Bilans, Garde-robe, Minimalisme, Perte de poids

9 mois de challenge « Cagnotte garde-robe »

Voilà 9 mois commençait mon challenge « Cagnotte pour une nouvelle garde-robe ». Depuis le 1er juillet 2020, je mets de côté les sous que je récupère en ventes diverses et en cashback, bref, en petits revenus qui ne viennent pas de mon salaire ou de mes placements financiers (à l’exception des intérêts du livret où je loge ces ventes).

J’avais fait le point après 3 mois et après 6 mois.

Aujourd’hui, j’accouche des résultats suivants :

Perte de poids : rien, nada, que chi. Merci le couvre-feu.

Encore des babioles débarrassées qui vont garnir la cagnotte

Ventes Vinted : 162.50€ (des vestes, car franchement, je n’en mets jamais, des boîtes en plastique, une chemise, un portefeuille… les babioles habituelles). Il ne reste plus grand chose en vitrine.

Ventes Rakuten : 18.34€ (un livre et un gaufrier) Honnêtement, il n’y a plus grand chose à vendre dans les placards dans la boutique non plus (1 livre + 1 radio, je vais peut-être rajouter des livres, ceux que je n’ai toujours pas lus depuis 2 ans…).

Ventes autres: J’ai vendu le lit empilable qui m’encombrait et une étagère, sur Ebay pour 115€.

Autres rentrées d’argent non salariales ni commerciales (subventions du CSE pour mes vacances, cashback de ma banque pour avoir mis en place un virement automatique sur mon assurance vie): 0€

Total du trimestre: 295.84€ – soit un total de 2152.19€ depuis le début du challenge

Verdict: j’ai beaucoup vendu en 2020, et je n’ai pas acheté tant de choses que çà. Enfin si, quand même, car j’avais pris un abonnement Amazon Prime. J’ai eu la carte bleue facile pendant un temps, sauf que ce sont des choses que j’ai très majoritairement gardées et non pas revendues peu de temps après. Le niveau de ma garde-robe est à son plus bas depuis des années, voire des décennies. Il me reste une quinzaine de livres dans un tiroir, je fais tourner 5 sacs de ville (probablement trop), l’électronique a été optimisée (même si peut-être encore quelques efforts à faire), bref, plus grand chose à mettre en vitrine! Aurais-je atteint mon Graal minimaliste?

Pour le prochain trimestre, je m’attends à encore faire du vide et j’espère des ventes, dans l’optique de déménager léger! Ensuite, puisque je déménage dans plus grand, je risque de racheter des meubles, qui seront adaptés à mon nouvel espace. Le fruit de mes ventes ne sera pas consacré à ma garde-robe, car honnêtement, je n’ai pas besoin de plus. Je ferai à nouveau le bilan dans 3 mois!

Et vous, ça vous tente, ce challenge cagnotte pour financer un projet particulier?

Garde-robe, Minimalisme

Le cachemire c’est fini

J’ai découvert le cachemire en 2015, sur recommandation d’une amie. Auparavant, je n’étais pas très fan de laine car j’ai toujours trouvé que ça grattait.

Je me suis donc retrouvée propriétaire de 2 pulls Éric Bompard : un rose « freesia » un peu épais et un vert « rameau » très fin. Je pense que j’ai pas mal rentabilisé ces pulls, jusqu’au jour où le pull rose n’a pas survécu à une erreur de machine (et en plus il a déteint sur de la laine mérinos… Sans compter les 2 autres pulls en cachemire de moins bonne qualité qui se sont désagrégés dans le tambour ce jour-là).

Vu que la marque Éric Bompard n’est pas spécialement bon marché (plusieurs centaines d’euros à prévoir pour un pull, fabriqué on ne sait pas vraiment où), j’ai complété ma collection avec des pulls en cachemire Uniqlo (entre 59 et 89€ pièce, de mémoire) et une série de pulls et de gilets en cachemire de la Redoute (payés entre 30 et 50€ pièce, toujours en soldes et de préférence l’été). J’ai adoré cette matière, qui tient chaud, qui supporte bien l’entretien pour peu qu’on utilise la bonne lessive et le bon programme. Certains cachemires ont mieux résisté que d’autres, mais un grand nombre s’est retrouvé avec des trous, plus ou moins importants. Dans l’ensemble, je trouvais que c’était joli et sophistiqué.

La laine est issue des animaux

Suite à un griffage de chat, j’ai dû apporter le pull vert « rameau » chez un retoucheur spécialisé. Cela m’a plutôt coûté cher en temps (2 déplacements dans Paris, sans compter la visite initiale en magasin) et en argent. Il va s’en dire que les cachemires troués sont partis au recyclage, car la réparation coûtait plus cher que le produit lui-même.

Suite à mes différents tris de garde-robe, à l’aube de l’hiver 2020-2021, il restait encore ces quelques articles en cachemire dans ma penderie:

  • le fameux pull vert « rameau » Éric Bompard
  • un pull très décolleté bleu ciel La Redoute
  • un gilet noir col rond La Redoute
  • un gilet bleu roi grand décolleté la Redoute

J’ai décidé de me séparer de tout çà. D’une part, je trouve que c’est trop d’entretien et j’ai été un peu traumatisée par mon accident de lessive vu l’argent fichu en l’air. Par principe, je veux les articles qui nécessitent le moins d’entretien possible et clairement le cachemire n’est pas la bonne option. D’autre part, je ne suis pas à l’aise avec l’idée de m’habiller avec des matières animales. Je me passe de produits animaux dans mon alimentation, alors pourquoi devrais-je en consommer pour me vêtir ?

J’ai donc mis ces articles en vente sur mon Vinted (pseudo verte_pale), et je rajoute également :

  • 1 marinière 100% laine de mérinos Armor Lux (là encore un vêtement que j’ai bien rentabilisé en 5 ans mais qui m’est trop juste)
  • 1 pull en laine mérinos rouge Banana Republic avec des froufrous (le décolleté est définitivement trop décolleté)

Me restera-t-il de la laine dans ma garde-robe ? La réponse est oui: j’ai un manteau en laine bleu marine Gérard Darel (made in Lithuania) et une marinière coton-laine Armor Lux (Made in France). Le reste de mes vêtements d’hiver est soit en coton, soit en synthétique. Il en va du cuir comme de la laine chez moi: j’ai encore quelques articles à user jusqu’à la moelle (1 ceinture, quelques paires de chaussures, 1 sac à main) et soit ils ne seront pas remplacés, soit ils le seront par d’autres matières.

Je n’ai pas prévu de remplacer les vêtements en laine, cachemire ou mérinos dont je me sépare. Je ne perds pas de vue mon challenge cagnotte garde-robe.

Et vous, achetez-vous des articles en laine ? Trouvez vous que ce soit ethnique ?

A la maison, Bilans, Journal, Minimalisme, Solo living, Voyages

« No buy challenge » des vacances

Au gré de mes aventures minimalistes, j’ai déjà bien réduit le contenu de mes placards: vêtements, cosmétiques, maquillage, affaires de sport, livres… J’ai encore du boulot dans ma cuisine (ustensiles/robots/garde-manger) mais je crois que je n’ai jamais eu aussi peu de choses chez moi, sauf peut-être quand j’étais étudiante, et encore, j’avais encore une chambre pleine d’affaires (ne me demandez pas quoi, je n’en ai plus aucune idée) chez mes parents.

Je me suis rendu compte que les vacances ont souvent été l’excuse d’une multitude d’achats: bagages, vêtements, équipements de sport, médicaments etc. S’il est plutôt positif de faire l’inventaire chaque année de ce qui traîne dans ses placards, je me désole de retrouver des choses que je n’utilise qu’en vacances. Je ne parle pas d’un adaptateur pour une norme différente de la France, mais par exemple, de pantalons de randonnée, de sandales pour aller dans l’eau etc.

Partir loin de chez soi et faire des activités non habituelles génèrent des dépenses, c’est certain. Mais avoir des choses qui ne me servent qu’une seule fois dans l’année au maximum m’agace. C’est pourquoi cette année, alors même que les stocks sont au plus bas, j’ai décidé de me lancer ce challenge : ne rien acheter pour les vacances à la montagne. Je ne prévois pas de trek ni de camping, je n’ai donc pas besoin de toute une palanquée d’objets qui ne me serviraient que pour çà.

Pour avoir passé pas mal de temps le nez dans mes placards, traquant le moindre article pouvant alimenter ma cagnotte « nouvelle garde-robe », j’ai confiance en mon intuition. J’avais 6 soutien-gorge de sport : 4 feront très bien l’affaire (et sans doute 2 d’ailleurs). J’avais beaucoup d’affaires que je ne peux plus mettre car j’ai trop grossi: pantalons de randonnée, T-shirts de sport. Ils sont partis sur Vinted, pour une bouchée de pain, mais j’ai moins mauvaise conscience puisqu’ils n’encombrent plus mes tiroirs. Je les avais acheté il y a 10 ans pour la plupart, donc ils ont été plus qu’amortis.

Je vais m’en remettre à ce qui me va aujourd’hui: des caleçons un peu extensibles, des hauts larges. Je ne compte pas conserver ma circonférence actuelle, donc pas d’investissement prévu en garde-robe avant un bon moment (je fais même un petit challenge sur le sujet en ce moment).

J’emmènerai ce que j’ai actuellement dans ma trousse de médicaments (je passe mes vacances en France, il y aura toujours une pharmacie pas loin en cas d’urgence), de toilette (j’ai encore du stock pour tout ce dont j’ai besoin) et autres. A priori, je ne vais pas emmener pléthore de paires de chaussures, ce sera pas mal de choses à usage multiple.

Voyager léger : le top!

J’avoue que mes chaussures de randonnée ne me servent qu’en vacances. Je les ai achetées il y a 3 ans, elles ont encore beaucoup de vie en elles. Je suis également largement équipée en sacs de randonnée et de voyage. Il fut un temps où j’en avais 2 de plus: un qui me faisait mal au dos et un de 38 litres, pour les treks de plusieurs jours. J’ai revendu les deux. Je ne me vois pas faire de trek à l’avenir et je ne conserve pas les choses qui ne me conviennent pas. J’ai donc un sac à dos de randonnée à la journée de chez Decathlon, qui fait une vingtaine de litres et qui m’a coûté une dizaine d’euros. Non seulement je l’embarque en randonnée pendant mes vacances, mais il me sert aussi quand je pars en weekend. Il est léger et pratique, je n’ai besoin de rien d’autre. Je l’ai rentabilisé et je compte l’utiliser le plus longtemps possible.

Et vous, dépensez-vous beaucoup pour ce que vous emmenez en vacances ?

A la maison, Garde-robe, Minimalisme, Solo living

1 in, 1 out… Ou encore mieux : 1 out, 0 in

J’ai beaucoup lu ici et là l’importance de ne pas laisser rentrer chez soi trop de choses. Et pour se discipliner, quoi de mieux que de s’astreindre à cette bonne vieille règle de « 1 qui rentre, 1 qui sort » afin de de pas être submergée par ses possessions.

Pour moi, c’est du bon sens. On ne se verrait pas garder son frigo quand on en acquiert un nouveau (généralement, on attend que le premier soit en bout de course), cela devrait être pareil pour son inventaire nécessaire et suffisant. Le frigo est lourd et imposant, c’est assez évident, mais cette règle devrait d’appliquer pour des objets plus petits: vêtements, chaussures, livres, etc. #sololiving.

Cette règle permet d’éliminer les doublons : quand on achète une nouvelle paire de bottines noires, la précédente paire de bottines noires doit partir. Qui a besoin de 2 paires de bottines noires ? Nous n’avons que 2 pieds par personne, au maximum.

Au quotidien, j’applique instinctivement cette règle et je commence fréquemment par « 1 article qui sort » plutôt que par « 1 article qui rentre ». Ce qui m’amène à pratiquer le désencombrement en vertu du « 1 out, 0 in ».

J’aime réfléchir à ce dont j’ai besoin et ce que je consomme vraiment. J’ai grandi dans une famille d’accumulateurs et j’ai eu du mal à me débarrasser de certains réflexes, dont le fameux « on garde au cas où ». C’est ainsi que mes parents vivent dans un placard géant de 160 mètres carrés où on ne retrouve jamais rien et où on rachète des choses qu’on a déjà, faute de remettre la main dessus quand on en a besoin. Et c’est aussi une maison où les enfants ont très peu vu leur mère, trop occupée a ranger la cave et à parler à ses plantes. Curieusement, cette mère n’a pas construit de relations durables avec ses enfants à l’âge adulte… C’est bien sûr la faute des enfants, ces ingrats.

Exemple de ce que ma mère faisait pendant ses week-ends: remuer de la poussière.

Dans mon placard, j’ai une robe bleue à fleurs qui me va bien et que je garde pour les occasions ( mariages, baptêmes, etc), qui est un parfait exemple de dilemme de « au cas où ». Je l’ai achetée il y a plusieurs années, pas trop cher. Elle me va toujours malgré les fluctuations de poids. Elle fait trop « habillée » pour la porter au travail. Résultat ? Je ne l’ai mise qu’une seule fois : pour le baptême de mon neveu. Elle serait idéale « au cas où » l’occasion se présenterait. Sauf que je n’ai aucun mariage ni baptême de prévu dans un futur proche ou lointain. Tous mes amis sont mariés et je ne fréquente pas les baptêmes de leurs enfants (qui sont déjà tous à l’école).

Cette robe est donc dans ma penderie et je ne l’utilise pas. Il est clair que quand je m’en séparerai, je ne la remplacerai pas par une autre robe « habillée ». Elle sera donc un exemple de « 1 out, 0 in » le temps venu. Je vais attendre l’été prochain pour prendre ma décision. Et si je n’ai pas eu l’occasion de la porter alors qu’elle le mérite, je la mettrai en vente sur Vinted. Peut-être même que je prendrais la décision avant ce délai.

Et vous, ça vous arrive de faire vraiment du vide?

Bilans, Garde-robe

Passion: sacs!

Enfant, j’ai vu ma mère accumuler compulsivement les sacs à main (je ne me souviens plus trop de quel type de sacs, sûrement des sacs de ville en synthétique, noirs, rien de fou fou, ça énervait mon père, comme tant de choses) et j’ai inconsciemment suivi son sillage.

J’ai eu tout type de sacs : en tissu, en toile synthétique, en cuir, des noirs, des colorés, des petits, des grands, des donnés, des vendus, des abîmés… Je me considérais presque comme une collectionneuse. Mon endroit préféré sur Terre était le rayon maroquinerie du Printemps Haussmann, où je m’extasiais devant ces marques inaccessibles, jusqu’à ce que mes moyens financiers s’améliorent. Alors, je guettais les soldes, souhaitant avoir un sac par marque (Longchamp, Lancel etc). C’était mon petit luxe à moi. J’avais l’œil, je reconnaissais une marque à 20 mètres. Je connaissais même le nom des modèles.

À défaut de me faire plaisir avec les vêtements (la malchance d’être grande et plus size), ou les chaussures (rien de bien excitant à acheter en 41-42), j’ai toujours pris soin de mes choix de sacs à main, seul objet non discriminant par le tour de taille. J’en ai accumulé des dizaines en 20 ans. Il fut une époque j’en stockais une quarantaine chez moi, et j’en achetais un par saison au minimum! Merci les soldes et les maroquineries bon marché. Merci Monoprix ! OK, c’est plutôt à eux de me remercier, vu tout l’argent que je leur ai donné!

Je crois que ma passion s’est amoindrie dans mes multiples déménagements et m’a carrément désertée quand je me suis intéressée au minimalisme, en 2014. J’ai réalisé qu’on n’en portait qu’un seul à la fois ! J’ai vendu une quantité de sacs sur e-bay et j’ai donné ceux qui ne vendaient pas. Donner à Emmaüs un sac à plusieurs centaines d’euros, ça a été difficile à avaler et ça fait relativiser quant à la valeur des choses… J’aime toujours les sacs, je suis toujours connaisseuse, mais j’achète peu. J’ai sévèrement limité le cuir, pour des raisons éthiques, mais les alternatives synthétiques sont moins solides, c’est sûr.

Ma première leçon ? Je m’en lasse après une saison. Même de ceux que j’aime beaucoup et que je porte quotidiennement pendant 6 mois. Une fois que je les mets au placard au changement de la saison, ils y restent. Je ne parviens pas à les remettre, ou alors de façon très très limitée.

Ma collection avant opération de désencombrement : 6 sont déjà partis, un est encore en vente sur Vinted

Aujourd’hui, j’en suis à moins de 10 sacs de ville, et c’est trop par rapport à mes besoins réels. J’ai appris et compris ce qu’il me fallait et j’ai débarrassé ceux qui ne me convenaient pas.

Sacs vendus récemment : tous rentabilisés sauf le sac weekend léopard #erreurdachat

J’ai donc adopté la méthode suivante : j’achète un sac dans mon style (pas trop grand, ni trop petit, couleur neutre et surtout pas noir), je l’use, je le remercie de m’avoir servi et je m’en sépare : si c’est une marque, sur Vinted: verte_pale, si c’est sans marque, ou trop cheap, direction la ressourcerie.

Et vous, aimez-vous les sacs? Est-ce que vous les accumulez?

Bilans, Garde-robe, Perte de poids

Une carotte sans bâton

Pour entamer ce semestre sur un projet un peu sympa, j’ai décidé de me lancer un défi !

Même si j’ai bien minimisé ma garde-robe, et que j’en suis satisfaite, j’ai besoin de perdre du poids et donc, j’aurai besoin d’ajuster mes fringues. Je ne peux pas conserver des vêtements qui sont trop grands, ce serait une invitation à reprendre du poids et à anéantir tous mes efforts.

Histoire de contrôler les dépenses prévisibles, je vais économiser, a compter du 01er juillet 2020 toutes les sommes que je vais réunir grâce à des ventes (Vinted ou Rakuten essentiellement) et du cashback (igraal essentiellement aussi) pour financer mon futur look.

Je vais placer sur un livret l’ensemble de ces gains et on verra bien dans 6 mois ou 12 mois le montant que j’aurai atteint.

Et vous, quel est vôtre défi du moment ?

Bilans, Garde-robe, Journal, Minimalisme

Bilan minimaliste de 2018

Bilan minimaliste de 2018

Drôle d’année que 2018. Alors qu’en 2017, j’ai débarrassé 80% de mes affaires et vendu l’intégralité de mes meubles en quittant la France, en 2018, j’ai quitté mon logement meublé (même si j’avais acheté quelques meubles comme une commode et une chaise de bureau et un assortiment complet de vaisselle) pour mon appartement à moi, entièrement vide, à l’exception d’appareils électroménagers hors d’âge et de 2 vieux canapés en cuir, en mauvais état. J’avais demandé à ce que l’appartement soit livré vide, mais non, j’ai dû m’occuper de virer ces vieux trucs toute seule. Pour l’électroménager, j’ai heureusement pu compter sur le magasin où j’ai acheté les nouveaux appareils, car ils sont tenus de récupérer les anciens, pour les recycler responsablement. Pour les 2 canapés, l’un (en bon état) a été récupéré gratuitement suite à une annonce et pour l’autre, un trois places bien défoncé, j’ai dû payer une société pour m’en débarrasser. Je n’avais pas trouvé de solution moins coûteuse. Impossible de le bouger seule et même avec de l’aide, je n’ai pas de véhicule pour l’emmener à la déchetterie.

Après avoir fait le vide, il a fallu meubler mon appartement à moi (presque 100 mètres carrés). Ikea a été mon ami. J’ai monté plus d’une trentaine de chaises, tables, commodes, lits, étagères… Je pensais avoir bien réfléchi à l’aménagement de ce chez moi, que je vois comme un investissement et n’avoir acheté que le strict nécessaire et pourtant, au fil des mois, un constat s’est imposé : certains meubles n’étaient pas utilisés du tout. Je les ai donc mis en vente et j’ai gagné de la place et de la sérénité. Adieu les tables gigognes dans le salon, adieu le bureau et sa chaise. Je fais sans, sans problème. J’ai aussi dégagé une commode à moitié vide suite à mon projet « garde-robe épurée ». Le tri a également été fait dans ma vaisselle, qui débordait de mes placards alors que je vivais seule. La garde-robe a ses articles de blog à part. J’ai donné des sacs et des sacs à une charity locale, passé des annonces sur Facebook et sur Adverts et petit à petit, ma vision a pris forme.

Je croyais avoir appris de mes aventures de 2017, mais pas complètement en fait. J’ai dû me ressaisir à un moment donné car le bazar a proliféré. La prise de conscience date du moment où j’ai lancé la recherche de colocataires. Car j’ai dû faire place nette dans les parties communes que sont le salon et la cuisine. Inconcevable de laisser à disposition des autres mes affaires personnelles. L’aspirateur oui, mes cadres photos non. Je suis aussi passée en mode « si je rentre en France dans 3 semaines, je dois être prête ». En effet, je ne sais pas si je vais rester en Irlande. Peut-être que oui, peut-être que non. J’ai décidé d’être fluide et de saisir la meilleure opportunité, où qu’elle soit. J’ai donc quand même un peu appris de mon expérience de 2017. Car je me suis séparée de tout un tas d’affaires qui ne m’ont pas manqué (extracteur de jus par ex) ou alors que j’ai remplacées (cuit-vapeur par ex) et j’ai réalisé que je n’avais pas utilisé tout ce que j’avais apporté avec moi. Au prix des bagages, transporter quelque chose d’inutile est rageant, clairement. Ce bazar ne fera pas le trajet retour, pour sûr. Vendu, donné, recyclé, oui. Ramené à tout prix de l’autre côté de la mer d’Irlande et de la Manche, non, aucun intérêt.

Je conçois toujours ma vie comme minimaliste et frugale. Je souhaite n’avoir dans ma vie que ce qui m’est utile ou que je trouve beau. Avoir ce challenge d’avoir mon déménagement prêt en une demi-journée est important à mes yeux. Ne pas avoir à penser à la destinée de chaque objet est libérateur. Comme mon appartement est un investissement, si je pars, je le louerai et ici, tout est meublé. Donc les meubles resteront tous. Toutefois en tant que propriétaire, je serai tenue de remplacer ce qui sera endommagé, donc j’ai intérêt à ne fournir que l’essentiel. C’est aussi pourquoi des meubles s’en vont. Quant au contenu de mes armoires : la vaisselle et les ustensiles resteront en grande majorité. Je dois vider la nourriture ( chantier déjà bien avancé pour faire de la place aux colocataires) et mon plus gros chantier reste la paperasse, car j’ai un peu perdu le fil ces derniers mois.

Si l’on s’en tient à l’échelle KonMari, voilà où j’en suis :

Catégorie Status
Vêtements En bonne voie – inventaire à jour, rationalisation en cours 90% fait
Livres Je suis encore en réflexion, car ce sont des articles lourds. La plupart sont en français, donc guère de valeur ici. 10% fait car j’ai regadé Momox et PriceMinister pour vérifier leur valeur éventuelle. Au global, pas rentable de les ramener.
Papiers Chantier prioritaire. Ma chambre est remplie de classeurs et de boîtes. Gros tri impératif, je ne peux pas ramener tout ce fourbis. C’est lourd et encombrant, donc cher. Le bonus est que çà se numérise. 0%
Komono / Objets divers En bonne voie – je sais ce qui reste et ce que je ramènerai le cas échéant. 90% fait
Objets sentimentaux / Mémentos Gros tri fait dans mes photos argentiques. Besoin de scanner certaines. J’hésite encore sur mes peluches d’enfance. J’ai du mal à m’en séparer, mais elles restent au fond du placard. Mes livres fétiches me font le même effet. Je sais que je les ai, çà me rassure, mais je ne les regarde pas. Çà ramasse la poussière plutôt qu’autre chose. 50% fait

Moyenne de progression : 48%

Je ne sais pas où elle place les 2 catégories suivantes :

  • Cosmétiques et pharmacie
  • Affaires des chats

Mais voici comment je procèderais :

  • Cosmétiques et pharmacie : recyclage et don essentiellement mais aussi affaires que je ramènerai, comme ma brosse à cheveux ou mon maquillage. Ce sont surtout des choses légères et chères, donc cela fait sens de les ramener
  • Affaires des chats : je donnerai tout sauf les sacs de transport et les papiers. Normalement, j’arriverai à gérer les quantités de nourriture et de litière à l’avance.

Voilà donc où j’en suis, côté minimalisme. Çà progresse et on va y arriver.

A la maison, Minimalisme, Solo living

Les astuces pour vendre sur le net

Vous devenez minimaliste? Frugal? Vous déménagez? Vous devez faire du vide?

Bref, vous êtes dans une phase de désencombrement. Admettons que vous avez identifié des objets encore en bon état et dont vous pensez pouvoir tirer quelques euros. Cela peut être des livres, bibelots, vêtements ou autres meubles. Voire une voiture ou une maison!

J’ai envie de vous dire: tout s’achète et tout se vend sur le net. MAIS vous ne gagnerez sans doute pas autant que ce que vous estimez… prenez bien en compte TOUS les paramètres pour devenir un vendeur heureux.





Ma longue expérience en la matière (+ de 1000 ventes en 13 ans…) m’a donné quelques réflexes pour vendre au mieux sur les différents sites. Mon optique est avant tout de faire du vide et de désencombrer et non pas de faire du profit. Faire du profit en vendant d’occasion est un métier, celui de brocanteur et c’est un métier réglementé.

Première question à se poser: Ai-je du temps à consacrer à des ventes?
Il ne faut pas sous-estimer la charge de travail nécessitée par les ventes.
Une bonne vente nécessite une parfaite information des acheteurs, donc prendre des photos, donner des renseignements sur le produit (ex: les caractéristiques d’un four micro-ondes, les dimensions d’un sac à main etc.) donc la mise en ligne d’un produit prend à elle seule du temps, sans garantie que l’article trouve preneur au prix demandé.

Deuxième question: Ai-je accès à un bon réseau logistique? Quelle est ma zone de chalandise?
Point très important: si vous habitez au fin fond de la campagne, personne ne va se déplacer pour récupérer une chaise ou un vélo. Vous ne pourrez vendre que des objets qui rentrent dans des colis.
Autre point important: si vous habitez loin d’un bureau de poste ou d’un relais colis, êtes-vous prêt à vous déplacer lors des horaires d’ouverture et faire la queue pour expédier un livre à 2€? Votre temps serait sans doute mieux utilisé autrement.
Mon conseil? Groupez vos ventes au maximum (ex: sur Momox).

Troisième question: Est-ce pratique pour moi?
Si vous habitez au 5ème sans ascenseur, c’est compliqué de vendre sa machine à laver, il faudra faire un geste sur le prix.
Si vous n’avez pas quelques fournitures d’avance: scotch, petits cartons, enveloppes matelassées, c’est aussi compliqué. Le mieux est de récupérer ce petit matériel. Une enveloppe à bulles coûte au minimum 50 centimes, donc il faut tenir compte de cette éventuelle dépense supplémentaire. Il arrive très fréquemment que les coûts d’emballage et d’expédition soient supérieurs au prix de l’article.
Par principe, je fais payer le juste prix aux acheteurs et je ne veux pas sponsoriser leur achat. J’utilise au maximum les frais de port pré-payés (ex: sur Priceminister qui propose une livraison en relais-colis ou en soColissimo ou un forfait Mondial Relay sur Ebay). Tout le monde s’y retrouve.

Quatrième question: Est-ce que c’est rentable?
Vous avez donc un petit stock à écouler, le temps pour gérer la relation client, la matériel pour emballer la camelote, vous pouvez donc vous lancer!


Ce qui marche:
– faire de jolies photos, qui donnent envie et qui montrent l’article honnêtement
– donner des renseignements sur la provenance, date et lieu d’achat, le prix originel
– répondre aux questions des acheteurs, car eux aussi ont besoin d’être rassurés

Ce qui ne marche pas: 
– mettre des prix irréalistes. Non, personne ne voudra de la machine à coudre vintage de tatie Jacqueline pour 800€. Déjà que plus personne ne coud… Ne comptez pas qu’on vous la rachète à prix d’or pour la recycler en meuble de salle de bain. Ceux qui seraient tentés de se lancer dans ce type de bricolage ne mettront pas une fortune dedans.

– ne pas mettre de photo du tout.

– négliger son image de marque de vendeur: les évaluations inspirent confiance. Si vous expédiez tardivement les commandes et récoltez de mauvais commentaires, vous vendrez moins facilement après.

Les sites que j’utilise:

– E bay: le leader historique
le +: le système d’évaluation et le fait qu’on sache qui est l’acheteur (au moins, c’est du sérieux, il y a des habitués et tout se passe bien)
le -: les commissions prélevées par le site et cette tendance des dernières années à être une market place d’objets neufs et non plus une brocante virtuelle. Le site a perdu de son charme.

– Priceminister, pour les produits culturels
le +: la facilité pour poster les annonces
le -: la commission prélevée est très importante (c’est le prix de la garantie) et l’offre trop importante sur les mêmes produits, qui ralentit donc la vente (quand vous êtes 200 à vendre le même livre, difficile d’émerger – les articles qui viennent de sortir partent toujours très bien)

Vinted, pour les vêtements et accessoires

Momox: comme Priceminister, mais en grande quantité
je garde un souvenir ému de ma première vente de 95 articles. J’ai imaginé mes 95 paquets individuels et mes 95 allers-retours à la Poste que j’aurais pu m’infliger. Certes, je n’en ai pas tiré un profit maximum, mais ce fut un profit tout de même et bien moins fatigant que 95 ventes individuelles.

Je n’ai pas cité le Bon coin, n’ayant jamais eu de bonnes expériences avec. On ne sait pas qui achète, les adresses et numéros de téléphone ne sont pas vérifiés. 

Les précautions à prendre:
Évidemment, il faut se faire payer l’objet avant de l’expédier ou de le céder. Donc on encaisse le chèque avant d’expédier la babiole et on exige un paiement en cash (ou en avance sur Paypal) pour un meuble.
J’aurais tendance à préconiser de ne donner son adresse exacte qu’à la dernière minute et jamais le digicode. Le mieux est même de livrer en bas de son immeuble ou devant chez soi sans donner le code ou l’étage.
Je recommanderais aussi d’utiliser une adresse e-mail très générique et pas celle sur laquelle on cherche un travail. Les systèmes d’aujourd’hui sont reliés les uns aux autres et vous n’avez pas envie que Facebook vous suggère comme ami à la personne qui vous a acheté un frigo…
Idéalement, si le volume de ventes est important (ex: déménagement), j’utiliserais un numéro de portable jetable. Ainsi, pas de harcèlement ultérieur possible.

Voilà, je crois que tous mes conseils sont rassemblées dans ce post.

Bonnes ventes! 

Journal

Bonnes résolutions de 2017… Il en faut bien!

« Il n’est de vent favorable à celui qui ne sait où il va » dit la maxime.

Pour 2017, je poursuis mes démarches dans le sens: minimalisme, zéro déchet, simplicité volontaire, végétarisme.

  • Se séparer tout ce qui m’est superflu: don/vente/recyclage (pas de Minsgame au programme, mais déjà un objectif de 500 bidules en moins au premier semestre)
  • N’acquérir que des biens essentiels (le budget fringues sera de 2000€, y compris chaussures et sacs)
  • Achever la transition vers les détergents et les cosmétiques naturels
  • être en bonne santé mentale et physique
  • avoir une activité physique régulière et suivie
  • bien dormir
Bilans, Minimalisme, Santé

Bilan de l’année 2016

2016, une année de transition pour moi.

Certes, pour une fois, je n’ai eu qu’un seul employeur cette année et je n’ai été ni en période d’essai ni en préavis. J’ai plutôt fait une belle année pour les sous, aussi. D’autant que j’ai vendu mon appartement pour repartir en location, ce qui me fait économiser des centaines d’euros tous les mois et ce qui colle avec mes projets à court terme.
Bref, je suis redevenue une excellente cliente pour ma banque!

Niveau perso:
Mon chat adoré nous a quittés en janvier. Mon nouveau chat adoré m’a rejoint en mars.
Je ne pourrais pas vivre sans mon félin à domicile.


Total des ventes: 56 ventes (environ 80 objets)

Où?Combien € ?
Book off3,5
ebay589,79
Gibert27,3
Momox57,55
Priceminister1130,84
Divers38,15
Vinted23,2
Grand Total1870,33
Quoi?Combien € ?
autres38,15
Blu Ray42,69
DVD1,9
livres123,08
meubles216,86
objets1201,84
sacs245,81
Grand Total1870,33

Niveau garde-robe:
J’ai poursuivi mon inventaire des années précédentes et c’est très utile. Cela permet de savoir ce qu’on a dépensé avec précision: type d’articles, prix, magasin… Je pense que je vais faire un vrai budget Fringues pour l’année qui vient. (post à part)


Minimalisme:
Je n’ai pas tenu un décompte hyper précis de tous les objets qui ont dégagé, mais j’ai été vigilante sur tous ceux qui sont rentrés chez moi. Aidée par mon déménagement, j’ai fait un tri en profondeur, même si je pense que j’ai encore un peu de gras. Si je pars en Irlande, je vais devoir être encore plus radicale – déjà la quasi-totalité des appareils électriques va rester en France.

Niveau santé:
J’ai laissé tomber le sport, et je le regrette. Je pense que me remettre à une activité physique doit être une de mes priorités de 2017.
Sinon, j’ai réduit ma consommation de sucres raffinés, même si c’est socialement difficile.

Et pour terminer le retour sur les bonnes résolutions de 2016:
Pour 2016, je les ai déjà évoquées, elles tournent beaucoup vers la continuation de mes démarches: minimaliste, zéro déchet, simplicité volontaire, végétarienne!

A la maison, Bilans, Garde-robe

Tri de printemps dans la garde-robe – update avril 2016

Le changement de saison est idéal pour faire le tri dans sa garde-robe. Pour reprendre mes mantras minimalismes, j’ai donc: 
– tout sorti
– trié pour garder / vendre / donner / recycler
– inventorié les manques manifestes et mis à jour la wish-list!

C’est difficile de prendre des décisions, mais j’ai été sans pitié, je me suis mise en conditions:
– enfiler un jean bleu tout simple
– mettre un soutien-gorge noir
et j’ai enfilé, l’un après l’autre, tous les T-shirts, tops, débardeurs… afin qu’ils passent les différents tests:
– longueur (je suis grande, les vêtements ont tendance à être courts sur moi), en faisant une salutation au soleil. Si on voit le nombril, c’est la sortie.
– transparence: le soutien-gorge noir est-il nettement visible? si la réponse est positive, c’est la sortie
– allure: si j’ai l’air d’un sac à patates, que le cou n’est pas assez dégagé, si la couleur n’est pas flatteuse, encore et toujours la sortie.

Bref, j’ai identifié un sac de dons (pas assez de valeur pour être vendu, mais bon à recycler), en tout 16 vêtements:
– 2 paires de chaussettes
– 2 robes manches longues
– 4 T shirts manches courtes
– 1 short
– 3 top manches longues
– 4 débardeurs à fines bretelles

Et un autre pour de potentielles ventes. Je vais quand même essayer. C’est tellement de boulot, pour des résultats décevants. On récupère maximum 30% de la valeur du neuf quand on vend d’occasion. De quoi bien réfléchir avant d’acheter, voire se motiver à acheter des vêtements d’occasion. Personnellement, j’ai du mal, car je suis déjà difficile à habiller dans un magasin « classique », alors dans un magasin qui n’a pas le choix dans les tailles…

 
Quant à l’étape ultime de la wish list, très honnêtement, je n’ai rien à y mettre, ma garde-robe est suffisamment bien garnie pour parer à toutes les éventualités: merci mes tris et mes achats réfléchis depuis 2 ans!
 
Je suis bien contente de voir plus clair dans mes possessions logées dans l’armoire.
Bilans, Minimalisme

Bilan Novembre 2015

Novembre:
Focus sur le mémoire, mais reprise des ventes car la redécoration implique du rangement et donc du débarras et donc potentiellement des ventes, si je trouve preneur pour mon barda!
Bon, j’ai fait quelques crises sucrées, mais je tâche de me débarrasser de cette addiction. Pire que d’arrêter de fumer, semble-t-il!
Des choses que je voulais acheter, mais que je n’ai finalement pas achetées:
– pas trop de tentations, je dois dire.
La Wish List (en gras, ce que j’ai trouvé ce mois-ci – en italique, ce que j’ai rajouté)
– pantalons en lin pour l’été (2016)
– un aspirateur sans sac (remplacement)
– une brosse chauffante (remplacement)
Rubrique entrées/sorties (acheté/récupéré/donné/recyclé…)
 
In:
– 1 pull en cachemire gris
– un bureau blanc et hètre, syle scandinave
– une échelle porte-serviette pour la salle de bains
– 2 livres d’occasion
Out:
– un téléphone portable (vendu d’occasion)
– une montre IceWatch (vendue car jamais utilisée)
– un ipod touch (vendu d’occasion)
– des vêtements: 2 sous-vêtements, 11 paires de chaussettes, 7 mi-bas, 1 legging, 1 paire de tennis, 4 sacs (le tout en bon état, donc donné au relais)
– une affiche qu’on m’avait offerte et qui a pris l’eau (jetée)
Rubrique économie de partage (emprunté/prêté/loué/mis à la disposition/partagé/réparé)
– un sac à dos de ville (prêté à ma soeur)
– une paire de chaussures (données à ma soeur)
Quelque chose que j’ai fait et dont je suis fière:
– continuer à courir meme si je n’ai pas d’objectif de course dans l’immédiat!
Cagnotte:
Total 2015: 1260,77€
A la maison, Bilans

Bilan minimaliste / Shopping Fast – Mai 2015

En mai, je fais ce qu’il me plaît!
Au programme: un weekend loin de Paris, afin de recharger les batteries. J’en ai franchement marre des gares et des aéroports, mais c’est un mal nécessaire pour s’évader de ma banlieue bétonnée. J’ai aussi fait une visite au Parc des Félins et plusieurs musées. Le retour des températures clémentes m’incite à sortir, en même temps que la télé est débranchée (voir plus bas).
 
 
Des choses que je voulais acheter, mais que je n’ai finalement pas achetées:
– des chaussettes Made in France. Je vais attendre l’automne.
 

La Wish List (en gras, ce que j’ai trouvé ce mois-ci – en italique, ce que j’ai rajouté)
– 1 veste kaki qui peut se porter au bureau et le weekend
– 1 veste bleu marine qui peut se porter au bureau et le weekend
– des bijoux dorés
– 1 débardeur doré? jaune? bref, une couleur qui irait avec mon top manches 3/4 vert pomme, qui se sent tout seul. Peut-être que du bleu marine pourrait faire l’affaire?
– 1 paire de baskets de ville pour remplacer les miennes qui se sont abîmées.
– 1 paire de tatanes en plastique pour remplacer mes pseudo birkenstock qui sont en train de se désagréger.
 

Ce que j’ai néanmoins acheté:
Remplacements:
– 1 paire de tatanes en plastique
– des cosmétiques Melvita (alors que je suis en moratoire shopping de cosmétiques – mais je suis en forte demande de cosmétiques moins chimiques, d’où ce craquage): huile de jojoba, huile d’argan, parfum « L’or bio »… Je me suis fait plaisir!

Nouveautés:
– des bijoux, pour commémorer mon anniversaire, et parce que cela fait longtemps que je ne m’en suis pas offerts: 2 bagues dorées, une ronde avec 3 petites pierres roses et une avec 2 calcédoines. Budget raisonnable. J’avais commandé davantage mais j’ai renvoyé la camelote qui ne m’a pas plu. Puisque j’ai décidé de ne conserver que ce qui me plait à 100% et de ne pas m’encombrer d’à peu près…
 

Ce que j’ai vendu:

 

– 4 livres
 
 


Ce que j’ai donné aux bonnes œuvres :

– des vêtements, comme d’habitude. A croire que j’ai une penderie sans fond…
Le 25 mai, j’ai vidé une caisse destinée à la vente, car je n’ai pas envie de me fatiguer à trouver acquéreur: 13 hauts sans manches, 5 hauts avec manches, 6 tuniques et chemises, 1 robe, 1 pantalon et 3 foulards ont ainsi quitté définitivement les lieux. (-29 pièces)
Le 31 mai, ce sont 4 gilets, 1 sweat, 2 tops manches longues, 5 débardeurs, 3 T-shirts, 3 tops sans manches et une chemise de nuit qui ont pris un aller sans retour! (-19 pièces)
Bilan: 48 pièces en moins dans ma garde-robe.
 
un set Barbecue, déjà, je suis végétarienne, et ensuite, je vis en appartement. Quelle utilité? Bref, je l’ai donné à quelqu’un que je connais.
 


 

Ce que j’ai jeté ou donné au recyclage:
– des cartons
– une caisse en plastique que je me trimbale depuis 15 ans. Il est temps qu’elle commence une autre vie.
– ma paire de tatanes en cuir


Ce qu’on m’a offert et ce que je vais en faire:
– des fleurs. Je vais juste en profiter!


Ce que j’ai recyclé à la maison:
– un bocal, qui se fait vase pour mes fleurs.
 
 
Quelque chose que j’ai fait et dont je suis fière:
– Débrancher la télé. Et ne pas l’avoir rebranchée, même pour regarder « La Maison France 5 ». Au bout de 15 jours, je l’ai descendue à la cave. Peut-être que je la remonterais à l’automne. Peut-être. Le fait de ne plus brancher la télé m’incite à sortir de chez moi. çà tombe bien, il a fait beau!
 

Bilan:
Cagnotte 2015: 928,60 € pour 29 ventes depuis le 1er janvier 2015
 
 
 
Bilans, Journal, Minimalisme

Bilan minimaliste / Shopping Fast – Février 2015

Plus que jamais motivée par les challenges minimalistes et m’interrogeant sur ma consommation au sens large, je m’inspire des « shopping fast » (Jeûne de magasinage) d’autres blogueurs, histoire de faire le point.

Ces derniers temps, j’ai eu l’impression de faire beaucoup de shopping et donc de beaucoup dépenser à tort et à travers. Pour autant, je me suis aussi débarrassé de pas mal d’objets. Pas facile d’avoir un constat objectif. Rien ne vaut les chiffres en dur.

Des choses que je voulais acheter, mais que je n’ai finalement pas achetées:

– un sac à dos Tintamar gris (article retourné car décevant)
– un sac Tintamar réversible anis et framboise (article retourné car forme impraticable)
Des choses ajoutées à la Wish List:
Création officielle de la wish list:
– 1 marinière à rayures écrues et bleu marine (style St James)
– 1 sac cabas en faux cuir couleur cognac (sensé aller avec tout)
– 1 veste kaki qui peut se porter au bureau et le weekend
– 1 veste bleu marine qui peut se porter au bureau et le weekend
– 1 ensemble de lingerie de qualité
– des bijoux dorés (bague + bracelet)
Ce que j’ai néanmoins acheté:
Remplacements:
– un porte-monnaie turquoise (soldes Tintamar), le même que j’avais déjà en vert anis (sur le point de lâcher… je me demande si la qualité est au rendez-vous, mais j’aime tellement cette marque… #victimedumarketing)
– une planche à repasser de petite taille, que je peux suspendre dans la penderie. Remplace celle achetée en 2003, qui part aux encombrants.
Nouveautés:
– un plateau carré Ikéa avec une grosse poire dessus. J’en ai déjà trois de la même taille, dont 2 montrent des signes de fatigue. Le chat ayant tendance à en dégommer au moins un par an, c’est un achat de précaution.
– un plaid gris foncé. En avais-je besoin? Peut-être pas, mais un petit relooking de mon canapé blanc ne va pas heurter mes yeux.
– une étagère en métal blanc pour équiper le dressing, dans l’optique de me séparer de la commode qui prend beaucoup de place: je réduis le nombre d’affaires à stocker, et j’installe cette étagère. C’est donc presque un remplacement. Encore faut-il vendre la commode.
– un foulard vert anis Uniqlo
– un sous pull gris foncé Uniqlo dans l’optique des -20°C dans le Michigan début mars.

Ce que j’ai donné aux bonnes œuvres pour recyclage ou non:
– un drap housse violet abimé par le chat, qui a adoré y faire ses griffes

– une parure de couette achetée en 2006 et trop vue/revue
– un pull col roulé violet
– un hoody couleur citron, trop délavé pour être honnête (faisait partie de la cuvée shopping 2010 – trop de hoodies tuent le hoody. Pas besoin d’en avoir 7)
– un hoody bordeaux doublé en moumoute. Très chaud certes, mais trop court.
– un haut de jogging vert kaki, acheté en 2006 et finalement pas mis plus que çà.
– des sous-vêtements (en fin de vie ou trop éloignés de ce que j’aime)
– d’autres vêtements: débardeurs …
– des chaussettes (à part les chaussettes de sport et de rando, je n’ai plus de chaussettes de ville en dessous du genou – les modèles mi-mollet sont mortels pour la circulation sanguine, donc OUT!)
– 4 paires de chaussures usagées (mon placard à chaussures respire car ses occupants ont désormais la place d’être à plat et bien en vue)
– un manteau acheté en 2011, en fin de vie
– un sac Jamin Puech acheté sur ebay et très peu porté. trop petit, en train de s’effilocher et de perdre ses paillettes, je ne l’ai jamais vraiment apprécié, alors que j’aime bien la marque. Typique de la fausse bonne affaire.
– un sac Brontibay vert, acheté sur ebay et très peu porté. Trop petit, pas pratique. Typique de la fausse bonne affaire (bis)

Ce que j’ai vendu:

– un CD de musique classique
– mon ipod classic 160 Go. Je m’en servais très peu. Et comme il était collector, il avait une petite côte. Je l’ai même vendu plus cher que ce que je l’ai acheté en 2007. Bref, une opportunité.
– un livre sur les tartes au citron (cadeau pas utile)
– un livre de cuisine italienne (à peine regardé)
– un livre sur les cakes et terrines (cadeau pas utile)
– un livre sur les recettes faciles (à peine regardé)

Ce qu’on m’a offert et ce que je vais en faire:
– un porte clé en silicone (offert avec la commande Tintamar) – à mettre en service avec les clés de la maison

Ce que j’ai recyclé à la maison:
– des chaussettes en acrylique (données dans l’avion) qui deviennent des chiffons à poussière
Quelque chose que j’ai fait et dont je suis fière:
– Envoyer mes pièces pour mon dossier Prud’hommes qui n’est jugé qu’en mars 2017. Un poids en moins sur la conscience.
– Me désinscrire d’une multitude de newsletters inintéressantes: je suis devenue intolérante à la perte de temps.
Bilan:
Cagnotte 2015: 368€ pour 13 ventes depuis le 1er janvier
A la maison, Minimalisme

Seconde main?

Les sites sur le minimalisme et l’écologie ne cessent de parler de l’achat d’occasion: boutiques Emmaüs, brocantes, troc entre copines… cela semble la panacée! Je dois dire que je n’ai aucun souci à vendre, en témoignent mes 271 étoiles sur E-bay et mes 423 ventes sur Priceminister, entre autres.

Mais je n’ai guère été convaincue côté acheteur: les 2 sacs que j’ai achetés sur ebay n’ont quasiment jamais été portés, même les livres achetés ont souvent été revendus, parfois sans être lus. J’ai entendu des belles histoires de pièces géniales dénichées sur les brocantes ou dans des boutiques d’occasion, mais personnellement, je suis toujours revenue bredouille. Snobisme? Malchance? Aucune idée. Je ne pense pas que je vais insister. A quoi bon persévérer dans une voie qui ne nous convient pas? A l’occasion, je jetterai un œil, mais cela restera probablement très marginal dans mon shopping.
Ceci dit, cette activité consistant à visiter des magasins, les uns après les autres, parfois sans but défini, pendant des heures… me lasse de plus en plus,. Car cela me prend de manière compulsive et irraisonnée, ce que je finis souvent par regretter.
Finalement, j’ai des astuces simples pour faire passer une compulsion de shopping
– faire une lessive, pour redécouvrir ce que je possède déjà.
– prendre une étagère ou un tiroir et la/le ranger, pour prendre conscience du volume occupé par mes affaires.
– aller dans des boutiques où rien ne me plaît jamais: Guess, American Apparel… Histoire de me dire que je n’ai besoin ni envie de rien de plus. 
– éviter H&M et Uniqlo, qui abritent trop de tentations.
– avoir d’autres occupations que le shopping: voir des vraies gens, lire, aller au cinéma!