suis retrouvée avec un abonnement Amazon Prime en d’année dernière et il y a pas mal de choses d’intéressantes. Je suis très fan de Mrs Maisel et j’ai adoré pouvoir retrouver l’intégrale de Buffy contre les vampires (tellement mieux en version originale) et de Roswell (plutôt gnangan en revanche dans sa langue d’origine). Toute ma jeunesse!

Canal Plus offre son contenu gratuitement jusqu’à fin mars, ainsi que l‘Opéra de Paris. Je vais tâcher d’en profiter. Autant profiter des bons côtés du confinement!

A la maison, Bilans

Bilan Minimaliste d’avril 2019

Ce mois-ci dans ma vie : Avril 2019

J’ai été très très très active pour la recherche d’emploi et du coup, YES, j’en ai trouvé un. Bon, je vais devoir revenir en France, ce qui me pose un certain nombre de questions logistiques. Mais, j’ai déjà fait pire, en un laps de temps très court. Donc, just go with the flow !

Je suis bien sûr ravie de me remette en selle, puisque les derniers mois ont été difficiles et particulièrement déprimants, avec les réactions, éloquentes, de mes proches. C’est dans les moments délicats qu’on voit leur vrai visage. Je n’ai pas trop apprécié ceux qui me demandaient « Mais pourquoi tu ne trouves pas de job malgré tous tes entretiens? »… Ben, si je le savais, je n’aurais pas ce problème, tiens. Prix Nobel d’empathie. Bref.

Ma projection dans un nouveau job m’a fait dépenser pas mal d’argent côté garde-robe. Il faut dire qu’il nécessite un look plus élaboré que mes précédents jobs, car je vais travailler dans un grand siège social. Les jeans et les sandales ouvertes semblent prohibés. J’ai donc dû investir un peu, ce qui n’était pas tout à fait dans mes plans. Je manque cruellement de vestes de tailleurs et de pantalons habillés. Et de chaussures fermées pour l’été. Argh.

Photo de Secret Garden sur Pexels.com

Des choses que je voulais acheter, mais que je n’ai finalement pas achetées:

  • Des bidules pour la maison, car je vais changer de maison!

La Wish List (en gras, ce que j’ai trouvé ce mois-ci – en italique, ce que j’ai rajouté – en barré, ce qui n’est plus à l’ordre du jour)

  • 1 pantalon d’hiver façon laine (végane dans la mesure du possible) -navy ou anthracite
  • 1 marinière en coton épaisse, écru et navy, de type St James
  • 1 bonnet blanc (pour l’hiver prochain)
  • 1 Cardigan navy coton épais texturé
  • 1 T shirt blanc structuré et épais – légèrement décolleté
  • 1 Foulard / nicky rouge
  • 1 Baskets de ville rouges ou bleues

Ce que j’ai néanmoins acheté:

Remplacements:

  • Marinière bleu marine à rayures blanches
  • Marinière blanche à rayures bleues

Additions:

  • Marinière bleu marine à rayures multicolores
  • Pull coton bleu vol V
  • Chemise manches 3/4 navy viscose et lin
  • Débardeur marinière navy avec broderie
  • Polo navy à pois blancs
  • Pantalon à pli navy
  • Pantalon à pli gris
  • Polo blanc à pois navy
  • Gilet coton grosse maille blanc
  • Sac bowling vert pomme
  • Foulard blanc motif bleu ciel
  • Ballerines blanches pointues talon nu
  • Tennis bleu marine
  • T shirt Regular Mango
  • T shirt Regular Navy
  • Robe sans manche lin bleu ciel motifs bleu marine
  • Pantalon Chino bleu marine
  • Top à carreaux bleu marine et crème

Achats hors garde-robe

  • 2 Grandes tasses
  • 1 petit panneau corail « The best is yet to come”

Très clairement, gros craquages shopping (377,6€ en garde-robe). Et mai s’annonce un peu pareil.

Ce que j’ai vendu (3 objets pour 58€ en tout)

  • Un tableau représentant un coq bleu blanc rouge, je pensais l’accrocher, et non, finalement.
  • Un sac de randonnées 38 litres. Je l’ai utilisé, certes, mais je n’en ai plus besoin
  • Un plateau à 2 étages Ikea.

Ce que j’ai donné aux bonnes œuvres ou en Freecycling :

  • Rien ce mois-ci. Déjà plus de choses en mai.

Ce que j’ai jeté ou donné au recyclage:

  • Rien de marquant ce mois-ci

Ce qu’on m’a offert et ce que je vais en faire:

  • Rien de marquant ce mois-ci

Ce que j’ai recyclé à la maison:

  • Un T-shirt trop grand en vêtement de nuit

Quelque chose que j’ai fait et dont je suis fière:

  • Trouver un job, même si ce n’est qu’un CDD. J’ai au moins le salaire que je souhaite

Bilan:

Cagnotte 2019: 603 € pour 52 objets vendus depuis le 1er janvier 2019

Budget garde-robe : 803,05€/880€ soit 91,2% du budget annuel consommé

Journal, Santé

Besoin de faire une pause sur les réseaux sociaux!

Je suis coupable d’un comportement qui, j’imagine, est très commun: mes interactions sur les réseaux sociaux ont pris le pas sur celles du monde réel. Quand je dis « monde réel », il s’agit bien sûr d’interagir avec d’autres êtres humains, généralement ceux que je connais, de vive voix, ou par téléphone, voire même simplement par SMS.

Mon vice, ces derniers temps, est de traîner sans fin sur Twitter (qui, je le reconnais, est un vrai gisement d’informations, j’y ai trouvé des super contenus) ou de lire les commentaires sous les articles du Guardian ou des vidéos Youtube. Horreur et damnation. C’est fascinant, cela m’hypnotise. C’est le café du commerce sans bouger de chez soi. Et toutes ces personnes qui n’ont pas grand chose à dire ou qui débite des conneries ou des remarques tellement sexistes… Evidemment, je suis moi-même aussi coupable de laisser des commentaires, plutôt sur Instagram et Twitter, occasionnellement sur YouTube. Si çà se trouve, d’autres personnes se disent que je suis un parasite.

Et qu’est-ce que çà m’apporte? Punaise, mais rien du tout. Je ne ressens que davantage la Weltschmerz, ce qui est très difficile pour une hypersensible comme moi, qui pleure devant des vidéos de chatons. Je ne fais que m’exaspérer devant la stupidité des gens et leur manque de vision globale. C’est toujours « Me, Myself and I », quel que soit le sujet.

Bref. J’ai effacé l’application Twitter de mon téléphone. C’est incroyable le nombre de fois par jour où j’ai envie de partager quelque chose dessus. Et au final, pour quoi? C’est un medium de l’immédiateté et il est rarissime que je recherche un truc dans mes archives. Encore une fois, j’ai appris plein de trucs grâce à Twitter et j’ai découvert des personnes inspirantes aussi. Mais là, cela m’empêche de faire autre chose. Donc pour les prochains mois, j’ai décidé d’y aller mollo. Je peux exister autrement, Dieu merci.

Twitter n’est que la première étape. Pour moi, les réseaux sociaux sont utiles, comme tous les outils modernes que l’on a à disposition. L’essentiel est de savoir comment bien les utiliser et surtout à quelle fréquence. Je n’ai pas besoin de savoir tout sur tout. Combien de fois je me retrouve à lire un article sur un sujet qui ne m’intéresse pas? Je connais ma boulimie de savoirs, mais à un moment, çà déborde et mon cerveau n’arrive plus à traiter toutes ces informations.

Donc, pour ma santé mentale et la bonne utilisation de mon temps: calmos sur les réseaux sociaux!

Bilans, Minimalisme, Santé

Bilan de l’année 2016

2016, une année de transition pour moi.

Certes, pour une fois, je n’ai eu qu’un seul employeur cette année et je n’ai été ni en période d’essai ni en préavis. J’ai plutôt fait une belle année pour les sous, aussi. D’autant que j’ai vendu mon appartement pour repartir en location, ce qui me fait économiser des centaines d’euros tous les mois et ce qui colle avec mes projets à court terme.
Bref, je suis redevenue une excellente cliente pour ma banque!

Niveau perso:
Mon chat adoré nous a quittés en janvier. Mon nouveau chat adoré m’a rejoint en mars.
Je ne pourrais pas vivre sans mon félin à domicile.


Total des ventes: 56 ventes (environ 80 objets)

Où?Combien € ?
Book off3,5
ebay589,79
Gibert27,3
Momox57,55
Priceminister1130,84
Divers38,15
Vinted23,2
Grand Total1870,33
Quoi?Combien € ?
autres38,15
Blu Ray42,69
DVD1,9
livres123,08
meubles216,86
objets1201,84
sacs245,81
Grand Total1870,33

Niveau garde-robe:
J’ai poursuivi mon inventaire des années précédentes et c’est très utile. Cela permet de savoir ce qu’on a dépensé avec précision: type d’articles, prix, magasin… Je pense que je vais faire un vrai budget Fringues pour l’année qui vient. (post à part)


Minimalisme:
Je n’ai pas tenu un décompte hyper précis de tous les objets qui ont dégagé, mais j’ai été vigilante sur tous ceux qui sont rentrés chez moi. Aidée par mon déménagement, j’ai fait un tri en profondeur, même si je pense que j’ai encore un peu de gras. Si je pars en Irlande, je vais devoir être encore plus radicale – déjà la quasi-totalité des appareils électriques va rester en France.

Niveau santé:
J’ai laissé tomber le sport, et je le regrette. Je pense que me remettre à une activité physique doit être une de mes priorités de 2017.
Sinon, j’ai réduit ma consommation de sucres raffinés, même si c’est socialement difficile.

Et pour terminer le retour sur les bonnes résolutions de 2016:
Pour 2016, je les ai déjà évoquées, elles tournent beaucoup vers la continuation de mes démarches: minimaliste, zéro déchet, simplicité volontaire, végétarienne!

A la maison, Minimalisme, Solo living

Comment j’ai simplifié mon usage de musique

Je suis fan de musique depuis toujours. Il faut dire que j’ai des goûts éclectiques,cela va de la musique baroque au rock, de la musique latine aux comédies musicales…


Adolescente et étudiante, une partie non négligeable de mon argent de poche passait dans l’achat de CDs. Je garde un souvenir ému de l’achat de mon lecteur CD/cassette/radio, qui m’a accompagnée de nombreuses années, jusqu’à ce qu’il soit trop secoué par un déménagement et ne fonctionne plus du tout – non, je n’ai pas cherché à le réparer.

Et puis vint la révolution numérique: je fus équipée d’un ordinateur portable, le MP3 devient mon médium préféré pour écouter de la musique. Premier lecteur USB (que j’ai encore au fond d’un tiroir sans l’utiliser, 10 ans après!), premier ipod, premier smartphone avec une capacité correcte pour y stocker mes playlists: running, cool, voyage, pop…

Fin 2015: LA révélation. Spotify. J’avais fait un essai avec Deezer, mais cela ne m’avait pas convaincue, j’ai trouvé leur offre inadaptée à mon usage. J’ai trouvé tout ce que je souhaitais sur Spotify: de la variété dans l’offre, des playlists déjà existantes, l’accès aux nouveautés, la possibilité de stocker sur mon portable et d’écouter hors ligne (offre premium)… Bref, finis les supports MP3.

J’ai même effacé ma musique de mon ordinateur, pourtant patiemment recueillie, encodée, triée, répertoriée depuis des années. Je vais garder une copie sur clé USB car j’en avais déjà une qui servait que pour çà, mais je risque de faire un bilan dans quelques années que je n’en ai pas eu l’utilité, puisque accès à Spotify.

Le fin d’une ère.

A la maison, Journal, Minimalisme, Solo living

Ne gardez rien pour vos enfants… à moins qu’ils ne vous le demandent explicitement

Wake up call minimaliste!

Dans mes lectures bloguesques, je suis tombée sur cet article (en anglais) qui dit, très fermement: « Chers parents baby boomers, non, vos enfants ne veulent rien récupérer de ce qui vous appartient ». Et que cela n’en fait pas des enfants ingrats, juste des individus qui ont, eux aussi, droit de faire des choix et de prendre des décisions!

Un peu dur à avaler pour une génération, mais évident pour les moins de 40 ans! Leurs parents n’ont de cesse de vouloir leur refourguer leurs meubles, vêtements, vaisselle et autres éléments de décoration.

Cet article a trouvé une résonance particulière chez moi, avec une mère incapable de jeter quoi que ce soit et qui entasse un bordel immonde dont je n’ose prendre la mesure tellement cela me donne la nausée. Mon père ne fait pas mieux avec ses collections en tout genre et qui n’ont aucune valeur pécuniaire, ainsi qu’il l’a appris récemment à ses dépens. L’un comme l’autre s’imagine qu’ils laissent à leurs enfants un quelconque « trésor ». J’ai été très claire avec eux: je ne veux RIEN récupérer. Vraiment rien, pas même les meubles de ma chambre d’adolescente qui m’ont encombrée un temps et que je n’ai pas choisis d’ailleurs. Je n’y attache aucune valeur, ni monétaire, ni sentimentale. Ce ne sont que des objets.

Il y a 6 ans, j’ai mis dans une camionnette toutes mes affaires qui restaient chez eux et j’ai été très claire: c’était l’unique voyage. Malheureusement, ma mère n’a pas joué le jeu et a planqué diverses choses, dans le grenier, la cave, le garage, dans l’armoire de ma sœur… et je n’ai pas pu tout prendre ainsi que je le souhaitais. Bref. J’ai tiré un trait sur ces objets, qui finalement ne me manquent pas. Seules 2 choses m’auraient fait plaisir: récupérer mon blouson en jean d’adolescente et le sweat de mon école. Tant pis. Je les retrouverai peut-être un jour, ensevelis sous tellement d’autres vêtements… J’aurais changé de taille dans tous les sens et ils seront défraîchis, tachés, troués, plus à la bonne taille. Donc finalement, aucun regret.

J’aurais tellement préféré partager des centres d’intérêt avec mes parents, des expériences, des vacances… Plutôt que de les voir obnubilés par leur bazar et m’abandonner chez ma grand-mère à la moindre occasion. Et quand on les écoute, ils ont « fait des sacrifices ».

Ma mère, avec sa baraque de 4 chambres et 160 mètres carrés dont un garage, une cave et un grenier n’a de cesse de se lamenter que « c’est trop petit » pour justifier que ses 2 filles ne viennent jamais la voir. La raison est tout autre, mais bon. Il n’y a que 2 habitants et un chat. Avec mon grand studio de 36 mètres carrés, je lui réponds que ce n’est pas trop petit, c’est juste trop encombré, et bien, elle ne comprend pas! Tout simplement, elle n’imagine pas vider quoi que ce soit (hormis mes souvenirs d’adolescence qui ne lui plaisaient pas). Moi, je suis détachée de çà, ce ne sont que des objets. L’essentiel n’est pas d’avoir un service en porcelaine ou de conserver toute la layette de ses 3 enfants…

Si l’émission « C’est du propre » passait dans cette baraque, elle aurait la nausée. Quant à « un trésor dans votre maison », elle serait très déçue, car rien n’a la moindre valeur! Il parait que la mode est un éternel recommencement, mais la taille qu’on fait quand elle revient n’est pas la même et surtout, les vêtements ne sont plus faits pour durer. Soyons honnêtes, chez mes parents, c’est plutôt « la Halle aux vêtements » que Chanel. Mais ma mère ne jetterait pour rien au monde ses frusques. Comme si elle allait remonter le temps, perdre 25 kilos et porter à nouveau des minijupes. Pathétique. Et je fais 10 cm de plus qu’elle, donc aucun de ses vêtements ne me va, ce qu’elle n’a toujours pas compris, alors que j’ai fini ma croissance il y a plus de 20 ans.

En conclusion, si vous êtes de cette sorte de personne qui s’imaginent que leurs enfants vont récupérer leur armoire normande (mes parents ont imaginé me refourguer leur bibliothèque vitrine couleur acajou de 2 mètres de long alors que j’habitais un studio parisien au 4ème sans ascenseur…), soyez VRAIMENT généreux, laissez vos enfants choisir. S’ils veulent quoi ce soit, ils vous le feront savoir. S’ils ne montrent aucun intérêt pour vos babioles, c’est juste normal, et humain. Pourquoi auraient-ils les mêmes goûts que vous? Pourquoi prendriez-vous le droit de les encombrer de vos affaires?

Transmettez leur vos valeurs, partagez avec eux des souvenirs inoubliables… plutôt qu’une théière de grand mère ou une collection de livres de poche jaunis.

 
 
 
Alimentation, Culture, Journal, Santé, Solo living

Marre de devoir justifier mes choix (alimentaires et autres)

Des personnes avec qui je n’ai jamais mangé? Je m’enquiers de la composition d’un plat? Je demande si on peut me le faire sans viande ou sans poisson? Et me voilà automatiquement partie sur le pourquoi du comment je ne mange pas de viande ni de poisson, ni de fruits de mer, ni de gélatine… Bla bla bla.
 
Je ne commence jamais par dire que je suis végétarienne, je me suis bien rendu compte que c’était stigmatisant, surtout en France. Pour moi, c’est avant tout un choix de ne pas manger de viande ni de poissons ni de fruits de mer. Conséquence, çà s’appelle « être végétarien ». Je ne recherche pas un titre: la bidoche, la poiscaille, et les effluves de marée basse ne passent pas par moi, c’est tout. Laissez-moi mastiquer mon tofu en paix! Si vous mangez autre chose, c’est votre choix, vous êtes un adulte. Je n’impose mes choix à personne, donc vous faites comme vous voulez. Chacun ses opinions.
 
Par exemple: d’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai été opposée à la chasse et à la corrida… Et là, je me retrouve ACCUSEE… d’être citadine, loin des réalités de la campagne, bla bla bla. Sauf que… et bien j’ai grandi dans des coins reculés et même dans le Sud de la France, pas très loin des bastions de la Corrida. Mon propre grand-père était chasseur. Mais quand on n’a pas grand chose à manger, je peux le comprendre. Dans la France de 2015, franchement, a-t-on besoin de chasser? Dans la France de 2015, franchement, comment peut-on apprécier la mise à mort d’animaux même pas nuisibles? J’ai récemment appris qu’il y avait des combats de coq en France, organisés tout à fait légalement, au nom de la tradition… Encore une fois: dans la France de 2015, franchement, pourquoi se délecter de la mise à mort d’animaux de basse-cour?
 
Des relents de machisme (genre, çà alors, une femme peut avoir ses propres opinions???), de mépris (« la viande, çà rend fort », enfin, çà fortifie surtout les producteurs de viande et la branche d’activité), voilà ce que l’on vit dans la France de 2015, et dans des milieux plutôt favorisés. Je n’ose pas imaginer ce que je vivrais dans des couches plus populaires.
Bilans, Carrière, Journal, Minimalisme

Bilan 2014

Il est temps de tirer le bilan de l’année écoulée, histoire d voir si on a avancé dans son chemin personnel. Bref.

Les + :

– un grand vide, enfin! 
  • Plus de 300 objets ont débarrassé le plancher et les placards surtout! Chiffre d’affaire: 1962,65€. Appréciable. J’ai aussi fait des dons, à des associations, à des amis ou à ma famille.
  • Sans compter tous les produits périmés/inutilisables qui ont été jetés ou recyclés et le tri des papiers administratifs ENFIN terminé, après des années de procrastination.
– de beaux voyages: Londres, Nicaragua, Grenadines, New York
– découverte du théâtre d’impro
– aucune prise de poids
– cuisine refaite à neuf
– découverte de Pinterest
– une certaine assiduité à suivre mon blog et à me donner des lignes directrices.


Les – :
– instabilité professionnelle: période d’essai, chômage, CDD, chômage
– dossier à monter aux prudhommes (pas drôle, mais quand il le faut…)
– aucune perte de poids significative (à peine un kilo, soit une poussière)
– pas assez de motivation pour reprendre le sport
– dégât des eaux dans une cuisine tout juste refaite à neuf
Voyages

Bye-bye Australia!

Mardi 13 janvier au matin: je quitte Sydney et l’Australie, direction Singapour.
Je serais à mi-chemin entre Sydney et la maison et j’ai décidé de passer quelques jours là-bas. Finalement, l’Asie, je ne connais pas tant que çà, alors autant profiter du billet d’avion pour faire un stop! On n’est pas tous les jours à Singapour.

Retour en France le 16 janvier 2009!

Si je retournerais en Australie? Peut-être… Mais j’aurais quelque chose à y faire!


Voyages

Quitter Paris


Il y a peu, je n’aurais jamais imaginé quitter ma bonne ville de Paris, ses pigeons manchots, ses couloirs de métro pestilentiels, ses garçons de café ronchons ou encore ses soft drinks hors de prix…

Et pourtant, je m’apprête bien à partir et laisser derrière moi cette ville fantastique, où j’ai de très bons souvenirs.

Je sais qu’il ne s’agit que d’un au-revoir, car je me sentirais toujours chez moi ici mais j’ai quand même un petit pincement au cœur.

Alors, je profite à fond du shopping et des sorties et de mes quelques amis. Finalement, je n’ai rien d’un précurseur: beaucoup de personnes de mon entourage se sont déjà fait la malle et coulent des jours tranquilles en province ou à l’étranger.

La vie est parfois difficile, au pied de la Tour Eiffel et de la Butte Montmartre. Elle est surtout chère. De ce que j’en sais, la vie est meilleur marché en Australie: j’en jugerais sur place.