Garde-robe, Minimalisme

Le cachemire c’est fini

J’ai découvert le cachemire en 2015, sur recommandation d’une amie. Auparavant, je n’étais pas très fan de laine car j’ai toujours trouvé que ça grattait.

Je me suis donc retrouvée propriétaire de 2 pulls Éric Bompard : un rose « freesia » un peu épais et un vert « rameau » très fin. Je pense que j’ai pas mal rentabilisé ces pulls, jusqu’au jour où le pull rose n’a pas survécu à une erreur de machine (et en plus il a déteint sur de la laine mérinos… Sans compter les 2 autres pulls en cachemire de moins bonne qualité qui se sont désagrégés dans le tambour ce jour-là).

Vu que la marque Éric Bompard n’est pas spécialement bon marché (plusieurs centaines d’euros à prévoir pour un pull, fabriqué on ne sait pas vraiment où), j’ai complété ma collection avec des pulls en cachemire Uniqlo (entre 59 et 89€ pièce, de mémoire) et une série de pulls et de gilets en cachemire de la Redoute (payés entre 30 et 50€ pièce, toujours en soldes et de préférence l’été). J’ai adoré cette matière, qui tient chaud, qui supporte bien l’entretien pour peu qu’on utilise la bonne lessive et le bon programme. Certains cachemires ont mieux résisté que d’autres, mais un grand nombre s’est retrouvé avec des trous, plus ou moins importants. Dans l’ensemble, je trouvais que c’était joli et sophistiqué.

La laine est issue des animaux

Suite à un griffage de chat, j’ai dû apporter le pull vert « rameau » chez un retoucheur spécialisé. Cela m’a plutôt coûté cher en temps (2 déplacements dans Paris, sans compter la visite initiale en magasin) et en argent. Il va s’en dire que les cachemires troués sont partis au recyclage, car la réparation coûtait plus cher que le produit lui-même.

Suite à mes différents tris de garde-robe, à l’aube de l’hiver 2020-2021, il restait encore ces quelques articles en cachemire dans ma penderie:

  • le fameux pull vert « rameau » Éric Bompard
  • un pull très décolleté bleu ciel La Redoute
  • un gilet noir col rond La Redoute
  • un gilet bleu roi grand décolleté la Redoute

J’ai décidé de me séparer de tout çà. D’une part, je trouve que c’est trop d’entretien et j’ai été un peu traumatisée par mon accident de lessive vu l’argent fichu en l’air. Par principe, je veux les articles qui nécessitent le moins d’entretien possible et clairement le cachemire n’est pas la bonne option. D’autre part, je ne suis pas à l’aise avec l’idée de m’habiller avec des matières animales. Je me passe de produits animaux dans mon alimentation, alors pourquoi devrais-je en consommer pour me vêtir ?

J’ai donc mis ces articles en vente sur mon Vinted (pseudo verte_pale), et je rajoute également :

  • 1 marinière 100% laine de mérinos Armor Lux (là encore un vêtement que j’ai bien rentabilisé en 5 ans mais qui m’est trop juste)
  • 1 pull en laine mérinos rouge Banana Republic avec des froufrous (le décolleté est définitivement trop décolleté)

Me restera-t-il de la laine dans ma garde-robe ? La réponse est oui: j’ai un manteau en laine bleu marine Gérard Darel (made in Lithuania) et une marinière coton-laine Armor Lux (Made in France). Le reste de mes vêtements d’hiver est soit en coton, soit en synthétique. Il en va du cuir comme de la laine chez moi: j’ai encore quelques articles à user jusqu’à la moelle (1 ceinture, quelques paires de chaussures, 1 sac à main) et soit ils ne seront pas remplacés, soit ils le seront par d’autres matières.

Je n’ai pas prévu de remplacer les vêtements en laine, cachemire ou mérinos dont je me sépare. Je ne perds pas de vue mon challenge cagnotte garde-robe.

Et vous, achetez-vous des articles en laine ? Trouvez vous que ce soit ethnique ?

A la maison

Ma première commande chez Landmade

Ouh la la, le titre ressemble à un post de vlog, sur des hauls Zara et autre Kiko… Loin de moi cette superficialité (ou du moins cette superficialité outrancière), d’ailleurs je ne fais pas de vidéo. Je suis trop vieille pour çà et le montage demande un boulot dingue.

J’ai donc passé ma première commande sur un site de slow life, si on peut dire: Landmade (non, je ne suis pas sponsorisée, ce sont mes propres sous que je dépense). Cela faisait des mois que je louchais sur leurs produits. Et même avec la perspective du déménagement international, j’ai eu envie d’investir dans des objets beaux et durables, sans plastique.

J’ai donc passé commande des produits suivants:

– un panier en maille à casier (Made in France)
 

 

 – un bloc de savon de Marseille (Made in France) et un filet à provisions (Made in France)

 
 

– une serviette de bain en lin (Made in Finlande)

 – une étole en laine couleur camel (Made in UK) 



Je suis absolument ravie de mes achats, durables, beaux et éthiques.










Journal

Mal à mon pays

Mal à la démocratie, mal au moral… Parfois les événements sont des tsunamis auprès desquels les soucis quotidiens font figures de vaguelettes.

J’ai tout de suite pensé à cette chanson qui fête presque ses 50 ans et qui est d’une déconcertante modernité:
« Que l’on touche à la liberté
Et Paris se met en colère
Et Paris commence à gronder
Et le lendemain, c’est la guerre

Paris se réveille
Et il ouvre ses prisons
Paris a la fièvre:
Il la soigne à sa façon

Il faut voir les pavés sauter
Quand Paris se met en colère
Faut les voir, ces fusils rouillés
Qui clignent de l’œil aux fenêtres
Sur les barricades
Qui jaillissent dans les rues
Chacun sa grenade
Son couteau ou ses mains nues

La vie, la mort ne comptent plus
On a gagné on a perdu
Mais on pourra se présenter là-haut
Une fleur au chapeau

On veut être libres
A n’importe quel prix
On veut vivre, vivre, vivre
Vivre libre à Paris

Attention, ça va toujours loin
Quand Paris se met en colère
Quand Paris sonne le tocsin
Ça s’entend au bout de la terre
Et le monde tremble
Quand Paris est en danger
Et le monde chante
Quand Paris s’est libéré

C’est la fête à la liberté
Et Paris n’est plus en colère
Et Paris peut aller danser
Il a retrouvé la lumière

Après la tempête
Après la peur et le froid
Paris est en fête
Et Paris pleure de joie »
A la maison

Achat "Fabriqué en France" à base de matériau recyclable: un Sakelly Reversible

Dans mes pérégrinations consuméristes récentes, j’ai été frappée par le peu d’articles en matériau recyclé à disposition des consommateurs. Moi-même, j’ai du mal à acheter d’occasion. Mes quelques expériences (des sacs à main) ont été décevantes: photos qui ne correspondent pas, mauvais état. Pourtant, il existe des produits de bonne qualité qui viennent de « seconde main », mais je préfère regarder du côté des produits à base de matériau recyclable. Parmi eux, les articles de chez « Reversible ».

 

 
Ce qui m’a séduite? Le format généreux, la matière increvable et surtout le fait que je dispose d’un modèle unique. Mon Sakelly en bâche publicitaire a une odeur un peu bizarre, mais je pense qu’elle disparaîtra à l’utilisation. Autre point hyper positif: j’ai été livrée très vite.
 
Grande fan de sac, je me lasse aussi très vite. Voyons voir la suite!
A la maison, Garde-robe

Achat "Fabriqué en France": des chaussettes Archiduchesse

La marque Archiduchesse fabrique de chouettes produits colorés, pour tous les goûts et en France!


Pour passer l’automne et l’hiver au chaud, j’ai commandé quelques paires (frais de port offerts au delà de 42 € d’achats).


Joli packaging avec un autocollant tête de mort-chaussettes avec…


… des conseils toujours utiles!
A la maison, Journal

Plus que jamais vigilante sur le "made in Asia"

Non, je ne veux pas être parano. Non, je ne veux pas virer écolo radicale. Et pourtant, même si j’aspire à avoir une vie sociale paisible, il y a des choses que je ne peux plus laisser passer.
 
C’était tellement réconfortant pour moi de m’acheter des fringues, sur le coup d’une impulsion, parce que j’étais énervée/triste/euphorique… Le shopping était pour moi un réconfort émotionnel. Et ensuite, il me fallait organiser tout ce barda: avoir une armoire, une penderie, des commodes etc. Cela m’occupait des soirées et des weekends, absorbée par le consumérisme ambiant. Mais voilà presque 2 ans que je me penche sur ma consommation globale et sur le minimalisme, et ce shopping déraisonnable m’a coûté de l’argent et de l’énergie. J’y ai mis un peu d’ordre et j’ai tenté d’y mettre un peu de distance. Le résultat n’est pas encore à la hauteur de mes espérances, mais j’ai déjà commencé par un inventaire, première étape de prise de conscience pour me savoir à quel moment « beaucoup » devient « trop ».
 
Le « Made in France » a été un moment au cœur de mes préoccupations, mais s’habiller français ou même européen est extrêmement compliqué, car l’industrie textile a quasiment disparu dans l’hexagone. Pareil pour les chaussures. J’avais un peu renoncé, même si je regarde machinalement les étiquettes. Made in India, Philippines, Bangladesh… Mes vêtements ont vu des pays plus exotiques que moi! Cela m’attristait, mais quelle alternative s’offrait à moi? Dans les enseignes que je fréquente, il y a très peu de vêtements qui ne viennent pas d’Asie.
 
Et cet été, une mésaventure m’est arrivée, relative à ce shopping encore trop invasif dans mon existence et à des achats de produits manufacturés en Asie. On ne se rend pas forcément compte que les législations sur les produits utilisés dans l’industrie sont différentes selon les pays, jusqu’à ce qu’on en soit victime.
 
Voici mon récit: début juillet, j’ai commandé une petite paire de tennis à motif léopard chez H&M. Une petite touche fashion et pas chère (10.99€) pour égayer mes tenues toujours très classiques. Je les ai mises peut-être 2 ou 3  jours. Elles m’ont fait une petite écorchure sur le dessus du pied gauche. Même après désinfection, la petite plaie ne cicatrisait pas, elle est devenue purulente et jaunâtre. Je finis par la montrer à un médecin, qui prescrit des analyses. Bilan? Staphylocoque doré. Traitement aux antibiotiques. Puis persistance d’un bel eczéma. Donc nouveau traitement. Le prix initial de ces chaussures a largement gonflé avec tous les frais médicaux. Verdict du dernier médecin: j’ai dû faire une allergie aux œillets métalliques. Serait-ce arrivé avec un produit Made in Europe? Peut-être. Est-ce que la probabilité de faire une allergie avec un produit « Made in Asia » est plus importante? J’en suis convaincue. La Chine a du mal avec le principe de précaution et se soucie encore trop peu des aspects sanitaires de son économie, même si une prise de conscience commence à émerger.
 
Alors quelles leçons en tirer?
Déjà, on achète des produits en provenance de pays appliquant des lois et des normes modernes que ce soit sur les produits autorisés ou le droit du travail.
On opte pour des basiques de bonne qualité, des pièces dont on ne se lasse pas, et donc on est moins tenté par les merdouilles à la mode.
On lave un vêtement avant de le porter, et plutôt deux fois qu’une, afin d’enlever le maximum de substances toxiques utilisées lors de la fabrication.
Puis on garde ses vêtements le plus possible. On les entretient, on les rapièce, on les bichonne. Si la matière est de qualité, elle sera durable, ce qui est bon pour la planète et le porte-monnaie.
Enfin, au moindre problème dermatologique, on consulte! Il n’est pas admissible de risquer de l’eczéma et une septicémie pour une nouvelle paire de chaussures!
 
Cosmétiques

La cosmétique idéale

Mes recherches et réflexions me mènent vers des alternatives pour mes cosmétiques avec des critères de plus en plus précis.
 
Evidemment, je pourrais être radicale et n’utiliser que des produits d’hygiène et basta! Mais j’ai quand même ma coquetterie et je préfère présenter à autrui mon meilleur visage (je suis célibataire et cherche quand même à ne pas rebuter un partenaire potentiel).
 
Utiliser des produits pour me sentir plus belle ne me pose pas de problème, mais je ne souhaite pas faire de compromis sur l’éthique, donc mes choix sont au minimum naturel + vegan + Zéro déchet + durable + efficace, je suis en train de lire « Adoptez la slow cosmétique » qui correspond bien à ma philosophie.
 
 
Voici donc ma sélection:
 
Pour se laver les dents et la bouche:
– brosse à dent électrique (efficacité au top – mon dentiste m’a même confié que j’avais une hygiène buccale parfaite- mais pas du tout écolo, c’est ma concession)
– bain de bouche à la myrrhe Weleda (une fois de temps en temps, en cas d’aphtes par exemple).
 
Pour sentir bon:
– j’ai pour ambition d’arrêter les parfums conventionnels, mais c’est quelque chose qui me fait plaisir : donc je garde « L’or bio » de Melvita
– pour le déodorant: plus jamais d’anti-transpirants (j’ai arrêté il y a déjà plusieurs mois et je me réhabitue à avoir de la sueur sous les bras) et déodorant solide Lamazuna
 
Pour se laver le corps:
– du savon d’Alep ou du savon de Marseille, quelque chose de gras
 
Pour hydrater le corps:
– du beurre de karité
– des huiles végétales
 
Pour nettoyer et hydrater le visage:
– eaux florales de bleuet, fleur d’oranger, rose ou hélichryse
huile de jojoba pour démaquiller
– huiles végétales: argan, avocat, bourrache, carotte… Le choix est immense!
 
 
Pour prendre soin de ses cheveux:
– le moins de shampooing possible. Je ne suis pas adapte du « no poo », mais au moins du « slow poo« . Une fois par semaine, c’est largement suffisant.
– pas de teinture (aujourd’hui, pas de cheveux blancs. Quand ils pointeront le bout de leur nez, j’aviserai)
– huiles végétales pour hydrater et lisser
– une brosse chauffante, là encore, à petites doses, car le cheveu n’aime pas trop le chaud.
 
 
Pour se brosser les cheveux:
– une brosse Mason Pearson: certes chère mais cela m’a changé la vie capillaire, car elle répartit idéalement le sébum produit naturellement par le corps. Finies les « racines grasses, pointes sèches ».
– un peigne en bois démêloir
– un peigne très fin à queue
 
 
Pour se protéger du soleil:
– crème solaire Bio Melvita
 
Autres:
– un oriculi, pour se passer à jamais des cotons-tiges (Lamazuna)
– une pince à épiler
– un épilateur électrique
– un gant exfoliant
 
 
 
Cosmétiques

Le point commun des vernis à ongles

Dans mon armoire à cosmétiques, qui a connu une sérieuse cure d’amaigrissement récemment, j’ai des vernis à ongles, que j’ai décidément de ne plus utiliser dorénavant que sur les pieds.

 

 
J’en ai acheté quelques uns et on m’en a offert d’autres, ce qui fait que j’ai plusieurs marques. Quel est donc le point commun entre Gemey Maybelline, Sephora, Bourjois, Kiko (marque italienne) et Rimmel (marque britannique)? Et bien, c’est le « Made In France », qui s’incruste là où on ne l’attend pas vraiment, surtout après avoir découvert du fard à paupières « The Body Shop » fabriqué en Thaïlande dans ma trousse à maquillage. 
 
J’ai donc l’impression qu’il y a un sous-traitant français spécialiste du vernis à ongles. Tant mieux pour nos emplois. Je préfèrerais qu’on sache encore fabriquer des machines à laver et des réfrigérateurs… Mais pensons à nos chiffres à l’export!

A la maison, Journal

Ce qui ne peut pas être "Fabriqué en France"

Malgré toute ma bonne volonté et sans virer « Benjamin Carle » (le journaliste qui a fini par se tatouer un « gallic rooster », il y a des produits qui ne sont pas ou plus produits/fabriqués sur notre territoire:
– café
– thé
– bananes (en métropole du moins), mangues… mais on trouve des kiwis!
– téléviseur
– téléphone portable
– ordinateur
– quasiment toute l’électronique grand public en fait
– réfrigérateur
 
 
Autant dire que vivre à fond le « Made in France » demande des sacrifices. Après tout, c’est faisable, il suffit « juste » d’ajuster son mode de vie.
 
 
A la maison

Mes possessions absurdément pas "Fabriqué en France"

Il y a des articles chez moi dont je ne soupçonnais pas le long voyage jusqu’à mes étagères jusqu’à ce que je regarde de plus près. Cependant tout n’a pas une origine bien déterminée. Que penser du « made in EU ». C’est grand, l’Union Européenne. çà va du Portugal à la Pologne en passant par l’Allemagne! A quand un étiquetage transparent et obligatoire sur les produits de consommation courante?
 
Bref, dans la catégorie « grand voyage insoupçonné »:
fil dentaire Sensodyne, fabriqué par GlaxoSmithKline en Malaisie.
fer à repasser Philips, fabriqué en Indonésie.
– du crayon noir pour les yeux Estée Lauder, fabriqué en Allemagne. La France est le N°1 mondial des cosmétiques, non?
– du fard à paupières Body Shop ( groupe L’Oréal!!!) fabriqué en Thaïlande.
 
Bref, beaucoup d’endroits que je n’ai pas visités, mais mes objets, si. C’est très étrange. Quel sens a la mondialisation? Je ne peux que regretter la désindustrialisation et la muséification de notre beau pays.
 
Pourquoi rester dans un pays qui est leader sur les vernis à ongles, mais ne produit aucun réfrigérateur? ceci dit, il ne me semble pas qu’un seul pays aujourd’hui soit autosuffisant.
A la maison

Mes achats "Made in France"

C’est bizarre de parler de « Made in France ». « Fabriqué en France » serait plus approprié et tout aussi juste.

N’étant totalement sensible au « Fabriqué en France » que depuis récemment, mais ayant résolu d’y prêter un œil plus qu’attentif dans le cadre de ma consommation personnelle, voici mes derniers achats « Fabriqué en France », volontairement ou non:
un combiné Lave-vaisselle-four CANDY. Il n’y a qu’une seule référence sur ce marché et j’ai eu la bonne surprise que ce soit de production hexagonale.
une robe LEA LAURYL. Apparemment tout le textile n’a pas été délocalisé au Maroc, en Turquie ou au Bangladesh. J’ai néanmoins un souci avec la mode « Fabriqué en France » car je suis plus grande que la moyenne et les gabarits utilisés n’en tiennent pas compte. Cette robe sera donc portée en tunique. Je ne désespère pas de trouvé une marque adaptée aux femmes de plus d’1m70. 85€, tout de même, soit le triple d’un article équivalent chez H&M.
une robe « Jacqueline Riu ». C’est assez étonnant de trouver des robes « Made In France » dans cette chaîne « bon marché », mais j’en ai trouvé plusieurs. Ils ont sans doute un sous-traitant basé en France pour ces robes d’été, plutôt simples. Quand on peut se faire plaisir à petit prix… D’autant qu’il s’agit de vêtements pour femmes plus âgées que moi, donc elles sont plus longues que dans la mode « jeune ». En fait, elles font jeunes sur moi, car elles sont à la bonne longueur, alleluia.
du savon de Marseille « MARIUS FABRE » dont j’ai déjà parlé: 100% végétal et non testé sur les animaux (à quoi bon puisqu’il s’agit d’une formule ancestrale)
du parfum, bien que ce soit un achat plus ancien, aucun problème à trouver du parfum et des cosmétiques « Made in France ». Pas toujours de la plus grande qualité, mais néanmoins notre pays est assez fort dans le domaine.
Crêpière KRAMPOUZ – c’était un cadeau, mais c’est bien du Made in France! Très efficace, mais si je la sors rarement (je ne suis pas Bretonne)
 
Aspirateur Rowenta – pas moi qui l’ai choisi, mais je suis bien contente qu’il soit Made In France
 
 
Pour d’autres articles, je ne suis pas complètement sûre de la provenance:
 
– des mouchoirs, serviettes de table et des torchons LINVOSGES (à vérifier s’ils ne font que du Made in France, ce n’est pas explicite sur leur site, sauf pour le sur mesure)
Mini Hachoir MAGIMIX (la marque est bien française, mais est-ce bien du Made in France? les avis semblent diverger, et comme je n’ai plus la boîte…)
Garde-robe

Mode fabriquée en France

Ayant passé beaucoup de temps à trier ma garde-robe ces derniers temps, j’ai eu les étiquettes de mes vêtements sous les yeux à maintes reprises. Evidemment, je n’ai pu que constater qu’ils avaient plus voyagé que moi (qui pourtant ai mis un pied sur tous les continents): Asie, Maghreb, Amérique Latine…

Je suis un peu honteuse de ne pas avoir plus de vêtements made in France! comme si notre pays manquait de style et de savoir-faire. Ayant appris que les sacs Longchamp et Lancel étaient fabriqués en Chine (et pourtant vendus à un prix bien français), j’ai cessé d’acheter ces marques.

J’ai donc décidé de rajouter une dimension à mon défi minimaliste: acheter du « made in France » pour mes vêtements, chaussures et accessoires; je pourrais avoir des surprises, pas toujours agréables, mais cela rajoutera à ma prise de conscience consumériste. Donc pour remplacer les affaires dont je me sépare, déjà je ne rachète pas à l’identique, je me pose bien la question du vrai besoin, et si le besoin est bien réfléchi, je rechercherai une option made n France et une option d’occasion.