A la maison, Alimentation, Bilans, Défis, Garde-robe, Minimalisme, Solo living

Spring cleaning 2021

Je suis une adepte du grand ménage de printemps ! Évidemment, depuis que je m’intéresse au minimalisme, ce rituel a pris une autre dimension : normalement, j’ai moins de boulot (puisque moins de bazar).

L’année dernière, comme la planète entière, j’ai fait face au confinement. J’ai eu l’impression de faire Ma guerre et que ce serait un évènement qui n’arriverait qu’une fois dans ma vie.

J’ai pris goût à la vie chez moi, surtout parce que j’y ai de la place et du confort.

2021 est quand même moins sévèrement confinée que 2020. Il n’y a plus de pénurie de masques et de gel hydroalcoolique. Je ne vois plus personne et je prends bien moins les transports en commun qu’avant. Pourquoi aller à Paris? zéro restaurant, zéro spectacle, zéro musées, peu de magasins d’ouverts. Et d’un point de vue logistique : où aller aux toilettes ?

Bref.

J’ai dû liquider mes congés et je me retrouve donc chez moi pour une semaine. Je n’avais pas fait de plans, n’ayant aucune idée des consignes sanitaires qui seraient en vigueur. J’ai bien fait de ne rien prévoir.

Me voilà donc, confinée pour une semaine, chez moi, à 2 mois d’un déménagement. Autant faire des choses utiles, comme le fameux ménage de printemps !

J’utilise pas mal de produits « maison » quand j’y pense !

A priori, je suis plutôt au point sur le tri de garde-robe, mais je dois ranger les affaires d’hiver et sortir mes affaires d’été, apporter mes deux manteaux au pressing (ils ont encore au moins un hiver à faire chacun), virer les vêtements trop abîmés, identifier quelques nouvelles pièces (article de mise à jour de garde-robe bientôt en ligne, c’est certain).

Côté cuisine, le vide a été fait pour les ustensiles et équipements. Je dois néanmoins poursuivre mes efforts dans le garde-manger : je veux déménager léger ! Sus à ces aliments trop exotiques pour ma routine ! Je mets de la noix de coco et de la poudre de caroube dans mon porridge tous les matins juste pour vider (et virer) 2 bocaux. Va falloir que je trouve quoi faire des feuilles de riz, algues kombu et autre crème de balsamique, qui n’ont pas trouvé leur place dans mon régime quotidien.

Côté cosmétiques et salle de bain, on est bien. Je pense que je vais m’attaquer au bureau : entre la paperasse et le matériel électronique, je vais avoir de quoi m’occuper…

Et après le tri, il y aura le nettoyage et ensuite je remettrai tout en place. 3 objectifs : déménager léger, préparer le rendu de mon appartement en location et avancer sur mon organisation personnelle ! Je vais me motiver pour faire les vitres. Boudiou, comme je déteste çà…

Et vous, êtes vous adepte du grand ménage de printemps ?

A la maison, Journal, Solo living

Finalement, j’achète !

J’ai cédé au dogme de la finance personnelle. J’ai vraiment hésité et j’ai bien failli abandonner le projet, mais j’ai finalement trouvé le bon compromis entre ménager mon compte en banque et avoir un toit sur la tête.

Entendons-nous bien : j’habite en région parisienne, où le prix de l’immobilier est proportionnel à la distance avec Paris. Vivre intra muros est un luxe dont je me passe. À 11000€ le mètre carré à l’achat et à 30€ mensuel le mètre carré à la location, je n’ai les moyens de vivre que dans un tout petit deux-pièces. J’ai dépassé les quarante ans, et même si j’ai des inclinations minimalistes, je souhaite vivre dans plus d’espace qu’un 35 mètres carrés au septième étage sans ascenseur.

J’ai pris mes aises dans mes cinquante mètres configurés en trois pièces. J’aime ma chambre séparée, j’aime mon bureau dont je ferme la porte le soir, bien à part de mon espace de détente, même si je ne suis pas fan de cuisine ouverte (les odeurs qui s’incrustent, le désordre apparent, le gras qui s’infiltre partout, pourquoi mes contemporains aiment-ils autant les cuisines ouvertes? Mystère).

Donc j’ai orienté ma recherche dans des communes desservies en transport en commun pratiques pour moi : en tram. J’abandonne le 92 et je migre dans le 95. Une page se tourne, une autre.

Finalement, il se passe quand même deux ou trois trucs dans ma vie

A la maison, Défis, Journal, Minimalisme, Solo living

Le challenge minimaliste de mars et avril 2021: vaincre la paperasse

Les challenges de janvier et février 2021 ont été très gentillets. Il est temps désormais que j’affronte ma bête noire: les papiers !

De toutes les tâches qu’un adulte se doit d’accomplir, c’est celle que je déteste le plus. Je préfère faire les vitres plutôt que de m’attaquer au rangement de mes papiers. Certes, la digitalisation croissante m’a grandement soulagée de ce fardeau (mes classeurs d’extraits de compte papier ne me manquent pas) mais j’ai encore de la paperasse à gérer, de façon physique et numérique.

Le challenge est si grand pour moi que je vais y consacrer 2 mois : trier les papiers, numériser et ranger ce qui doit l’être et détruire ce dont je n’ai pas besoin.

Pas mes classeurs. Peut on rêver de classeurs?

J’imagine que je ne suis pas la seule personne à détester m’occuper de ma paperasse. Heureusement pour moi, je suis globalement à jour de ce que je dois faire, je gère beaucoup par prélèvement et j’évite les découverts. Mais je rechigne toujours à m’occuper de mes papiers. Je préfère changer la litière des chats, laver les draps, faire deux heures de meal prep, plutôt que de ranger ces fichus papiers.

Et vous, quelle est votre bête noire en tant qu’adulte ?

A la maison, Alimentation, Bilans, Défis, Minimalisme, Santé, Solo living

Bilan du challenge désencombrement de l’équipement de cuisine

Force était de constater que ma volonté de perdre du poids, et donc de cuisiner sainement, m’a fait faire des achats pour ma cuisine. Puisqu’une grande partie de la réponse au surpoids est dans l’assiette, j’ai eu à cœur de m’équiper correctement afin de pouvoir préparer tout ce dont j’ai besoin pour atteindre mon objectif. L’excuse rêvée pour faire du shopping compulsif.

Mais les gadgets, c’est comme les sucreries, il faut les limiter. Mon challenge de ce mois de janvier 2021 était donc de faire faire une cure minceur à mes placards. J’ai donc débarrassé 59 bidules de cuisine et je n’ai gardé que les outils préférés (je crois que je peux encore faire davantage de tri, mais je referai le bilan dans quelques mois).

Voici ce qu’il reste après tri
J’ai encore largement de quoi faire ! Aucun risque que ce que j’ai débarrassé me manque !

J’ai donc donné à la ressourcerie. J’ai également mis en vente des récipients plastique pour pique niques et autres lunchbox inutilisés sur Vinted.

Des doublons et des objets dont je ne me servais pas, ou pas suffisamment pour justifier la place prise dans mes tiroirs et placards

Cela fait du bien, tout ce tri!

Et vous, avez-vous des placards de cuisine remplis comme les miens ? Voulez-vous faire du vide ?

Garde-robe, Minimalisme, Santé

Les réseaux sociaux m’ont pompé trop d’énergie

Alors je suis en train de les remettre à leur place: secondaire. De vrais voleurs de temps. Oui, c’est pratique pour garder contact, enfin, avec ceux qui jouent le jeu. Vu le nombre de personnes qui se connectent juste pour épier autrui, sans jamais rien partager, soit un nombre non-négligeable de mes amis.

Finalement, qu’est ce que ça m’apporte ? Dans ce Ted Talk, un professeur américain (Cal Newport) explique très bien que nous n’avons pas besoin des réseaux sociaux dans notre vie. (après, c’est un homme marié, alors sa femme fait probablement une mission de lien social qu’il n’imagine pas forcément).

Je l’ai appris bien récemment à mes dépens. Je ne parle pas des confinements de 2020, qui m’ont bien isolée du reste de la planète, comme tout un chacun, mais d’un événement plus intime. J’ai subi une petite opération chirurgicale, et en conséquence, je l’ai partagée après sur Facebook. Je voulais juste un peu de « love » et j’ai finalement eu zéro réaction à mon post, même pas un like. Les gens n’aiment pas les mauvaises nouvelles, les gens n’aiment pas les maladies, même quand elles ne sont pas contagieuses. J’aurais dû le savoir. A la douleur physique s’est ajoutée la douleur mentale devant cette indifférence total de la part de ma centaine d’amis officiels. De quoi se remettre les esprits en place.

De plus, je supporte de moins en moins les publicités présentes entre deux posts (j’ai conscience que ce blog WordPress n’est pas exempt de publicités car j’utilise pour le moment une version gratuite, donc forcément financée par des annonceurs, que je ne choisis pas, en plus). Les pubs Youtube sont vraiment atroces. Pire que sur M6. Merci aux quelques chaînes non monétisées… Parce qu’il faudrait débourser 12€ par mois pour ne pas donner son espace de cerveau disponible à Google via Youtube.

J’ai trouvé d’excellents conseils dans cette vidéo plus longue avec le même intervenant: ne pas avoir d’applications de réseaux sociaux sur son téléphone portable par exemple. C’est décidé, ces voleuses de temps ont toutes été effacées du mien!

Pour autant, j’utilise encore les réseaux, mais de manière plus professionnelle, c’est à dire uniquement sur mon ordinateur portable, quane je suis assise à un bureau, avec un clavier. Pas dans le bus, pas en me couchant.

Petite revue des réseaux que j’ai utilisés:

Twitter: Membre depuis 2009 sur mon compte principal. Je me suis fait insulter un certain nombre de fois par des inconnus ne partageant pas mon opinion. Milieu toxique. Plus d’une fois j’ai désinstallé l’application. C’est dommage, j’y trouve des gens spirituels et drôles. Mais trop de trolls. Mon compte Peony est là: elodiepeony – mes nouveaux articles de blog s’y partagent automatiquement.

Facebook: Membre depuis 2007. Compte obligatoire pour débloquer d’autres services : WhatsApp Messenger, Instagram… Une période de quelques semaines sans ne me ferait pas de mal. Mes amis n’y postent rien ou presque. Mais c’est essentiel pour garder des contacts avec mes amis internationaux. Donc, à conserver et à utiliser avec modération.

Instagram:Membre depuis 2015. J’ai mis du temps à comprendre l’intérêt puis c’est devenu addictif. Moins de trolls que sur Twitter, puisque c’est surtout un medium d’images. Ma page Peony est là: Elodie Peony – pareil que Facebook: ne suivre que des comptes qui apportent de la valeur et ne pas lire les commentaires, surtout ne pas lire les commentaires.

Pinterest: c’était un concept intéressant au début, pour garder trace de mes achats sur Internet; désormais, c’est un ramassis d’articles pas intéressants entre deux pubs. Trop de perte de temps, pas de valeur. Pas impossible que je supprime complètement. Mon compte Peony est là: Elodie Peony.

LinkedIn: présente depuis 2006, assez incontournable pour la gestion de carrière. Idéal pour garder contact avec d’anciens collègues, pas en mode Facebook. Pour autant, c’est aussi devenu un puits sans fond d’articles, de commentaires, de trolls. Evidemment, je vais garder, car j’y ai une vraie communauté et j’en tire une réelle valeur. Passer moins de temps dessus ne me nuira pas, je pense. J’y suis suffisamment présente (plus de 2500 connexions) pour que l’investissement en temps soit rentable en visibilité et en potentiel de carrière.

Les presque réseaux sociaux, où je gaspille du temps à lire la vox populi: YouTube, The Guardian…

Résolutions pour 2021, au delà du no buy: ne plus lire les commentaires, c’est un puits sans fond

Si quelqu’un connait un réseau social sans pub, je suis preneuse !!

A la maison, Journal, Solo living

La femme Prosecco, et moi?

Cet article du Guardian m’a fait réfléchir, en ces temps de cadeau obligatoire. Voilà des années que je ne fais plus de cadeau et que, surtout, je demande à ne pas en recevoir ! Pas besoin de grand chose, horreur du bazar qui traîne, cadeau à côté de la plaque… J’en ai déjà parlé .

Dans cet article, pour ceux qui ne comprendraient pas l’anglais, l’auteure constate qu’elle reçoit des cadeaux sur le thème du Prosecco, ce vin italien, plus abordable que le champagne : bouteilles, t-shirts, mugs… Elle se demande si finalement, « Prosecco » n’est pas devenu un type de personnalité, sa personnalité. Évidemment que non, mais elle vient de réaliser que ces proches connaissent d’elle, c’est son goût pour ce vin, mais pas vraiment grand chose d’autre. Aïe.

Voilà des années que les cartes qu’on m’adresse des cartes à thème »chat », donc je comprends ce qu’elle peut ressentir. Bien sûr, j’adore les félins, mais pour autant, j’aime bien d’autres choses dans la vie: l’art contemporain, le théâtre, la musique latino, la salsa, les voyages etc. Mais finalement, ce que mes « proches » retiennent de ma personnalité, c’est que je suis une « crazy cat lady ».

C’est dur de se le prendre en pleine face, mais force est de constater que mes goûts et ma personnalité ne doivent pas transparaître plus que ça… Encore une fois, je ne souhaite pas de cadeau. C’est juste que ça m’embête d’être perçue uniquement sous le prisme de mon amour pour les chats, je suis tellement plus que çà!

Et vous, recevez-vous des cadeaux et cartes sur le même thème ? Êtes vous plutôt chats ou Prosecco?

Alimentation, Garde-robe, Perte de poids, Santé

Ajustements: garde-robe, régime

Mon challenge cagnotte garde-robe marche très bien, je pense même que j’ai vu trop grand ! J’en suis à plus de 1500€ de ventes, je ne vois même pas comment j’arriverai à dépenser tout ça. La perte de poids est en revanche au point mort, à cause d’un problème de santé, qui impacte aussi ma garde-robe.

Il y a quelques semaines, on m’a enlevé un kyste au niveau de la thyroïde. Résultat : la moitié de cette glande a dû être enlevée et je me retrouve avec une cicatrice à la base du cou et un traitement hormonal de longue durée.

Je dois protéger la cicatrice du soleil donc je crème tous les jours et je porte des vêtements suffisamment couvrants. Hélas, j’ai beaucoup de cols V et pas beaucoup de cols roulés. J’ai donc fait une dérogation à ma politique shopping, afin de compléter ma garde-robe. Pour faire bonne mesure, j’ai mis en vente des vêtements que je ne porterai durablement plus à cause de la cicatrice.

Si je la couvre, c’est surtout pour qu’elle évolue bien. C’est aussi pour couper court aux questions d’autrui. Le kyste était bénin, mais je n’ai pas envie de raconter le détail de mon opération aux curieux.

Pour être honnête, j’avais bon espoir de pouvoir vivre sans encombres avec une moitié de thyroïde. Un peu comme les personnes qui vivent avec un seul rein. Hélas, je dois passer par une phase médicamenteuse en support. Il n’est pas simple de trouver le bon dosage et actuellement, j’ai des symptômes d’hypothyroïdie. La question de la perte de poids est passée au second plan. Je dois d’abord stabiliser mes hormones.

Je suis une croyante fervente du régime alimentaire comme la première médecine, donc j’ai regardé ce que je pouvais faire pour aider ma fonction hormonale thyroïdienne. Il semblerait que réduire le gluten puisse avoir un effet bénéfique. Cela fait quelques années que je suspecte être sensible au gluten, notamment après avoir été bien dérangée gastriquement à mon retour de Mongolie (alimentation locale naturellement sans blé) et avoir les sinus encombrés constamment.

Donc, je vais adapter mon alimentation et espérer pouvoir prendre soin de ma santé sans la béquille du médicament, à terme. Honnêtement, en ce moment, je suis à plat, et j’ai du mal à me secouer. La saison automnale et la grisaille n’aident pas non plus à me redonner de l’énergie.

Et vous, avez-vous fait face à des problèmes de santé vous ayant fait changer de garde-robe et de régime ?

Garde-robe, Minimalisme

Le cachemire c’est fini

J’ai découvert le cachemire en 2015, sur recommandation d’une amie. Auparavant, je n’étais pas très fan de laine car j’ai toujours trouvé que ça grattait.

Je me suis donc retrouvée propriétaire de 2 pulls Éric Bompard : un rose « freesia » un peu épais et un vert « rameau » très fin. Je pense que j’ai pas mal rentabilisé ces pulls, jusqu’au jour où le pull rose n’a pas survécu à une erreur de machine (et en plus il a déteint sur de la laine mérinos… Sans compter les 2 autres pulls en cachemire de moins bonne qualité qui se sont désagrégés dans le tambour ce jour-là).

Vu que la marque Éric Bompard n’est pas spécialement bon marché (plusieurs centaines d’euros à prévoir pour un pull, fabriqué on ne sait pas vraiment où), j’ai complété ma collection avec des pulls en cachemire Uniqlo (entre 59 et 89€ pièce, de mémoire) et une série de pulls et de gilets en cachemire de la Redoute (payés entre 30 et 50€ pièce, toujours en soldes et de préférence l’été). J’ai adoré cette matière, qui tient chaud, qui supporte bien l’entretien pour peu qu’on utilise la bonne lessive et le bon programme. Certains cachemires ont mieux résisté que d’autres, mais un grand nombre s’est retrouvé avec des trous, plus ou moins importants. Dans l’ensemble, je trouvais que c’était joli et sophistiqué.

La laine est issue des animaux

Suite à un griffage de chat, j’ai dû apporter le pull vert « rameau » chez un retoucheur spécialisé. Cela m’a plutôt coûté cher en temps (2 déplacements dans Paris, sans compter la visite initiale en magasin) et en argent. Il va s’en dire que les cachemires troués sont partis au recyclage, car la réparation coûtait plus cher que le produit lui-même.

Suite à mes différents tris de garde-robe, à l’aube de l’hiver 2020-2021, il restait encore ces quelques articles en cachemire dans ma penderie:

  • le fameux pull vert « rameau » Éric Bompard
  • un pull très décolleté bleu ciel La Redoute
  • un gilet noir col rond La Redoute
  • un gilet bleu roi grand décolleté la Redoute

J’ai décidé de me séparer de tout çà. D’une part, je trouve que c’est trop d’entretien et j’ai été un peu traumatisée par mon accident de lessive vu l’argent fichu en l’air. Par principe, je veux les articles qui nécessitent le moins d’entretien possible et clairement le cachemire n’est pas la bonne option. D’autre part, je ne suis pas à l’aise avec l’idée de m’habiller avec des matières animales. Je me passe de produits animaux dans mon alimentation, alors pourquoi devrais-je en consommer pour me vêtir ?

J’ai donc mis ces articles en vente sur mon Vinted (pseudo verte_pale), et je rajoute également :

  • 1 marinière 100% laine de mérinos Armor Lux (là encore un vêtement que j’ai bien rentabilisé en 5 ans mais qui m’est trop juste)
  • 1 pull en laine mérinos rouge Banana Republic avec des froufrous (le décolleté est définitivement trop décolleté)

Me restera-t-il de la laine dans ma garde-robe ? La réponse est oui: j’ai un manteau en laine bleu marine Gérard Darel (made in Lithuania) et une marinière coton-laine Armor Lux (Made in France). Le reste de mes vêtements d’hiver est soit en coton, soit en synthétique. Il en va du cuir comme de la laine chez moi: j’ai encore quelques articles à user jusqu’à la moelle (1 ceinture, quelques paires de chaussures, 1 sac à main) et soit ils ne seront pas remplacés, soit ils le seront par d’autres matières.

Je n’ai pas prévu de remplacer les vêtements en laine, cachemire ou mérinos dont je me sépare. Je ne perds pas de vue mon challenge cagnotte garde-robe.

Et vous, achetez-vous des articles en laine ? Trouvez vous que ce soit ethnique ?

A la maison, Alimentation, Défis, Perte de poids, Santé

Challenge de novembre 2020: n’acheter que des produits non transformés

Dans la lignée de mon challenge des vacances, de septembre (sur Instagram, un objet en moins chaque jour) et celui d’octobre (venir à bout de 10 produits dans mon garde-manger), mon challenge de novembre consiste à n’acheter aucun produit transformé. J’ai bien écrit « acheter », pas « consommer ».

Le garde-manger AVANT

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles je me lance ce challenge :

  • mon garde-manger est encore trop plein de produits qui ne sont pas bons pour ma santé et ne m’aident pas dans ma perte de poids.
  • mon garde-manger est trop garni. J’ai de quoi tenir un nouveau confinement sans aller au ravitaillement. Du moins, c’est ce que je pense. Je vais pouvoir vérifier mon hypothèse grandeur nature.
  • je veux manger davantage de « vraie nourriture » et me désintoxiquer de certains produits, notamment sucrés, auxquels j’ai tendance à être accro.
  • le nouveau confinement est l’occasion rêvée de maîtriser 100% de ce que je mange, puisque je ne fréquenterais aucune cantine d’entreprise ni restaurant ce mois-ci.
S’il te plaît, donne moi du bon brocolis

Qu’est-ce que ça veut dire concrètement ? Et bien que je n’achèterai que des fruits, légumes, légumineuses, céréales non transformées au delà de ce que renferme déjà mon garde-manger, dont je souhaite diminuer le volume, dans l’optique d’un déménagement prochain.

Est-ce que je ferai des exceptions ? Évidemment, je ne parle que de ma nourriture à moi, les félins seront choyés comme d’habitude et auront droit à leurs rations de croquettes et de pâtée, qui sont des produits ultratransformés, j’en ai concience, mais nous ne vivons pas à la campagne, il n’y a pas de proie dans mon appartement.. Pour le reste, je ne pense pas que j’aurais des manques au vu de mes placards bien pleins! Je ferai le bilan de ce challenge dans un mois.

Et vous, avez vous envie de manger davantage de produits bruts et de réduire votre consommation de produits transformés ?

A la maison, Alimentation, Perte de poids, Santé, Solo living

Le challenge d’octobre 2020: vider les réserves de nourriture

Alors que 2020 nous a fait vivre une période de confinement et que pour la première fois de ma vie, j’ai fait l’expérience de « panic buying », j’ai regardé d’un air désabusé l’état de mes stocks de nourriture. C’est clairement un problème de riches, mais mes placards débordent de produits, un peu comme ma salle de bains il y a quelques années. J’ai vaincu le trop-plein de cosmétiques, la penderie qui déborde, je pense que je suis capable d’atteindre le même résultat avec la bouffe: réduire les stocks au minimum vital, avec uniquement des projets que j’aime.

Dans mon garde-manger, rien n’a été acheté avant juillet 2019 (date de mon emménagement dans mon logement actuel) ou presque (ce paquet toujours pas ouvert de farine de coco). Dans mon éthique de minimaliste, j’essaye de ne pas succomber à toutes les tentations mises au point par les services marketing, que ce soit en ligne ou dans un magasin physique. J’ai concocté une liste de courses sur une application mobile (j’utilise Trello) et je fais tout pour m’y tenir. Les seules choses que j’achète hors liste sont des fruits et légumes de saison, qui seraient à un prix abordable en magasin. Mon objectif est de ne pas faire d’autres extras.

Cupboard goals, if that’s a thing

Je ne désespère pas de déménager dans quelques mois et je souhaite minimiser le volume de choses à empaqueter. Malheureusement pour moi, il y a beaucoup de bazar dans mon placard à nourriture et il est impératif que je cuisine les fonds de placards et que je ne réencombre pas, afin de faire de la place pour ce que j’utilise vraiment souvent et réduire le volume du fond de roulement alimentaire.

D’où ce challenge du mois: consommer ce qui traîne dans les placards et qui ne m’est pas utile (doublon, produit ne faisant pas partie de ma liste de courses usuelle…)

Un échantillon du contenu de mes placards, que je tente de rationaliser depuis des mois

J’ai sélectionné les 10 produits ci-dessus en début de mois, avec l’objectif de les consommer partiellement ou en totalité. Plus facile avec la petite boîte de pois edamame qu’avec le bocal de poivrons jaunes piquants.

Les premiers produits consommés, bon débarras !

Il y a des produits plus évidents que d’autres à « passer »: ce qui demande peu de préparation et qui se cuisine en grande quantité.

J’ai au final vidé quelques autres produits en plus de ceux initialement retenus:

  • paquet d’algues nori (je suis une quiche pour rouler des makis, pourquoi est-ce que je m’obstine?)
  • pot de tahin (j’ai mis un an à en venir à bout, je ne fais pas de houmous si souvent que çà)
  • Poudre de maca
  • davantage de nouilles de haricots mungo
  • Du psyllium (je ne sais pas pourquoi j’ai acheté çà !)
  • Un paquet de lentilles vertes.
Note pour plus tard : la poudre n’est pas de la nourriture !
Pourquoi j’ai acheté du psyllium ? Aucune idée !
Bilan fin de moi : la polenta ne m’a pas inspirée

Et vous, avez-vous des produits à rotation lente dans vos placards? Etes-vous tentés par un défi « je consomme toute la nourriture de mes placards »?

A la maison, Alimentation, Perte de poids

Revue de régimes -N°0 : introduction

J’aimerais tellement que l’histoire soit différente, mais c’est comme ça… Depuis l’enfance, on m’a fait comprendre que j’étais « rondelette ». C’est sûr que j’avais des bonnes joues, mais quand je regarde les photos, objectivement, je n’étais pas grosse, j’avais une physionomie tout ce qu’il y a de plus normale, si ce n’est que j’étais grande pour mon âge. Jusqu’à la classe de cinquième, ma croissance s’étant interrompue à 1m73, j’ai toujours été parmi les plus grands, on me donnait facilement un ou deux ans de plus, voire davantage (« non, je n’ai pas encore eu les résultats du bac, je passe mon brevet l’année prochaine »).

Évidemment, l’adolescence a été difficile comme pour la majorité des filles. Ma croissance s’est fort logiquement arrêtée et j’ai pris des formes de femme, mais assez progressivement, je dois dire. Alors que je faisais de la danse classique (honnêtement, j’étais dans les normes pour une jeune fille de ma taille, ni mince ni grosse), on m’a abondamment reproché mon physique trop « fort’. Curieusement, j’ai arrêté la danse. Et la gym. Et je me suis mise à détester le sport. Mes profs de sport ont également joué dans cette aversion, certains donnant plus dans le sadisme que dans la bienveillance. J’aurais donné n’importe quoi pour en être dispensée, tellement je détestais aller en cours de sport. En famille, nous n’avions pas d’activités physiques, à peine une promenade par-ci, par-là. Mes parents n’ont jamais été sportifs, du coup, ce n’est pas dans notre culture d’aller se bouger les fesses.

Photo de Maksim Goncharenok sur Pexels.com

J’ai eu des profs assez déplaisants dans l’ensemble. Du genre à se croire tout permis parce qu’ils étaient PROF et ADULTE. J’ai vraiment très peu appris avec eux sur l’activité physique en général. C’est bien plus tard que j’ai compris comment cela fonctionnait… Et c’était donc trop tard pour prendre de bonnes habitudes et intégrer le sport dans mon rythme de vie.

Entre ce prof qui m’a fait faire de l’athlétisme en chaussures de ville (j’avais oublié mes baskets ce jour-là), et l’autre qui nous regardait courir sur la piste glacée sous la neige, bien au chaud dans son cabanon. En fait, non c’était le même que j’ai eu la malchance de me coltiner plusieurs années. Un authentique connard. Une année, j’étais dans la classe de son fils, pareil, un connard. Les chiens ne font pas des chats. Dans le lot, j’en ai eu 2 bien, bienveillants, à expliquer ce qu’il fallait faire et comment ils notaient. Les autres avaient décrété que j’étais nulle et ne faisaient rien pour me motiver. J’ai même perçu quelques pointes de sadisme. Certains ne devraient pas être profs, s’ils ne sont là que pour leur chèque de fin de mois et pas pour encourager leurs élèves.

Evidemment, quand je suis devenue adolescente, ma mère est devenue encore plus toxique qu’avant, me faisant faire n’importe quoi, ne m’écoutant jamais. C’est bien simple, quand je la contredisais (parce que j’étais éduquée et elle pas), sa réponse était « ça se passe mal à l’école? ». Et bien, non, pas toujours. J’ai eu mon lot de bizutage, mais l’avantage d’être parmi les plus grands et costauds, c’est qu’on ne vous emmerde pas bien longtemps. Des parents à l’écoute et bienveillants et surtout bien informés m’auraient été plus utiles que les guignols qui en ont fait l’office. Ils n’ont pas été à la hauteur. Jamais, en fait… Comme si avoir des enfants n’étaient qu’une charge pour eux. Pourquoi en ont-ils fait trois, alors que, objectivement, ils s’en désintéressaient complètement? Allez savoir.

Bref, je m’égare. Il s’agit d’un article introduisant tous les régimes que j’ai pu faire dans ma vie. C’est néanmoins important de commencer par la genèse: une famille dysfonctionnelle et mal éduquée sur le sport et la nutrition. Ce qui donne une vie ponctuée de stress, de prise de poids, de prises de bec…

Aujourd’hui : à 40 ans, je n’ai toujours pas trouvé mon poids sain. Je suis médicalement obèse. Pas merci, maman, pas merci, papa. Ce n’est pas tout à cause de vous, je prends ma part de responsabilité, mais vous n’avez pas été d’une grande aide.

Ceci est le premier article de ma série sur les régimes. C’est hélas une longue série. Qui risque d’être déprimante, mais j’ai envie de me donner le temps de raconter mon cheminement, tout aussi important que le véganisme ou le minimalisme. On en vient à chercher des solutions parce qu’il y a un problème, pas pour se faire mousser.

A la maison, Journal, Solo living

Mes deux boules de poils

Je suis l’heureuse maîtresse de deux chats:

Lulu est une grande charmeuse.

– Luckie, femelle tigrée de 7 ans, adoptée à 2 ans dans un refuge. Elle a été sauvée d’une situation de »hoarding », une vieille dame ayant recueilli bien trop de chats chez elle (de mémoire, une trentaine dans 60 mètres carrés pour cette dame de plus de 80 ans). Son caractère : très vocale, plutôt collante, elle dort toujours à mes pieds. Elle réclame beaucoup de nourriture et d’attention. Elle est super sociable: aucun problème pour sauter sur les genoux d’un inconnu et de se laisser caresser. Elle aime les balades à l’extérieur et a déjà pris tous les moyens de transport possibles : voiture, bus, métro, ferry, avion… Elle a un caractère dominant et se serait bien contentée de rester chat unique. Son jouet préféré ? Une canne à pêche avec de la peluche pour mordre dedans. Signe particulier : elle adore se faire brosser!

Fifi adorait ce fauteuil.

-Irish Coffee (Fifi, ou « le petit »), mâle noir et blanc (tuxedo) qui a aujourd’hui 2 ans, adopté à 5 mois. Il a été trouvé dans un jardin de la banlieue de Dublin, avec sa portée, à l’âge de 5 semaines puis a été recueilli en famille d’accueil. Je l’ai récupéré à la clinique vétérinaire le jour de sa stérilisation. Il est très craintif et grosso modo asocial. Il s’était caché dans le plafond de ma cuisine pendant 5 jours quand je l’ai ramené chez moi. Il n’aime pas trop les humains, mais adore ses congénères. Il essaye vainement de charmer sa « grande sœur » mais elle le tolère juste. Son jouet préféré? Une canne à pêche flexible à plumes. Il vient même réclamer de jouer avec, alors qu’il est très peu bavard. Il adore aussi chasser les insectes et grimper partout où il peut. Il aime les chaises et l’arbre à chat. En revanche, pas de caresses (même par moi) ni de curiosité vers les inconnus. Il en a peur et va se cacher quand j’ai des invités.

L’estomac est plein.

Pourquoi ai-je une paire de félins ? Quand j’ai adopté Luckie, je vivais dans 36 mètres carrés. Impensable de prendre un second chat pour éviter qu’elle ne s’ennuie. Elle semblait plutôt bien dans ses pattounes, et adorait aller sur mon balcon, de préfèrence dans la jardinière, avec de la terre. Je n’ai pas réussi à y faire pousser quoi que ce soit dedans, mais elle kiffait à fond!

Puis après quelques déménagements, j’ai eu un appartement de 100 mètres carrés où elle a entrepris de détruire toute la moquette. Je sentais bien qu’elle se sentait seule dans ce grand espace quand je n’étais pas là. J’ai donc décidé de contacter une association de protection animale pour lui trouver un compagnon. Et c’est ainsi que j’ai adopté « Smudge », rebaptisé « Irish Coffee », du moins pour l’État civil.

Les débuts ont été plutôt froids. Le petit allait souvent vers elle, mais elle le repoussait systématiquement. Elle a fini par se détendre et même si ce n’est pas le grand amour, ils se tolèrent et se tiennent compagnie. Ils font même litière commune !

Bref, les deux félins ont pris pas mal de place dans mon existence. Mon logement est adapté à leurs besoins en plus des miens.

Certes, cela fait des contraintes, mais leur présence et leur affection me font beaucoup de bien. Voilà dix ans que je vis avec des chats et que j’aime çà !

Vous aimez les félins? Suivez Luckie et Irish Coffee sur Instagram – il s’agit d’un compte dédié. Mon actu est disponible sur un autre compte Instagram: ElodiePeony

Garde-robe, Journal

Mon expérience de garde robe minimaliste

Sur mon chemin de vie minimaliste, que je suis depuis 2014, j’ai connu de fortes variations de poids, dans les deux sens. Du coup, j’ai toujours considéré ma garde robe comme « en transition » et donc, je n’ai pas toujours pris la peine d’investir dans de jolies pièces de qualité.

Quand j’étais à mon plus faible poids, j’espérais être encore plus mince. Quand je suis à mon plus haut historique (comme ces jours-ci), je me dis que je ne grossirai pas davantage. (Spoiler: je me berce d’illusions)

Et pourtant mon poids me joue des tours. Je n’arrive pas à identifier ce qui le fait fluctuer. Le stress peut indifféremment couper ou augmenter mon appétit. L’euphorie aussi.

Photo de bruce mars sur Pexels.com

Dans ces circonstances, il est difficile de se constituer une « capsule wardrobe », ce Graal des minimalistes avec des basiques de qualité, que je peux combiner avec bon goût et entretenir sans difficulté. Dans mon travail, je dois être bien habillée, mais pas en tailleur non plus. Je me sépare peu à peu de mes vêtements de fast fashion, je suis en passe de ne plus rien avoir qui vienne de chez H&M et C&A. Je ne conserverai à terme que Uniqlo et Marks &Spencer pour les articles bon marché dont j’aurais besoin.

J’ai aujourd’hui moins de 100 pièces dans ma garde-robe, et c’est largement suffisant pour combler mes besoins et parer à toutes les occasions. Le choix de ces pièces est le fruit d’années d’efforts et d’introspection. J’ai dû enterrer une partie de mon Fantasy self: non, je ne porte pas de chaussures à talons, je suis déjà grande et j’aime marcher dans des chaussures confortables. Non, je ne porte pas de minibag ou de maxibag, je sais ce dont j’ai besoin et ce que mon dos peut supporter. Non je n’ai pas besoin de robes « pour sortir », une robe simple et une veste font le même effet, j’ai passé l’âge des galas et sorties en boîte. Pas de jupe non plus, je ne sais jamais avec quoi les porter.

Je suis quelqu’un de très ennuyeuse (boring, bref classique) niveau look: des jeans foncés et des cachemires l’hiver, des pantalons en lin l’été, des marinières toute l’année, une abondance de bleu marine et de blanc, avec une touche de rouge. Surtout des matières naturelles, faciles d’entretien.

La « capsule wardrobe », c’est infaisable avec de la fast fashion (cf. plus haut) qui ne supporte que 3 lavages avant de déteindre ou de boulocher.

Parfois, je teste un article en mode « pas cher » avant d’investir dans un duplicata de meilleure qualité. Je fais souvent ça pour les sacs, car un sac se juge sur une journée au minimum, l’essayer dans un magasin n’est pas suffisant.

Je me souviens d’un temps où j’accumulais des tonnes de fringues (j’ai atteint plus de 400 pièces) et où je n’étais pas satisfaite de ma garde-robe. Évidemment, cette insatisfaction prenait ses racines ailleurs que dans ma garde-robe et sa résolution ne se trouvait donc pas dans encore plus de shopping.

Aujourd’hui, ma garde-robe de 100 pièces me convient, j’ai des vêtements que j’aime vraiment et qui me vont: des choses que je porte fréquemment. Si jamais je me suis trompée, je n’hésite pas à l’admettre et à agir rapidement, sans laisser l’article croupir dans mon placard: je le vends, ou je le donne, si jamais je ne peux pas le retourner. J’ai banni les couleurs approximatives, les coupes peu flatteuses et je gagne un temps fou. L’intégralité de mon placard est portable tout de suite. La seule limite est la saison.

Je recommanderai à n’importe qui de réduire sa garde-robe à son inventaire nécessaire et suffisant, bien que cela demande pas mal de réflexions !

Et vous, combien avez-vous de vêtements dans votre penderie ?

A la maison, Bilans

Bilan Minimaliste d’avril 2019

Ce mois-ci dans ma vie : Avril 2019

J’ai été très très très active pour la recherche d’emploi et du coup, YES, j’en ai trouvé un. Bon, je vais devoir revenir en France, ce qui me pose un certain nombre de questions logistiques. Mais, j’ai déjà fait pire, en un laps de temps très court. Donc, just go with the flow !

Je suis bien sûr ravie de me remette en selle, puisque les derniers mois ont été difficiles et particulièrement déprimants, avec les réactions, éloquentes, de mes proches. C’est dans les moments délicats qu’on voit leur vrai visage. Je n’ai pas trop apprécié ceux qui me demandaient « Mais pourquoi tu ne trouves pas de job malgré tous tes entretiens? »… Ben, si je le savais, je n’aurais pas ce problème, tiens. Prix Nobel d’empathie. Bref.

Ma projection dans un nouveau job m’a fait dépenser pas mal d’argent côté garde-robe. Il faut dire qu’il nécessite un look plus élaboré que mes précédents jobs, car je vais travailler dans un grand siège social. Les jeans et les sandales ouvertes semblent prohibés. J’ai donc dû investir un peu, ce qui n’était pas tout à fait dans mes plans. Je manque cruellement de vestes de tailleurs et de pantalons habillés. Et de chaussures fermées pour l’été. Argh.

Photo de Secret Garden sur Pexels.com

Des choses que je voulais acheter, mais que je n’ai finalement pas achetées:

  • Des bidules pour la maison, car je vais changer de maison!

La Wish List (en gras, ce que j’ai trouvé ce mois-ci – en italique, ce que j’ai rajouté – en barré, ce qui n’est plus à l’ordre du jour)

  • 1 pantalon d’hiver façon laine (végane dans la mesure du possible) -navy ou anthracite
  • 1 marinière en coton épaisse, écru et navy, de type St James
  • 1 bonnet blanc (pour l’hiver prochain)
  • 1 Cardigan navy coton épais texturé
  • 1 T shirt blanc structuré et épais – légèrement décolleté
  • 1 Foulard / nicky rouge
  • 1 Baskets de ville rouges ou bleues

Ce que j’ai néanmoins acheté:

Remplacements:

  • Marinière bleu marine à rayures blanches
  • Marinière blanche à rayures bleues

Additions:

  • Marinière bleu marine à rayures multicolores
  • Pull coton bleu vol V
  • Chemise manches 3/4 navy viscose et lin
  • Débardeur marinière navy avec broderie
  • Polo navy à pois blancs
  • Pantalon à pli navy
  • Pantalon à pli gris
  • Polo blanc à pois navy
  • Gilet coton grosse maille blanc
  • Sac bowling vert pomme
  • Foulard blanc motif bleu ciel
  • Ballerines blanches pointues talon nu
  • Tennis bleu marine
  • T shirt Regular Mango
  • T shirt Regular Navy
  • Robe sans manche lin bleu ciel motifs bleu marine
  • Pantalon Chino bleu marine
  • Top à carreaux bleu marine et crème

Achats hors garde-robe

  • 2 Grandes tasses
  • 1 petit panneau corail « The best is yet to come”

Très clairement, gros craquages shopping (377,6€ en garde-robe). Et mai s’annonce un peu pareil.

Ce que j’ai vendu (3 objets pour 58€ en tout)

  • Un tableau représentant un coq bleu blanc rouge, je pensais l’accrocher, et non, finalement.
  • Un sac de randonnées 38 litres. Je l’ai utilisé, certes, mais je n’en ai plus besoin
  • Un plateau à 2 étages Ikea.

Ce que j’ai donné aux bonnes œuvres ou en Freecycling :

  • Rien ce mois-ci. Déjà plus de choses en mai.

Ce que j’ai jeté ou donné au recyclage:

  • Rien de marquant ce mois-ci

Ce qu’on m’a offert et ce que je vais en faire:

  • Rien de marquant ce mois-ci

Ce que j’ai recyclé à la maison:

  • Un T-shirt trop grand en vêtement de nuit

Quelque chose que j’ai fait et dont je suis fière:

  • Trouver un job, même si ce n’est qu’un CDD. J’ai au moins le salaire que je souhaite

Bilan:

Cagnotte 2019: 603 € pour 52 objets vendus depuis le 1er janvier 2019

Budget garde-robe : 803,05€/880€ soit 91,2% du budget annuel consommé

Culture, Journal, Minimalisme

Mes inspirations

Mes différentes lectures de ces derniers mois (en fait, années…) m’ont ouvert les yeux, entre:
– Végétarisme
 
 
Difficile de tout combiner, mais je suis en bonne voie. J’ai déjà simplifié beaucoup de choses: livres / meubles / garde-robe / cuisine… Me restent un chantier « cosmétiques » rendu difficile par l’imposant stock de produits trop chimiques dans ma salle de bains et un chantier « bibelots » que je ne sais pas trop par quel bout prendre: mine de rien, je reste encore pas mal sentimentale. Même si je n’aime pas un objet, le fait qu’on me l’ai offert me freine pour m’en débarrasser.
 
Je n’ai pas opté pour des cartons « à jeter dans 12 mois » mais comme j’ai réorganisé il y a environ un an tout mon bazar, il est aisé de repérer ce qui n’a pas servi. En particulier des fournitures de bureau. J’ai décidé de m’en servir au travail: juste retour des fournitures pro utilisées à titre perso au fil des années. Force est de constater que j’aurais du mal à utiliser 190 enveloppes pour ma vie quotidienne dans les 12 prochains mois. Autant en faire quelque chose d’utile. De même pour les stylos publicitaires récupérés au fil du temps: au bureau, on me les pique et il me reste à peine un stylo pour griffonner. Là encore, c’est pour moi que je le fais.
 
J’ai récemment compris que je n’avais qu’une vie. Je mettais un point d’honneur à séparer vie pro et vie perso, bonne élève que je suis… Puis j’ai lu un article « prise de conscience »: oui, je pense à ma vie perso au boulot (ex: usage d’Internet) et Oui, je pense au boulot quand je suis chez moi. Parfois même, çà me réveille. Finie la culpabilité: puisque je n’ai qu’une vie, c’est naturel que les différentes zones de ma vie se superposent. Alors je rgarde mes mails pro le weekend et je réponds au coup de fil de mon banquier pendant les heures ouvrables. C’est aussi simple que çà.
 
J’ai récemment laissé aux encombrants une caisse en plastique non transparent. Sérieux, qui a inventé çà? Non seulement c’est moche mais en plus, c’est loin d’être pratique.
J’ai également laissé des cartons d’emballage. Pas la peine de garder si aucun déménagement ni revente n’est à l’horizon. #lessonlearned