A la maison, Alimentation, Bilans, Défis, Garde-robe, Minimalisme, Solo living

Spring cleaning 2021

Je suis une adepte du grand ménage de printemps ! Évidemment, depuis que je m’intéresse au minimalisme, ce rituel a pris une autre dimension : normalement, j’ai moins de boulot (puisque moins de bazar).

L’année dernière, comme la planète entière, j’ai fait face au confinement. J’ai eu l’impression de faire Ma guerre et que ce serait un évènement qui n’arriverait qu’une fois dans ma vie.

J’ai pris goût à la vie chez moi, surtout parce que j’y ai de la place et du confort.

2021 est quand même moins sévèrement confinée que 2020. Il n’y a plus de pénurie de masques et de gel hydroalcoolique. Je ne vois plus personne et je prends bien moins les transports en commun qu’avant. Pourquoi aller à Paris? zéro restaurant, zéro spectacle, zéro musées, peu de magasins d’ouverts. Et d’un point de vue logistique : où aller aux toilettes ?

Bref.

J’ai dû liquider mes congés et je me retrouve donc chez moi pour une semaine. Je n’avais pas fait de plans, n’ayant aucune idée des consignes sanitaires qui seraient en vigueur. J’ai bien fait de ne rien prévoir.

Me voilà donc, confinée pour une semaine, chez moi, à 2 mois d’un déménagement. Autant faire des choses utiles, comme le fameux ménage de printemps !

J’utilise pas mal de produits « maison » quand j’y pense !

A priori, je suis plutôt au point sur le tri de garde-robe, mais je dois ranger les affaires d’hiver et sortir mes affaires d’été, apporter mes deux manteaux au pressing (ils ont encore au moins un hiver à faire chacun), virer les vêtements trop abîmés, identifier quelques nouvelles pièces (article de mise à jour de garde-robe bientôt en ligne, c’est certain).

Côté cuisine, le vide a été fait pour les ustensiles et équipements. Je dois néanmoins poursuivre mes efforts dans le garde-manger : je veux déménager léger ! Sus à ces aliments trop exotiques pour ma routine ! Je mets de la noix de coco et de la poudre de caroube dans mon porridge tous les matins juste pour vider (et virer) 2 bocaux. Va falloir que je trouve quoi faire des feuilles de riz, algues kombu et autre crème de balsamique, qui n’ont pas trouvé leur place dans mon régime quotidien.

Côté cosmétiques et salle de bain, on est bien. Je pense que je vais m’attaquer au bureau : entre la paperasse et le matériel électronique, je vais avoir de quoi m’occuper…

Et après le tri, il y aura le nettoyage et ensuite je remettrai tout en place. 3 objectifs : déménager léger, préparer le rendu de mon appartement en location et avancer sur mon organisation personnelle ! Je vais me motiver pour faire les vitres. Boudiou, comme je déteste çà…

Et vous, êtes vous adepte du grand ménage de printemps ?

A la maison, Journal, Solo living

Mon rêve d’un coin de vert

Voilà des années que je me pose la question d’avoir une résidence secondaire. C’est clairement un luxe pour une célibataire. Je n’ai pas toujours vécu dans un « grand » appartement et même si je suis adepte du minimalisme, les confinements successifs n’ont fait que révéler mon besoin d’espace. Je m’étais imaginée louer en région parisienne et devenir propriétaire en Normandie (j’ai vécu au Havre il y a quelques années et j’adore cette ville). Et puis, j’ai finalement migré à Dublin, capitale qui allie les bienfaits de la ville et de la campagne et qui n’est pas très urbanisée. Je suis nostalgique de mon mode de vie bien plus relax et moins pollué que dans la métropole parisienne. Si j’y trouve un job, j’y retourne au galop, mais le contexte actuel n’y est clairement pas favorable. Je me suis fixée un objectif d’être à Paris pour les jeux olympiques de 2024, donc je ne bougerai pas d’ici là.

Ma carrière m’impose de résider en région parisienne (ma situation a à peine changé depuis la rédaction de mon article en 2016, j’ai juste fait un aller-retour en Irlande, projet évoqué en 2016 et concrétisé en 2017, retour en France courant 2019, un peu à contrecoeur) mais j’aspire à un peu plus de sérénité. Pour l’instant, je navigue entre bureau et télétravail et ça me convient. Mais l’avantage du télétravail est qu’on peut le pratiquer ailleurs que dans un appartement francilien. J’apprécie de débuter ma semaine par une journée sans bureau, ça fait débuter mon intense semaine en douceur.

Je rêve toujours d’une petite maison, avec un bout de terrain et peut-être même avec un accès à la rivière. Orlane, qui anime la chaîne « Libre et Sauvage » a pris le temps de la réflexion pour se lancer dans ce projet et elle l’a vraiment fait !

Je suis réaliste, partager mon temps entre la ville et la campagne est clairement une émanation de mon « fantasy self » mais j’aime imaginer la concrétisation de ce projet, cela me donne un os à ronger, une perspective à attendre, bref, un truc concret à faire.

Pourquoi avoir une résidence secondaire?

  • Avoir un « refuge » pour supporter les aléas de l’existence.
  • Avoir de l’espace et du bon air à respirer
  • Avoir accès à des bons produits: locaux, de saison, frais, abordables
  • Rythmer mon existence d’escapades au vert et me faire de nouveaux souvenirs
Photo de JACK REDGATE sur Pexels.com

Les contraintes?

  • A l’achat? Les mêmes qu’un achat de résidence principale: se fader la recherche, les agents immobiliers, le courtier, les banques, le notaire, payer des frais, encore et encore.
  • Les trajets: En train, il faut aller jusqu’à la gare et gérer les incidents possibles, être tributaire du bon vouloir de la SNCF. En voiture, il faut s’occuper de toutes ces joyeusetés : l’essence, l’entretien, le péage, les bouchons, la fatigue de la route, les aléas des pannes, au prix de la liberté de mouvement.
  • Les frais: abonnement Internet, EDF, eau, assurance, taxe foncière, taxe d’habitation, entretien, copro, le cas échéant. Il faut tout prévoir en double, ce qui génère des frais non-négligeables… A l’achat, il y a des biens peu chers, si on est prêts à faire 2 heures de route. Le budget rénovations peut néanmoins être rédhibitoire, en plus des frais courants.
  • La sortie: compte tenu de ma bougeotte, je sais bien que ce projet m’occupera dans les 5 ans. Et ensuite? Que se passera-t-il? Je risque de revendre cette résidence et potentiellement de faire une moins-value, voire de mettre des mois à vendre… Comment savoir? et que faire du contenu de la résidence secondaire?
  • Les gens sur place : pour avoir vécu dans des petites villes, je sais ce qu’est l’ostracisme. Je n’ai pas l’aspiration de me faire des amis sur place, nous serions trop différents, ou alors je pourrais nouer des relations avec d’autres résidents secondaires. Aucune envie de croiser des chasseurs. Et pas envie non plus de faire partie des commérages.

Ma décision: aujourd’hui, ce n’est clairement pas ma priorité. Je ne suis pas prête à m’investir émotionnellement dans ce projet. Mon achat de résidence principale est ma préoccupation première. Peut-être que cela changera à l’avenir, rapidement, d’ailleurs…

Ma solution court terme? Et bien: profiter de ce que j’ai déjà! j’habite à 100 mètres de la forêt de Meudon. J’entends déjà les oiseaux chanter le matin, pour un peu que je laisse télé et radio éteintes. Ce n’est pas si compliqué de faire comme Orlane (pour le ragondin, ça va être difficile de trouver un substitut) avec les moyens du bord.

Je n’envisage pas de bouger ma résidence principale au vert pour l’instant. J’ai bien trop conscience des difficultés d’intégration que les néo-ruraux rencontrent. Je déteste passer mon temps le cul dans une voiture, je déteste les chasseurs, je n’ai aucune sympathie pour les gens fermés d’esprit… J’aime avoir des médecins, des théâtres, des universités, des aéroports à proximité. C’est ce qui fait mon confort de vie, encore plus que de manger local.

Et vous, une résidence secondaire pour faire un break de la ville, ça vous tente?

A la maison, Défis, Journal, Minimalisme, Solo living

Le challenge minimaliste de mars et avril 2021: vaincre la paperasse

Les challenges de janvier et février 2021 ont été très gentillets. Il est temps désormais que j’affronte ma bête noire: les papiers !

De toutes les tâches qu’un adulte se doit d’accomplir, c’est celle que je déteste le plus. Je préfère faire les vitres plutôt que de m’attaquer au rangement de mes papiers. Certes, la digitalisation croissante m’a grandement soulagée de ce fardeau (mes classeurs d’extraits de compte papier ne me manquent pas) mais j’ai encore de la paperasse à gérer, de façon physique et numérique.

Le challenge est si grand pour moi que je vais y consacrer 2 mois : trier les papiers, numériser et ranger ce qui doit l’être et détruire ce dont je n’ai pas besoin.

Pas mes classeurs. Peut on rêver de classeurs?

J’imagine que je ne suis pas la seule personne à détester m’occuper de ma paperasse. Heureusement pour moi, je suis globalement à jour de ce que je dois faire, je gère beaucoup par prélèvement et j’évite les découverts. Mais je rechigne toujours à m’occuper de mes papiers. Je préfère changer la litière des chats, laver les draps, faire deux heures de meal prep, plutôt que de ranger ces fichus papiers.

Et vous, quelle est votre bête noire en tant qu’adulte ?

A la maison, Défis, Minimalisme

10 astuces à 0€ pour faire des économies

Toujours dans ma mouvance minimaliste et dans le cadre de mon plan d’économies, je vous présente des astuces qui ne coûtent rien et qui permettent de ne pas dépenser plus que nécessaire!

1- Je garde des emballages pour mes propres envois : je ne parle pas des enveloppes matelassées ou des colis que je reçois, ça je pense qu’on le fait tous. Je mets aussi de côté des emballages divers, tels que ceux de la pâtée des chats, qui sont en carton épais. Super pratique pour mes ventes sur Vinted, plutôt que de les mettre au bac de recyclage. Je garde aussi les emballages en papier des légumes et ceux de la boulangerie pour caler le contenu de mes colis.

2- Je reporte le week-end les vêtements de la semaine, s’ils sont encore propres. Laver trop souvent les vêtements les abîme, alors je préfère en tirer le meilleur parti et allonger leur durée de vie. Cela fait faire des économies de lessive et d’électricité.

3- Je n’achète pas ce qu’il est facile d’emprunter, par exemple des livres. Dans toutes les villes, il y a des bibliothèques gratuites, elles proposent en plus souvent des livres électroniques. Plus besoin de se déplacer pendant les horaires d’ouverture.

Photo de cottonbro sur Pexels.com

4- J’utilise une banque en ligne sans frais. Pas de frais bancaires mensuels etc. Ma carte Visa Premier me coûte 0€. Certes, Boursorama m’a demandé de laisser 5000€ chez eux, mais c’est très vite rentabilisé. Ils font aussi régulièrement des offres promotionnelles sur leurs différents produits. En 2020, j’ai récupéré 200€ de cashback en plaçant de l’argent sur différents produits que j’utilisais déjà (Assurance vie, Compte d’Épargne Financière Pilotée, Compte titres). Mon code parrainage est ici: Boursorama.

5- Je ne suis pas à découvert. Ça rejoint le point d’avant. Certes, j’ai droit à un découvert sans frais pendant 30 jours, mais je préfère ne pas dépenser de l’argent que je n’ai pas. Ce n’est pas facile pour tout le monde, je sais, mais les agios coûtent une fortune, en pure perte.

6- Je fais des listes: shopping listes + to do listes. J’ai une shopping list pour les courses du quotidien, que je complète dès que je manque de pois chiches ou de flocons d’avoine. J’ai aussi une shopping list pour les vêtements et accessoires. Ma garde-robe est plutôt minimaliste, mais je renouvelle parfois des pièces. Quand quelque chose est depuis trop longtemps sur la liste, je l’enlève : si j’ai vécu sans pendant longtemps, c’est que je peux vivre sans pour toujours.

7- Je prends une gourde d’eau du robinet dès que je pars de chez moi pour quelques heures. Certes, il y a le prix de la gourde, mais on peut aussi recycler un bocal ou une petite bouteille en verre. J’évite ainsi l’achat de boissons hors domicile, qui sont chères et qui laissent derrière des emballages plastiques pas très recyclés.

8- Je récupère les bocaux des produits que j’achète. Pas tous, et je ne les garde pas tous non plus. J’aime bien ceux de la confiture Follain que j’ai ramenée d’Irlande. Je teste différents formats pour voir ce qui convient à mes besoins réels et non à mon fantasy self.

9 – Je compare toujours les prix avant de faire un gros achat, type électronique ou électroménager. Amazon n’est pas systématiquement le plus avantageux : Darty, la Fnac et la Redoute ont aussi des bons deals avec les fabricants.

10- Je fais le tri dans mes amis : exit ceux qui ne tiennent pas compte de mes contraintes et souhaits budgétaires : c’est ainsi que j’ai refusé tous les enterrements de vie de jeune fille, systématiquement organisés à l’autre bout de la France… Transport, hôtels, nourriture, activités, part de la future mariée… Tout çà, ça chiffre. Sans compter le mariage lui-même et l’inévitable cadeau pour les mariés. Sans aller faire comme Carrie Bradshaw et me marier avec moi-même, juste que, pour une fois, on célèbre mes choix de vie et qu’on participe à mes frais de vie à moi, je dis non si cela me semble trop dispendieux.

Très clairement, je ne participerai plus aux « weekends entre filles », qui me coûtent, au delà de l’aspect pécuniaire, une bonne dose de stress et de frustration. Les amitiés vieillissent parfois mal.

Je dois dire que c’est pareil pour les restaurants à plusieurs, je souhaite que le budget associé me convienne. Quitte à se contenter d’un café ou d’un verre plutôt qu’une formule complète. Évidemment, en ce moment, la question ne se pose pas vraiment. Mon budget sorties est à 0€ depuis les confinements, comme pas mal de monde, j’imagine.

Et vous, quelles sont vos astuces à 0€ pour économiser pour ce qui compte vraiment pour vous ?

A la maison, Alimentation, Bilans, Défis, Minimalisme, Santé, Solo living

Bilan du challenge désencombrement de l’équipement de cuisine

Force était de constater que ma volonté de perdre du poids, et donc de cuisiner sainement, m’a fait faire des achats pour ma cuisine. Puisqu’une grande partie de la réponse au surpoids est dans l’assiette, j’ai eu à cœur de m’équiper correctement afin de pouvoir préparer tout ce dont j’ai besoin pour atteindre mon objectif. L’excuse rêvée pour faire du shopping compulsif.

Mais les gadgets, c’est comme les sucreries, il faut les limiter. Mon challenge de ce mois de janvier 2021 était donc de faire faire une cure minceur à mes placards. J’ai donc débarrassé 59 bidules de cuisine et je n’ai gardé que les outils préférés (je crois que je peux encore faire davantage de tri, mais je referai le bilan dans quelques mois).

Voici ce qu’il reste après tri
J’ai encore largement de quoi faire ! Aucun risque que ce que j’ai débarrassé me manque !

J’ai donc donné à la ressourcerie. J’ai également mis en vente des récipients plastique pour pique niques et autres lunchbox inutilisés sur Vinted.

Des doublons et des objets dont je ne me servais pas, ou pas suffisamment pour justifier la place prise dans mes tiroirs et placards

Cela fait du bien, tout ce tri!

Et vous, avez-vous des placards de cuisine remplis comme les miens ? Voulez-vous faire du vide ?

A la maison, Journal, Solo living

La femme Prosecco, et moi?

Cet article du Guardian m’a fait réfléchir, en ces temps de cadeau obligatoire. Voilà des années que je ne fais plus de cadeau et que, surtout, je demande à ne pas en recevoir ! Pas besoin de grand chose, horreur du bazar qui traîne, cadeau à côté de la plaque… J’en ai déjà parlé .

Dans cet article, pour ceux qui ne comprendraient pas l’anglais, l’auteure constate qu’elle reçoit des cadeaux sur le thème du Prosecco, ce vin italien, plus abordable que le champagne : bouteilles, t-shirts, mugs… Elle se demande si finalement, « Prosecco » n’est pas devenu un type de personnalité, sa personnalité. Évidemment que non, mais elle vient de réaliser que ces proches connaissent d’elle, c’est son goût pour ce vin, mais pas vraiment grand chose d’autre. Aïe.

Voilà des années que les cartes qu’on m’adresse des cartes à thème »chat », donc je comprends ce qu’elle peut ressentir. Bien sûr, j’adore les félins, mais pour autant, j’aime bien d’autres choses dans la vie: l’art contemporain, le théâtre, la musique latino, la salsa, les voyages etc. Mais finalement, ce que mes « proches » retiennent de ma personnalité, c’est que je suis une « crazy cat lady ».

C’est dur de se le prendre en pleine face, mais force est de constater que mes goûts et ma personnalité ne doivent pas transparaître plus que ça… Encore une fois, je ne souhaite pas de cadeau. C’est juste que ça m’embête d’être perçue uniquement sous le prisme de mon amour pour les chats, je suis tellement plus que çà!

Et vous, recevez-vous des cadeaux et cartes sur le même thème ? Êtes vous plutôt chats ou Prosecco?

A la maison, Défis, Minimalisme, Solo living

Un couchage d’appoint bien encombrant

Depuis mon retour en France il y a 18 mois, j’ai la chance de louer un appartement de 50 mètres, découpé en 3 pièces. Au delà de ma chambre et du salon-cuisine ouverte, j’ai donc une pièce en plus, qui était destinée à être une chambre d’amis afin de permettre à mes invités d’être à l’aise. Je comptais alors recevoir, en plus de ma famille, mes amis d’Irlande et d’ailleurs. J’ai donc investi, au delà des meubles de base (1 grand lit pour moi, une table, des chaises, un canapé, des étagères de rangement, un meuble télé, des appareils électroménagers) dans une paire de lits empilables de chez Ikea. Je trouvais le concept génial! En théorie, on peut s’en servir pour une ou pour deux personnes, côte à côte ou séparés, comme banquette d’appoint… J’ai reçu deux visites de mon père et une de ma sœur, donc ces lits ont servi.

Puis le confinement est arrivé avec une intensification du télétravail. Au début, dans le déni, ne sachant pas combien de temps la situation allait perdurer, j’ai installé mon « bureau » sur la table à manger, que je n’utilise jamais pour prendre mes repas, car je préfère manger sur mon canapé et ma table basse. J’ai investi ensuite dans un écran d’ordinateur 22 pouces et une imprimante, afin d’améliorer mon confort de télétravail.

Evidemment, les choses ne se sont pas passées comme prévu. Le temporaire s’est éternisé. Je vivais de plus en plus mal la non-séparation de mes espaces de travail et de loisirs. J’ai fini par bouger ma grande table-bureau (160 cm de long) dans ma « chambre d’amis » pour pouvoir fermer la porte derrière moi avec une (longue) journée de télétravail.

Malgré la situation économique actuelle, j’envisage d’acheter un appartement. Honnêtement, je n’imagine pas revenir à un 2-pièces. J’apprécie vraiment d’avoir un bureau à part. Le télétravail est amené à rentrer dans les mœurs, alors autant en prendre son parti et à aménager son intérieur en fonction.

Je n’ai pas encore trouvé le logement de mes rêves (projet quelque peu ralenti par le nouveau confinement), mais je fais le bilan de ce dont j’ai besoin en matière d’ameublement. Très clairement, j’ai bien plus besoin d’un bureau que d’une chambre d’amis. Je pense qu’il sera utile de conserver une fonction de couchage chez moi, mais elle devra être escamotable. En résumé, ces meubles que j’ai achetés mais qui ne me sont pas vraiment utiles au quotidien:

  • les 2 lits empilables sus-mentionnés
  • 3 chaises design (1 aurait suffi, puisque j’ai aussi 2 chaises pliables pour les (rares) invités)
  • 1 étagère 8 cases, qui est la plupart du temps vide, mais qui remplit visuellement l’espace. Je m’en sers d’espace de transition pour les objets en vente ou les colis à livrer.

A contrario, je n’ai pas encore investi dans ces équipements, qui amélioreraient grandement mon confort de vie:

  • 1 chaise de bureau avec un bon dossier (ma chaise design est jolie, mais pas si pratique pour du télétravail permanent)
  • 1 support pour ordinateur portable pour mettre l’écran à bonne hauteur
  • 1 lampe de bureau car maintenant les nuits viennent tôt (pas sûr que j’investisse tout de suite, je vais tester avec une de mes lampes de chevet)

Bilan des courses: j’ai voulu faire simple et efficace dans mon emménagement. Je ne regrette pas mes achats, qui sur le coup me semblaient justifiés. Mais, à l’usage, on se rend compte de ce dont on a vraiment besoin. Mon rice cooker me manque parfois, mais j’ai mon Instant Pot que je n’utilise pas tant que çà qui pourrait le remplacer avantageusement (cuve en inox plus facile d’entretien). J’ai un gaufrier que j’ai passé plus de temps à commander qu’à utiliser en un an. Bref, j’ai fait des erreurs, et j’en referais encore. Ce ne sont que des objets.

Je reconnais mon privilège de n’avoir aucun crédit à la consommation en cours. J’ai pu acheter le contenu de mon appartement en cash. C’est une vraie chance. Cela me permet de me séparer facilement de ces objets s’ils ne me servent pas ou plus.

J’ai donc décidé de vendre les lits empilables. Il est peu probable que j’ai des visiteurs d’ici mon prochain changement de domicile (ceci dit, la recherche immobilière en temps de confinement, ce n’est pas idéal). Si jamais j’en ai et que les lits ne sont plus là, on avisera. Je pourrais juste me contenter d’un matelas sur le sol, quitte à laisser mon lit confortable à mon invité. Il n’est pas dit que mon futur appartement comporte une troisième pièce, mais de toute façon, elle sera un bureau, que j’utiliserai, hors temps de Covid, deux journées complètes par semaine. Il est donc normal que je privilégie mon confort personnel immédiat à un confort ponctuel hypothétique pour un invité.

En conclusion, je pense que j’ai besoin d’un couchage d’appoint, mais je ne vais pas sacrifier 2 mètres carrés à un lit une place utilisé de temps en temps alors que j’ai besoin d’un espace de télétravail toutes les semaines!

Et vous, avez-vous des meubles qui ne vous servent pas au final ?

Alimentation, Garde-robe, Perte de poids, Santé

Ajustements: garde-robe, régime

Mon challenge cagnotte garde-robe marche très bien, je pense même que j’ai vu trop grand ! J’en suis à plus de 1500€ de ventes, je ne vois même pas comment j’arriverai à dépenser tout ça. La perte de poids est en revanche au point mort, à cause d’un problème de santé, qui impacte aussi ma garde-robe.

Il y a quelques semaines, on m’a enlevé un kyste au niveau de la thyroïde. Résultat : la moitié de cette glande a dû être enlevée et je me retrouve avec une cicatrice à la base du cou et un traitement hormonal de longue durée.

Je dois protéger la cicatrice du soleil donc je crème tous les jours et je porte des vêtements suffisamment couvrants. Hélas, j’ai beaucoup de cols V et pas beaucoup de cols roulés. J’ai donc fait une dérogation à ma politique shopping, afin de compléter ma garde-robe. Pour faire bonne mesure, j’ai mis en vente des vêtements que je ne porterai durablement plus à cause de la cicatrice.

Si je la couvre, c’est surtout pour qu’elle évolue bien. C’est aussi pour couper court aux questions d’autrui. Le kyste était bénin, mais je n’ai pas envie de raconter le détail de mon opération aux curieux.

Pour être honnête, j’avais bon espoir de pouvoir vivre sans encombres avec une moitié de thyroïde. Un peu comme les personnes qui vivent avec un seul rein. Hélas, je dois passer par une phase médicamenteuse en support. Il n’est pas simple de trouver le bon dosage et actuellement, j’ai des symptômes d’hypothyroïdie. La question de la perte de poids est passée au second plan. Je dois d’abord stabiliser mes hormones.

Je suis une croyante fervente du régime alimentaire comme la première médecine, donc j’ai regardé ce que je pouvais faire pour aider ma fonction hormonale thyroïdienne. Il semblerait que réduire le gluten puisse avoir un effet bénéfique. Cela fait quelques années que je suspecte être sensible au gluten, notamment après avoir été bien dérangée gastriquement à mon retour de Mongolie (alimentation locale naturellement sans blé) et avoir les sinus encombrés constamment.

Donc, je vais adapter mon alimentation et espérer pouvoir prendre soin de ma santé sans la béquille du médicament, à terme. Honnêtement, en ce moment, je suis à plat, et j’ai du mal à me secouer. La saison automnale et la grisaille n’aident pas non plus à me redonner de l’énergie.

Et vous, avez-vous fait face à des problèmes de santé vous ayant fait changer de garde-robe et de régime ?

A la maison, Carrière

Les bons côtés du télétravail

Personne n’imaginait en début d’année que 2020 nous réserverait bien des surprises, à commencer par une pandémie conduisant une grande partie de l’humanité à se confiner chez elle. Ceux dont le métier permettait de ne pas venir sur leur lieu de travail se sont donc retrouvés à télétravailler. Non que ce soit une nouveauté, mais la magnitude du changement imposé a choqué tout le monde, même les télétravailleurs occasionnels dont je faisais partie grâce à mon « laptop job ».

Les inconvénients du télétravail 5 jours par semaine ont été décrits maints fois: isolement, perte du relationnel, manque de communication etc. Mon contrat de travail me permet 2 jours de télétravail par semaine et j’estime que c’est suffisant pour mon équilibre vie pro/vie perso. Si jamais j’avais un job me permettant les 5 jours par semaine, je me poserais sérieusement la question de me relocaliser ailleurs qu’en région parisienne, tant que j’ai une bonne connexion internet.

Bref, l’objet de mon article est de discuter des bons côtés du télétravail pas de disserter sur ses limites. Quels sont donc les bons côtés que j’ai identifiés de par mon expérience personnelle?

Le plus évident : le temps de transport! plus besoin de me lever très tôt pour arriver à l’heure. Personnellement, je gagne une demi-heure de sommeil le matin et une demi-heure de tâches ménagères ou de cuisine le soir.

D’une manière générale: on peut mieux gérer son temps : plus de souplesse pour les rendez-vous médicaux, les livraisons, les courses, les tâches ménagères, les lessives etc. Cela me permet d’aller au magasin bio sur l’heure du déjeuner et de préparer mes légumes le soir, choses que je ne fais pas quand je rentre du bureau après une journée classique. et mine de rien, cela me fait gagner du temps de loisirs sur mon weekend et cela me permet de bien gérer mon alimentation.

Photo de Ketut Subiyanto sur Pexels.com

Les à-côtés : après trois mois de confinement, je me suis aperçu que j’avais peu usé mes vêtements, mes chaussures, mon maquillage, mes sacs… Et donc que j’avais moins eu besoin de renouveler toutes ces fanfreluches. Mon budget me remercie. Autre mesure bien confortable: je me suis passée, quasiment tous les jours, de porter un soutien-gorge et çà, c’est top! Certes, j’ai eu des vidéoconférences, mais le non-port de soutif n’était pas visible. C’est quand même bien de ne pas être engoncée dans ce sous-vêtement dont je comprends de moins en moins l’utilité: les femmes ont des seins avec des tétons, mais on ne doit pas montrer qu’on a des tétons, alors que la norme est d’en avoir. Bref. Cachez ce sein que je ne saurais voir…

Le télétravail est donc à présent bien ancré dans ma nouvelle routine. J’ai choisi le lundi et le mercredi comme jours à la maison et pour l’instant, tout roule! S’il y a besoin de flexibilité, cela ne me pose pas de problème.

Et vous, êtes-vous adeptes du télétravail?

A la maison, Alimentation, Santé

Les chaînes Youtube vegan que je suis

Voici plusieurs années que je m’intéresse à des chaînes Youtube sur le thème du véganisme. Vous trouverez ci-dessous mes chaînes préférées, plus sur le thème de la cuisine que de l’éthique, quoique de temps en temps, ces chaînes abordent des thèmes non alimentaires.

Peut-être découvrirez-vous de nouveaux contenus inspirants.

Photo de Jean van der Meulen sur Pexels.com

La publiée : Alice Esméralda

Organisée et stylée

J’aime: un visuel soigné, des recettes sympas, du contenu sur le matériel de cuisine, les techniques. C’est une bonne chaîne pour découvrir la cuisine végétalienne.

J’aime moins: le contenu sponsorisé. Après, je comprends que son blog soit monétisé et qu’elle a besoin d’en vivre. Elle est tout à transparente sur ce qui est sponsorisé de ce qui ne l’est pas. Parfois, il y a aussi des ingrédients difficiles à trouver. Mais nous ne sommes pas égaux sur l’approvisionnement en produits alimentaires.

La familiale: Le cul de poule

après çà, on n’a plus faim!

J’aime : les recettes accessibles, les ingrédients faciles à trouver, l’humour de Mélanie

J’aime moins : le côté familial des recettes et donc les quantités gargantuesques des recettes. Forcément, elle a 3 enfants et un jardin. Pas toujours pertinent pour une solo comme moi vivant en appartement. J’apprends quand même des trucs. Mais son repas du soir, c’est du batch cooking pour moi!

L’inspiration mexicaine : Lloyd Lang

miam miam

J’aime : des recettes gaies et colorées, une jolie présentation qui donne envie.

J’aime moins : l’inspiration mexicaine fait que certains ingrédients sont difficiles à trouver !

La militante : la petite Okara

exemple de vidéo spéciale « étudiant »

J’aime : les recettes pour étudiants avec les ingrédients et le matériel idoines, les recettes de tous les jours, l’humour de Marion, son ton bienveillant même si militant.

J’aime moins : des recettes parfois un peu longues et trop élaborées pour moi. Je préfère de loin son contenu pour « étudiant ».

Le cuistot pro: la cuisine de Jean-Philippe

Jean-Philippe nous parle épicerie

J’aime : les recettes véganisées de grands classiques de la cuisine, l’humour de Jean-Philippe et sa touche masculine. Son côté québécois.

J’aime moins : les mots en québécois que l’on doit parfois traduire en français métropolitain. Certains ingrédients sont également difficiles à trouver de ce côté de l’Atlantique.

La petit budget : Mûre et noisettes

J’aime : ses meal prep et ses défis « petit budget » ou « bio » accessibles. Elle détaille bien les aspects budgétaires et son organisation. Idéal pour trouver de l’inspiration pour cuisiner les restes.

J’aime moins : elle a fait le choix d’un équipement de cuisine très minimaliste et la voir cuisiner dans un bol ébréché me fend le cœur. Elle ne détaille pas trop les quantités donc c’est « à l’oeil ». Pas simple de répliquer ses recettes.

Si vous maîtrisez l’anglais, je vous recommande également: Pick up limes

Journal, Santé

Besoin de faire une pause sur les réseaux sociaux!

Je suis coupable d’un comportement qui, j’imagine, est très commun: mes interactions sur les réseaux sociaux ont pris le pas sur celles du monde réel. Quand je dis « monde réel », il s’agit bien sûr d’interagir avec d’autres êtres humains, généralement ceux que je connais, de vive voix, ou par téléphone, voire même simplement par SMS.

Mon vice, ces derniers temps, est de traîner sans fin sur Twitter (qui, je le reconnais, est un vrai gisement d’informations, j’y ai trouvé des super contenus) ou de lire les commentaires sous les articles du Guardian ou des vidéos Youtube. Horreur et damnation. C’est fascinant, cela m’hypnotise. C’est le café du commerce sans bouger de chez soi. Et toutes ces personnes qui n’ont pas grand chose à dire ou qui débite des conneries ou des remarques tellement sexistes… Evidemment, je suis moi-même aussi coupable de laisser des commentaires, plutôt sur Instagram et Twitter, occasionnellement sur YouTube. Si çà se trouve, d’autres personnes se disent que je suis un parasite.

Et qu’est-ce que çà m’apporte? Punaise, mais rien du tout. Je ne ressens que davantage la Weltschmerz, ce qui est très difficile pour une hypersensible comme moi, qui pleure devant des vidéos de chatons. Je ne fais que m’exaspérer devant la stupidité des gens et leur manque de vision globale. C’est toujours « Me, Myself and I », quel que soit le sujet.

Bref. J’ai effacé l’application Twitter de mon téléphone. C’est incroyable le nombre de fois par jour où j’ai envie de partager quelque chose dessus. Et au final, pour quoi? C’est un medium de l’immédiateté et il est rarissime que je recherche un truc dans mes archives. Encore une fois, j’ai appris plein de trucs grâce à Twitter et j’ai découvert des personnes inspirantes aussi. Mais là, cela m’empêche de faire autre chose. Donc pour les prochains mois, j’ai décidé d’y aller mollo. Je peux exister autrement, Dieu merci.

Twitter n’est que la première étape. Pour moi, les réseaux sociaux sont utiles, comme tous les outils modernes que l’on a à disposition. L’essentiel est de savoir comment bien les utiliser et surtout à quelle fréquence. Je n’ai pas besoin de savoir tout sur tout. Combien de fois je me retrouve à lire un article sur un sujet qui ne m’intéresse pas? Je connais ma boulimie de savoirs, mais à un moment, çà déborde et mon cerveau n’arrive plus à traiter toutes ces informations.

Donc, pour ma santé mentale et la bonne utilisation de mon temps: calmos sur les réseaux sociaux!

Carrière

Pour passer le temps entre 2 entretiens

Une fois n’est pas coutume, je suis en recherche d’emploi. Cela fait partie de la vie et j’ai bon espoir de ne pas rester en recherche d’emploi trop longtemps.

Du coup, j’ai tout le loisir de revoir le contenu de mon blog et de le mettre à jour. Ce blog notes est une agrégation de différents blogs sur différents supports (Blogger, pour ne pas le nommer). Une harmonisation est nécessaire, qui me permet également de faire le ménage dans mes vieux posts, corriger les bugs, l’orthographe etc. Et aussi rectifier mes usages intempestifs de points d’exclamation et des trois petits points. J’en ai vraiment mis à toutes les sauces, ce me semble assez immature.

Présentement, je revis mon séjour en Australie, il y a 10 ans, à une époque où je n’étais ni minimaliste ni végétalienne. Je ne veux pas réécrire mon histoire, ce n’est pas le propos. Ce blog m’aide à prendre conscience de mon cheminement. Il est important de conserver l’historique.

Alors je n’effacerai pas mon post à la gloire de la viande de kangourou. Ce qui compte c’est qu’aujourd’hui je vive en phase avec mes valeurs. Elles ont évolué et c’est juste humain. J’ai néanmoins viré les quelques posts qui ressemblaient trop à un statut Facebook, du style « Je vais à tel endroit, je donnerai de mes nouvelles tel jour ». Ils n’ont pas de valeur pour moi, autant les dégager. Ils ont eu leur utilité, pour que mes proches ne s’inquiètent pas, mais ils devenus obsolètes.

C’est assez étrange de se relire 10 ans après. C’est comme revoir un ami perdu de vue: on le connaît mais il nous échappe.

Journal, Minimalisme, Solo living

Pourquoi un blog pour les célibataires minimalistes urbains?

Parce que je n’en ai pas trouvé! le minimalisme semble être très prisé des mères de famille et de quelques pères aussi. Mais on peut s’intéresser au minimalisme et à la frugalité, même s’il n’y a qu’une personne dans son foyer.

C’est peut-être même un plus grand challenge encore quand on vit seul, car on peut s’étaler plus facilement qu’en couple.

Il me semble aussi que le minimalisme des champs est différent du minimalisme des villes, car en ville, on a rarement un jardin ou un verger, on fait rarement du compost (c’est plus difficile car les filières compost sont inexistantes).

Alors, voilà, j’ai envie de faire entendre ma voix!

Mon style de vie se veut de plus en plus simple, car j’ai plusieurs objectifs:
– prendre ma retraite (c’est à dire quitter Corporate America) le plus tôt possible
– voyager régulièrement
– être en bonne santé

Cosmétiques, Garde-robe, Journal, Santé

La pub et moi: être une femme en 2017 dans le regard des publicitaires

Pour parler d’autres choses que de bouffe, de fringues, de produits de beauté ou encore de rangement (sujets éminemment liés au minimalisme auquel je m’astreins), je vais aborder aujourd’hui un sujet connexe: la féminité vue par les publicitaires. Il faut le dire: être une femme, c’est compliqué. Nous avons plein de « problèmes » pour lesquels les publicitaires et les industriels veulent proposer (vendre, refourguer…) des « solutions ».
 
En plus de mon aversion irréversible envers les magazines féminins, dont l’unique objectif est de récupérer du fric, en vous vendant du contenu (en fait, du papier) qui vous fait saliver et en vendant à des régies publicitaires du temps disponible de vos cerveaux, j’ai aussi une relation ambiguë à la télévision, surtout à ce qui la finance: la publicité.
 
Je n’ai plus de télé, mais j’avais l’habitude de couper le son pendant les coupures de publicité, tellement je me sens agressée pour la musique criarde, les slogans faciles, les produits parfaitement inutiles qu’on s’est cru obligés de créer et de commercialiser. Sans vouloir faire ma vieille schnock, je constate que peu de produits dont on fait la réclame sont vraiment essentiels: avez-vous vu de la publicité pour du vinaigre blanc, du bicarbonate de soude ou encore du vrai Savon de Marseille? En revanche, pour des sauces toutes faites, des détergents en tout genre et des cosmétiques toxiques, il y en a pléthore. Limite le logo « vu à la télé » est devenu pour moi un repoussoir: si cela a besoin d’un budget marketing démentiel pour se vendre, c’est que c’est un besoin créé de toutes pièces pour un produit dont on n’a pas besoin et qu’il faut vraiment mettre le paquet pour convaincre  le chaland de débourser un kopeck…
 
Et finalement, quand on se penche un peu sur les styles de vie minimalistes (car j’en distingue plusieurs), on prend conscience qu’il en faut peu pour être heureux. Mais le bonheur ne fait pas vendre, la peur du manque si. On nous prend donc vraiment pour des cloches, surtout les femmes… Petit panorama sexiste:
 
– une pub pour des serviettes hygiéniques prétend nous offrir « jusqu’à 8 heures de protection« . Petit rappel: les femmes nubiles saignent tous les mois depuis la nuit des temps. De quoi devrait-on se protéger?
 
– une marque lance un déodorant pour avoir « de belles aisselles ». Je vais paraphraser Florence Foresti qui clamait qu’on ne séduisait pas les hommes avec ses cuticules. Scoop, c’est la même chose avec les aisselles. En quoi cela devrait être beau ou pas beau? C’est une partie du corps, c’est tout, comme un doigt de pied ou encore une oreille.
 
– j’ai toujours hurlé devant la pub « du côté des mamans« , genre papa reste dans son fauteuil en charentaises et lit son journal, il ramène la pitance, il ne va quand même pas s’abaisser à nourrir lui-même son enfant. Ils ont rajouté « et des papas« . Ma préconisation, histoire de s’épargner la guerre des sexes: « du côté des parents« , ce serait nettement plus pertinent.
 
 
Bref, c’est quand même bien débile toutes ces conneries qu’on veut nous faire gober. Je dis STOP, je dis HALTE LA, je dis DÉBRANCHE TA TÉLÉ qui te met des idées stupides en tête. Ou alors, fais comme moi: supprime-la!
Bilans, Minimalisme

La liste de Tara

Tara Button a fondé le site « Buy Me Once », qui met en valeur des produits durables et dont l’achat est bien réfléchi.

Elle a aussi rédigé un joli article sur ce qu’elle a appris d’une année minimaliste, à lire ici en anglais.

Je trouve sa vision très intéressante, « insightful » pourrait-on dire en anglais.



Je n’ai donc pas pu résister à faire un petit post de commentaire sur la liste de Tara!
En gras, je fais la même chose.
Pas en gras, nous ne sommes pas d’accord.


Ce dont on n’a pas BESOIN – Let’s check the checklist!

Dans la cuisine:
Machine à pain
Gaufrier

pas plus de 4 casseroles
pas plus d’une poële  
des tasses qui vont ensemble (matching mugs): j’aime bien avoir des choses assorties. Peut-être pas un service à thé complet
une machine à smoothie (OK, j’en ai une, mais je ne m’en sers pas)

Je rajouterais: 
– pas plus d’un robot ménager. C’est encombrant déjà. Et puis, on ne s’en sert pas souvent.
– une râpe (j’ai dégagé la mienne et elle ne me manque pas)
– des bocaux à cocktails (OK, c’est joli sur les photos, mais quelle galère à nettoyer la paille!)


Vêtements et accessoires
Montre (je n’en porte plus depuis décembre 2015 et je ne suis pas particulièrement en retard)
Pas plus de 8 paires de chaussures (chaussures de sport / sandales plates / chaussures d’hiver plates / tongs / chaussures à talon / bottes d’hivers /mocassins / chaussures confortables). Je n’ai pas encore exploré le sujet, mais je ne peux pas vivre sans bottines à talons pour l’hiver.
Pas plus d’une « capsule wardrobe »: Pour l’instant, c’est compliqué, je suis trop coquette.
 


Technologie
Console de jeu
Un ordinateur de bureau
Une ligne de téléphone fixe
des DVD
Un abonnement au satellite



Beauté, loisirs et meubles
+ de coussins
changer constamment ma déco
des bidules qu’on me donne et dont je n’ai que faire
des trucs de décoration qui n’ont aucune valeur pour moi
des décoration de fêtes
+ d’instruments de musique que mon piano et ma guitare (perso, je n’ai pas d’instrument à la maison. Mes jours musicaux sont derrière moi)   
+ d’équipements sportifs
magazines (si ce n’est professionnel): perso, je suis pour le zéro papier
des gadgets de massage, exfoliation ou pomponnage
rien d’autre que mes basiques maquillage: mascara, ombres à paupières, anticernes, rouges à lèvre et parfum. (je n’ai pas les mêmes)
rien d’autre que mes basiques cheveux: shampooing, après-shampooing et sérum: perso, shampooing solide et huile végétale et basta!
rien d’autre pour mes ongles que ma couleur préférée de vernis et du dissolvant: perso, j’ai encore un vernis et un dissolvant, mais je ne les renouvellerai pas.